lucperino.com

L'énigme du colostrum

humeur du 28/03/2022

Il est communément admis que la sélection naturelle a conduit chaque espèce à une adaptation optimale, et que, dans le cas particulier de notre espèce, la culture a profondément modifié le cours de l’évolution. Cette interférence a conduit certains idéologues à d’hasardeuses hypothèses. La protection des plus faibles serait une menace pour notre espèce... La sélection n’aurait plus de prise sur nous... Nous aurions perdu nos défenses naturelles... etc.

Loin de ces élucubrations, la science a quelques certitudes, par exemple le feu a profondément modifié notre alimentation et notre système digestif. L’urbanisation a été délétère en favorisant les épidémies, mais elle a été bénéfique en augmentant le brassage génétique. L’élevage des bovins a fourni le lait, excellent substitut alimentaire en cas de famine, mais il a conduit à l’effondrement de l’allaitement maternel lorsque le commerce a pris le pouvoir. Les religions ont renforcé les liens sociaux, mais elles ont tué plus que les famines. Bref, les déterminants culturels semblent avoir été aussi hasardeux que ceux de l’environnement naturel. Et il faudra certainement plus de temps pour résoudre les énigmes de la sélection culturelle qu’il n’en a fallu pour celles de la sélection naturelle.

La plus étonnante des énigmes culturelles est celle du rejet du colostrum. Le colostrum possède plus de vertus nutritives et immunologiques que tout aliment, vaccin ou médicament. Le réflexe de la tétée, présent dès la première minute de vie, garantit l’attachement et augmente la lactation. Pourtant, indépendamment des influences des religions et du marché, et dans la quasi-totalité des ethnies et cultures, le colostrum a été rejeté, même lorsqu’il n’y avait pas d’alternative au sein maternel.

Ce rejet universel a suscité des hypothèses dont la fantaisie est à la hauteur du mystère. Margaret Mead y a vu une sélection des nouveau-nés les plus aptes à survivre à cette privation. Michel Odent a suggéré que la privation de ce premier lien à la mère avait pour but d’augmenter l’agressivité, donc l’esprit de conquête. On peut en émettre d’aussi contestables, quoique plus plausibles. L’accouchement étant une épreuve difficile, on a pu vouloir accorder un repos à la mère en la libérant des exigences de son nourrisson. Cette soustraction du nouveau-né permettant au père de prendre sa revanche de progéniteur exclu de la grossesse. Mais, il se pourrait tout simplement que l’aspect jaunâtre et peu ragoutant du colostrum ait heurté le sens esthétique ou l’ait fait considérer comme un sous-produit, voire comme un poison, surtout en comparaison avec le lait au blanc immaculé. La culture du beau et du bon peut conduire à toutes les dérives...

L’énigme du rejet du colostrum reste entière. Néanmoins, la science nous a donné une certitude : en redonnant le colostrum à tous les nouveau-nés, nous réorienterions l’évolution dans un sens favorable à notre espèce sans risque d’effet indésirable social, sanitaire ou mental.  

Bibliographie

Ceriani Cernadas JM
Colostrum and breast milk in the neonatal period: The benefits keep adding up
Arch Argent Pediatr. 2018 Aug 1;116(4):234-235
DOI : 10.5546/aap.2018.eng.234

Jerome H. Barkow, Angela Hallett
The Denial of Colostrum. In Darwin, Sex and Status:Biological Approaches to Mind and Culture
University ofToronto Press, 1989, pp. 301-309

Joël Candau, Eve Bureau, Karine Durand, Céline Geffroy, Véronique Ginouvès, et al
Une approche bioculturelle du premier aliment du nouveau-né. Le colostrum
Premiers cris, premières nourritures, Presses Universitaires de Provence, pp.123-153, 2019 - hal-02126733f

Le Doare K, Holder B, Bassett A, Pannaraj PS
Mother’s Milk: A Purposeful Contribution to the Development of the infant Microbiota and immunity
Front Immunol. 2018 Feb 28;9:361
DOI : 10.3389/fimmu.2018.00361

Michel Odent
Le bébé est un mammifère
L'instant présent - 2011 (réédition du plus beau des mammifères de 1990)

Nesse RM, Williams GC
Pourquoi tombons-nous malades ?
De Boeck, 2013

Odent Michel
La naissance et l'évolution d'homo sapiens
Myriadis 2014

Rathe M, Müller K, Sangild PT, Husby S
Clinical applications of bovine colostrum therapy: a systematic review
Nutr Rev. 2014 Apr;72(4):237-54
DOI : 10.1111/nure.12089

Thapa BR
Health factors in colostrum
Indian J Pediatr. 2005 Jul;72(7):579-81
DOI : 10.1007/BF02724182

Zimmermann P, Curtis N
Breast milk microbiota: A review of the factors that influence composition
J Infect. 2020;81(1):17-47
DOI : 10.1016/j.jinf.2020.01.023

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

Vous aimerez aussi...

Évolution de la virulence des bactéries : le brouillard phénotypique - Une des plus excitantes découvertes des dernières années dans l’étude des [...]

Cancer et inflammation, quelle est la force du lien - L’inflammation est connue depuis longtemps comme réaction de protection localisée des tissus à [...]

Évolution des microbiotes intestinaux de mammifères et ses conséquences sur la santé humaine - Le phénotype d’un organisme multicellulaire est généralement considéré comme le produit de [...]

Troubles psychiatriques et traits reproductifs chez la femme - Relation génétique possible entre les traits reproductifs de la femme et six troubles [...]

Dimorphisme sexuel chez Homo Sapiens. - Le dimorphisme sexuel chez homo sapiens est-il dû à la hiérarchie des genres ? En comparant les [...]

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Tout l'or de la psychiatrie - Dans notre pays immensément riche, l’armée, la recherche, la police, la justice, [...]

La surdité change de camp - Après les obus de la guerre et les usines qui ont assourdi nos parents, voici venir le temps de [...]

Cibler le syndrome de sevrage - Fut un temps où le marché consistait à fournir aux clients ce dont ils avaient besoin pour [...]

Refuser la mort peut être mortel - Le confort de vie et les progrès sociaux ont allongé considérablement la durée de vie des [...]

Microbiotes méconnus : la flore intestinale - Les lois de l’évolution ne sont toujours pas enseignées en Faculté de Médecine, et la [...]

La phrase biomédicale aléatoire

Le progrès des méthodes diagnostiques, de plus en plus sophistiquées et coûteuses, ne facilite pas la prise de conscience que la finalité de la médecine n'est pas de parvenir à un diagnostic à tout prix, ni même de prodiguer compassion et soins, mais d'améliorer la qualité et la quantité de vie.
― Jean Pierre Boissel

Haut de page