lucperino.com

Harcèlement tardif

humeur du 03/05/2021

Traditionnellement, la médecine a toujours tenté de limiter le nombre des maladies sans traitement. Dans les années 1970, ce principe séculaire s’est inversé avec l’apparition de traitements sans maladie.

La ménopause est un fleuron que l’évolution a façonné pour une meilleure survie des groupes humains. La médecine moderne en a fait une maladie lorsque la synthèse des œstrogènes est devenue facile. L’idée d’un traitement continu sur la moitié de la population adulte a stimulé l’imagination des marchands. L’épidémie de ménopause a été brutale, célébrée par les gynécologues et nombre de leurs patientes.

Comme on aurait dû s’en douter, il est impossible de modifier en quelques années ce que l’évolution a minutieusement concocté pendant des millions d’années. Une épidémie de cancers (sein, ovaires, poumons et nerfs) et de thromboses a suivi de près l’épidémie de ménopause, faisant s’effondrer le commerce florissant de la ménopause.

L’industrie sanitaire ne pouvait se résoudre à abandonner un tel marché. Fort heureusement, avec l’âge les os changent de texture à l’imagerie. C’est donc l’ostéoporose qui est devenue la nouvelle maladie des femmes mûres. L’épidémie dure encore, mais une nouvelle menace plane sur ce commerce, car on découvre que le risque fracturaire est sans rapport avec l’imagerie et  n’existe que chez les sédentaires. Encore un créneau médicamenteux que la simple marche peut anéantir !

Il fallait donc inventer une nouvelle maladie. Tout expert du marketing sait que l’argumentaire du sexe n’a jamais failli. Les laboratoires ont alors inventé le « trouble du désir sexuel hypoactif féminin » (HSDD) afin de recycler des antidépresseurs sérotoninergiques qui arrivaient en fin de brevet. L’un d’entre eux, la flibansérine a été le premier traitement approuvé par la FDA dans cette indication. Ce traitement surnommé « Viagra des femmes « n’a pas encore franchi l’Atlantique, mais soyons patients… À moins que nos ménopausées européennes soient moins dupes ou moins atteintes de HSDD !

Enfin, de nouvelles études tentent de réhabiliter les œstrogènes pour préserver les fonctions cognitives des femmes ménopausées. Chacun sait que les fonctions cognitives baissent avec l’âge. Voilà un beau syllogisme mercatique en perspective : ménopause égale âge, donc ménopause égale déficit cognitif. Il faudra donc revenir aux œstrogènes pour rester intelligente.

Somme toutes, le harcèlement des femmes ne cesse jamais, il change simplement de nature.

Et si la chirurgie plastique parvient à vendre l'idée qu’une femme liftée peut être belle, c’est qu’il existe encore une clientèle captive pour les marchands de la ménopause. Je peux même les aider à imaginer d’autres syllogismes mercatiques autour des rides, des cheveux ou des muscles…

En attendant, je vais marcher avec ma vieille compagne de route, dont les cheveux blancs et les rides dessinent parfaitement sa belle vérité.

Bibliographie

Baid R, Agarwal R
Flibanserin: A controversial drug for female hypoactive sexual desire disorder
Ind Psychiatry J. 2018;27(1):154-157
DOI : 10.4103/ipj.ipj_20_16

Benson VS, Pirie K, Green J, Bull D, Casabonne D, Reeves GK, Beral V; Million Women Study Collaborators
Hormone replacement therapy and incidence of central nervous system tumours in the Million Women Study
Int J Cancer. 2010 Oct 1;127(7):1692-8
DOI : 10.1002/ijc.25184

Chlebowski RT, Schwartz AG, Wakelee H, Anderson GL, Stefanick ML, Manson JE, Rodabough RJ, Chien JW, Wactawski-Wende J, Gass M, Kotchen JM, Johnson KC, O'Sullivan MJ, Ockene JK, Chen C, Hubbell FA; Women's Health Initiat
Oestrogen plus progestin and lung cancer in postmenopausal women (Women's Health Initiative trial): a post-hoc analysis of a randomised controlled trial
Lancet. 2009 Oct 10;374(9697):1243-51
DOI : 10.1016/S0140-6736(09)61526-9

Collaborative Group on Hormonal Factors in Breast Cancer
Type and timing of menopausal hormone therapy and breast cancer risk: individual participant meta-analysis of the worldwide epidemiological evidence
Lancet - Vol 394, - 10204, P 1159-1168, SEPTEMBER 28, 2019
DOI : 10.1016/S0140-6736(19)31709-X

Cushman M, Kuller LH, Prentice R, Rodabough RJ, Psaty BM, Stafford RS, Sidney S, Rosendaal FR; Women's Health Initiative Investigators
Estrogen plus progestin and risk of venous thrombosis
JAMA. 2004 Oct 6;292(13):1573-80

Grady D, Herrington D, Bittner V, Blumenthal R, Davidson M, Hlatky M, Hsia J, Hulley S, Herd A, Khan S, Newby LK, Waters D, Vittinghoff E, Wenger N; HERS Research Group
Cardiovascular disease outcomes during 6.8 years of hormone therapy: Heart and Estrogen/progestin Replacement Study follow-up (HERS II)
JAMA. 2002 Jul 3;288(1):49-57

Hawkes K, O'Connell JF, Blurton Jones NG, Alvarez H, Charnov EL
Grandmothering, menopause, and the evolution of human life histories
PNAS 95 : 1336-1339. (1998)

Jemal A, Ward E, Thun MJ
Recent Trends in Breast Cancer Incidence Rates by Age and Tumor Characteristics among U.S. Women
Breast Cancer Res. 2007;9(3):R28

Manson JE, Chlebowski RT, Stefanick ML, Aragaki AK, Rossouw JE, Prentice RL, Anderson G, Howard BV, Thomson CA, LaCroix AZ, Wactawski-Wende J, Jackson RD, Limacher M,Simon MS, Van Horn L, Vitolins MZ, Wallace RB
Menopausal hormone therapy and health outcomes during the intervention and extended poststopping phases of the Women's Health Initiative randomized trials
JAMA. 2013 Oct 2;310(13):1353-68
DOI : 10.1001/jama.2013.278040

Matyi JM, Rattinger GB, Schwartz S, Buhusi M, Tschanz JT
Lifetime Estrogen Exposure and Cognition in Late Life The Cache County Study
Menopause. 2019 Dec;26(12):1366-1374
DOI : 10.1097/GME.0000000000001405

Mørch LS, Løkkegaard E, Andreasen AH, Krüger-kjær S, Lidegaard Ø
Hormone Therapy and Ovarian Cancer
JAMA, July 15, 2009, Vol 302, No. 3

Simon JA, Thorp J, Millheiser L
Flibanserin for Premenopausal Hypoactive Sexual Desire Disorder: Pooled Analysis of Clinical Trials
J Womens Health (Larchmt). 2019 Jun;28(6):769-777
DOI : 10.1089/jwh.2018.7516

Vickers MR, MacLennan AH, Lawton B, Ford D, Martin J, Meredith SK, DeStavola BL, Rose S, Dowell A, Wilkes HC, Darbyshire JH, Meade TW; WISDOM group
Main morbidities recorded in the women's international study of long duration oestrogen after menopause (WISDOM): a randomised controlled trial of hormone replacement therapy in postmenopausal women
BMJ. 2007 Aug 4;335(7613):239

Profil de nos 5000 abonnés

Par catégorie professionnelle
Médecins 27%
Professions de santé 33%
Sciences de la vie et de la terre 8%
Sciences humaines et sociales 12%
Autres sciences et techniques 4%
Administration, services et tertiaires 11%
Economie, commerce, industrie 1%
Médias et communication 3%
Art et artisanat 1%
Par tranches d'âge
Plus de 70 ans 14%
de 50 à 70 ans 53%
de 30 à 50 ans 29%
moins de 30 ans  4%
Par motivation
Patients 5%
Proche ou association de patients 3%
Thèse ou études en cours 4%
Intérêt professionnel 65%
Simple curiosité 23%

Vous aimerez aussi ces humeurs...

L'idiot utile - Un recensement annuel du nombre de personnes porteuses de cancers entre 1970 et 2020, n’a [...]

Médias et médecine - Les grands médias ont toujours salué avec assiduité les progrès médicaux. Les succès [...]

Pailles de la prévention - Les jours de grande pollution, de nombreux messages officiels recommandent de garder les jeunes [...]

Pygmalion a de la poigne - Voyant Pygmalion fol amoureux de la sculpture qu’il venait de réaliser, Aphrodite la [...]

Ne pas vexer son médecin - La relation médecin-patient est un thème rebattu. Sa qualité est supposée produire celle du [...]

La phrase biomédicale aléatoire

- Est-ce que ça ne vous gratouille pas davantage quand vous avez mangé de la tête de veau à la vinaigrette ?
- Je n'en mange jamais. Mais il me semble que si j'en mangeais, effectivement, ça me gratouillerait plus.
― Jules Romains

Haut de page