lucperino.com

Dépression et vérité

humeur du 30/05/2022

La dépression est un symptôme, comme le sont la douleur ou la fièvre. L’évolution nous apprend que les symptômes ont une utilité adaptative.

Dans les sociétés de mammifères hiérarchisées, l’adaptation conduit à donner des signaux de soumission au dominant, afin de ne pas s’épuiser en d’inutiles combats. Chez l’humain, une théorie de 1994, solidement confortée depuis, analyse la dépression comme un blocage de ce processus adaptatif, conduisant à une soumission involontaire, donc vécue douloureusement.

Ainsi, le signal dépressif, volontaire ou non, est un signal honnête, dans la mesure où il affiche la vérité de nos propres limites.

Vouloir éliminer un symptôme (dépression, douleur ou fièvre) avant de s’être posé la question de son utilité et de son contexte est le défaut majeur de toutes les médecines. L’histoire de la pharmacologie de la dépression en est une caricature, elle concentre les plus grossières erreurs médicales. Erreurs diagnostiques en confondant symptôme et maladie. Erreurs médicamenteuses, en aggravant la prévalence et les séquelles de ce trouble.   

Les antidépresseurs aggravent le risque de suicide, cela était mentionné dès la vente des premières molécules (tricycliques et IMAO). Mais, avec le succès des ISRS (prozac et autres), ce risque a été dissimulé puis dénié, y compris chez les adolescents où il est majeur. Le plus célèbre mensonge est celui de l’étude 329 qui a conclu à l’absence de risque chez les adolescents. Une étude indépendante a dénoncé la manipulation en reprenant les données brutes que le laboratoire avait dissimulées. Quant au suicide des adultes, il est facile de confondre les détracteurs, puisque le suicide est un risque inhérent à la maladie que l’on prétend soigner. Pourtant, la prévalence du suicide est en augmentation dans tous les pays où ces médicaments sont largement prescrits. Les laboratoires trouveront certainement une explication à ce paradoxe gênant...

La dépendance est également niée. Pour cela, il n’est même pas besoin de dissimuler les données et de manipuler les chiffres. La tricherie est plus simple : ces médicaments ayant souvent un effet anxiolytique, leur sevrage provoque des rebonds d’angoisse et de troubles de l’humeur. Ce désagrément est alors utilisé comme argument de preuve de leur efficacité. CQFD !

Enfin, erreurs de diagnostic et de prescription se cumulent en cas de maladie bipolaire, seule situation où le symptôme dépressif n’est pas exclusivement lié à l’environnement social, mais reflète un trouble individuel plus profond. Pour cette maladie bien réelle, les antidépresseurs sont contre-indiqués et dangereux, car ils aggravent ou déclenchent les suicides, violences et homicides. Hélas, le diagnostic est souvent porté après la prescription erronée qui le révèle.

Si la dépression affiche honnêtement une vérité individuelle, ses prétendus médicaments et leurs prescripteurs, non contents d’ignorer cette vérité, pratiquent outrageusement le mensonge et le déni.

Bibliographie

Andrews PW, Thomson JA Jr, Amstadter A, Neale M
Primum non nocere: an evolutionary analysis of whether antidepressants do more harm than good
Front Psychol. 2012;3:117. Published 2012 Apr 24
DOI : 10.3389/fpsyg.2012.00117

Ariane Denoyel
Génération zombie : enquête sur le scandale des antidépresseurs
Fayard, avril 2021

Bertolote JM, Fleischmann A
Suicide and psychiatric diagnosis: a worldwide perspective
World Psychiatry. 2002;1(3):181-185

Coupland C, Hill T, Morriss R, Arthur A, Moore M, Hippisley-Cox J
Antidepressant use and risk of suicide and attempted suicide or self harm in people aged 20 to 64: cohort study using a primary care database
BMJ. 2015;350:h517. Published 2015 Feb 18
DOI : 10.1136/bmj.h517

Ghaemi SN
Treatment of rapid-cycling bipolar disorder : are antidepressants mood destabilizers ?
Am J Psychiatry 2008 ; 165 : 300-302

Gotzsche P
Psychiatrie mortelle et déni organisé
PUL, 2017

Healy D
Bibliographie dédiée aux antidépresseurs de type ISRS
https://davidhealy.org/articles/

Jureidini JN, Amsterdam JD, McHenry LB
The citalopram CIT-MD-18 pediatric depression trial: Deconstruction of medical ghostwriting, data mischaracterisation and academic malfeasance
Int J Risk Saf Med. 2016 Mar 16;28(1):33-43
DOI : 10.3233/JRS-160671

Jureidini JN, Doecke CJ, Mansfield PR, Haby MM, Menkes DB, Tonkin AL
Efficacy and safety of antidepressants for children and adolescents
BMJ. 2004 Apr 10;328(7444):879-83

Keller MB, Ryan ND, Strober M, Klein RG, Kutcher SP, Birmaher B, Hagino OR, Koplewicz H, Carlson GA, Clarke GN, Emslie GJ, Feinberg D, Geller B, Kusumakar V, Papatheodorou G, Sack WH, Sweeney M, Wagner KD, Weller EB, Win
Efficacy of paroxetine in the treatment of adolescent major depression: a randomized, controlled trial
J Am Acad Child Adolesc Psychiatry. 2001 Jul;40(7):762-72

Le Noury J, Nardo JM, Healy D, Jureidini J, Raven M, Tufanaru C, Abi-Jaoude E
Restoring Study 329: efficacy and harms of paroxetine and imipramine in treatment of major depression in adolescence
BMJ. 2015 Sep 16;351:h4320
DOI : 10.1136/bmj.h4320

Lenzer J
Secret US report surfaces on antidepressants in children
BMJ. 2004;329(7461):307
DOI : 10.1136/bmj.329.7461.307

Nielsen M, Hansen EH, Gøtzsche PC
What is the difference between dependence and withdrawal reactions? A comparison of benzodiazepines and selective serotonin re-uptake inhibitors
Addiction. 2012 May;107(5):900-8
DOI : 10.1111/j.1360-0443.2011.03686.x

Prescrire rédaction
L'invention des antidépresseurs
Revue Prescrire, sep 2020, T40, N° 443, p 704-706

Price J, Sloman L, Gardner R Jr, Gilbert P, Rohde P
The social competition hypothesis of depression
Br J Psychiatry. 1994 Mar;164(3):309-15
DOI : 10.1192/bjp.164.3.309

Sachs GS, Nierenberg AA, Calabrese JR, et al
Effectiveness of adjunctive antidepressant treatment for bipolar depression
N Engl J Med. 2007;356(17):1711-1722
DOI : 10.1056/NEJMoa064135

Sharma T, Guski LS, Freund N, Gøtzsche PC
Suicidality and aggression during antidepressant treatment: systematic review and meta-analyses based on clinical study reports
BMJ 2016;352:i65
DOI : 10.1136/bmj.i65

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi...

Adaptation aux petites proies - Les auteurs de cette étude émettent l'hypothèse que les extinctions de la mégafaune tout au [...]

Mutation et sélection des cellules-souche tissulaires comme cause de vieillissement - Il existe une littérature abondante sur l'évolution et le vieillissement destinée à expliquer [...]

Pourquoi sommes-nous si aptes à échapper au cancer ? - Résumé La loi de la sélection naturelle peut être utilisée pour comprendre le développement [...]

Cancer et inflammation, quelle est la force du lien - L’inflammation est connue depuis longtemps comme réaction de protection localisée des tissus à [...]

Génétique évolutionniste des maladies coronaires. - La susceptibilité aux maladies communes telles que les maladies coronaires reflète en partie [...]

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Adage d'hiver - « Un rhume dure une semaine sans soins et 7 jours avec soins ». Les adages sont le vif [...]

Toxicomanie sur ordonnance - Il faudra changer notre image du toxicomane, venant des quartiers défavorisés, peu diplômé, [...]

Pilule et tabac libérateurs - Comme tous les médicaments, la pilule peut tuer. Chaque année, 0,03% de la population [...]

Inné ou acquis ? - Les caractères individuels ont toujours alimenté de vigoureux débats sur les parts respectives [...]

Mediator : pas de corruption hélas ! - L’affaire du Mediator arrive à la suite d’une série déjà longue qui avait [...]

Haut de page