lucperino.com

Cannabis et psychose

humeur du 15/12/2023

Les nostalgiques du « summer of love » ont banalisé le haschich jusqu’à lui donner l’image de drogue douce. On connaissait alors les ravages de l’alcool et pas encore ceux du cannabis. Pourtant dès 1845, Moreau de Tours avait alerté sur le risque de psychose, dans son ouvrage Du haschich et de l’aliénation mentale.

Aujourd’hui, des centaines d’études montrent sans ambiguïté l’association entre cannabis et psychoses, tout particulièrement la schizophrénie. Plus il est consommé tôt, plus il avance la maladie dont on sait que le pronostic est d’autant plus sévère qu’elle survient précocement.

On avait suggéré qu’une prédisposition génétique à la schizophrénie provoquait une attirance vers le cannabis comme automédication, de la même façon qu’un grand généticien avait osé affirmer qu’un seul gène prédisposait à la fois au cancer du poumon et au tabagisme.

Si la génétique de la schizophrénie est largement méconnue, on sait que les vécus douloureux, traumatismes de l’enfance et certains profils psychiques en multiplient le risque. Le haschich, ajouté à ces risques vient encore les multiplier par 2 ou 3. L’IRM constate la diminution du volume cérébral et la perte de substance grise ; ces pertes sont 2 fois plus importantes en cas de consommation de marijuana. Cependant, aucune de ces prédispositions environnementales ou neurophysiologiques n’est prédictive d’une prise ultérieure de cannabis, contredisant l’hypothèse de l’automédication. En revanche, cette idée a la vie dure, augmentant la consommation chez les personnalités schizotypiques et aggravant le cercle vicieux des crises psychotiques et de la dépendance.

Le lien avec les symptômes psychotiques est dose-dépendant. Certains estiment un risque multiplié par 6 après seulement 50 prises de cannabis. Ceux qui ont fumé au moins 3 fois avant l’âge de 15 ans ont un risque 4 fois supérieur dc présenter une schizophrénie à l'âge de 26 ans. La consommation avant 15 ans diminue aussi nettement les performances cognitives, l’attention et le contrôle de l’impulsivité. Evidemment, le risque augmente avec la concentration en THC qui est de 15% dans la skunk contre 5 % dans le hasch.

Toute la sphère mentale est concernée. Le suivi de plus de mille personnes de l’âge de 5 à 38 ans a montré que la consommation de cannabis à l’adolescence est associée à une baisse de QI pouvant aller jusqu’à huit points. Les méta-analyses montrent également l’augmentation notable des troubles anxio-dépressifs, autres psychoses, idées délirantes, hallucinations, déficits cognitifs, agitation psychomotrice, anhédonie, comportements antisociaux.

Sachant que 1,2 millions de français en font un usage régulier et que la consommation chez les 12-18 ans a été multiplié par trois entre 1993 et 2003. Sachant enfin que l’adolescence est une période de vulnérabilité et d’apprentissages, et que le cannabis thérapeutique est annoncé à grands renforts de publicité, voilà un sujet digne du réchauffement climatique.

Bibliographie

Adams AJ, Banister SD, Irizarry L, Trecki J, Schwartz M, Gerona R
“Zombie” Outbreak Caused by the Synthetic Cannabinoid AMB-FUBINACA in New York
N Engl J Med 2017 Jan 19 376 3 235 242
DOI : 10.1056/NEJMoa1610300

Barry KM, Gomajee R, Kousignian I, Bustamante JJH, Lakrout P, Mary-Krause M, Melchior M
Adolescent cannabis experimentation and unemployment in young to mid-adulthood: Results from the French TEMPO Cohort study
Drug Alcohol Depend 2022 Jan 1 230 109201
DOI : 10.1016/j.drugalcdep.2021.109201

Compton MT, Kelley ME, Ramsay CE, et al
Association of pre-onset cannabis, alcohol, and tobacco use with age at onset of prodrome and age at onset of psychosis in first-episode patients
Am J Psychiatry 2009 166 11 1251 1257
DOI : 10.1176/appi.ajp.2009.09030311

Di Forti M, Marconi A, Carra E, et al
Proportion of patients in south London with first-episode psychosis attributable to use of high potency cannabis : a case-control study
Lancet Psychiatry 2015 2 3 233 238
DOI : 10.1016/S2215-0366(14)00117-5

Di Forti M, Quattrone D, Freeman TP, et al
The contribution of cannabis use to variation in the incidence of psychotic disorder across Europe (EU-GEI): a multicentre case-control study
Lancet Psychiatry 2019 6 5 427 436
DOI : 10.1016/S2215-0366(19)30048-3

Fontes MA, Bolla KI, Cunha PJ, Almeida PP, Jungerman F, Laranjeira RR, Bressan RA, Lacerda AL
Cannabis use before age 15 and subsequent executive functioning
Br J Psychiatry 2011 Jun 198 6 442 7
DOI : 10.1192/bjp.bp.110.077479

Freedman R
Cannabis, inhibitory neurons, and the progressive course of schizophrenia
Am J Psychiatry 2008 Apr 165 4 416 9
DOI : 10.1176/appi.ajp.2008.08010147

Gorfinkel LR, Stohl M, Hasin D
Association of Depression with Past-Month Cannabis Use among US Adults Aged 20 to 59 Years, 2005- 2016
JAMA Netw Open 2020 3 8 e2013802
DOI : 10.1001/jamanetworkopen.2020.13802

Gururajan A, Manning EE, Klug M, van den Buuse M
Drugs of abuse and increased risk of psychosis development
Aust N Z J Psychiatry 2012 46 12 1120 1135
DOI : 10.1177/0004867412455232

Henquet C, Krabbendam L, Spauwen J, et al
Prospective cohort study of cannabis use, predisposition for psychosis, and psychotic symptoms in young people
BMJ 2005 330 7481 11
DOI : 10.1136/bmj.38267.664086.63

Hines LA, Freeman TP, Gage SH, et al
Association of high-potency cannabis use with mental health and substance use in adolescence
JAMA Psychiatry 2020 77 10 1044 1051
DOI : 10.1001/jamapsychiatry.2020.1035

Hosseini S, Oremus M
The effect of age of initiation of cannabis use on psychosis, depression, and anxiety among youth under 25 Years
Can J Psychiatry 2019 May 64 5 304 312
DOI : 10.1177/0706743718809339

INSERM (Expertise collective)
La consommation de cannabis est un facteur causal de schizophrénie
Cannabis Quels effets sur le comportement et la santé? Les éditions Inserm 2001 XII 429 p

Kuepper R, van Os J, Lieb R, Wittchen HU, Höfler M, Henquet C
Continued cannabis use and risk of incidence and persistence of psychotic symptoms: 10 year follow-up cohort study
BMJ 2011 342 d738

McGrath J, Welham J, Scott J, et al
Association between cannabis use and psychosis-related outcomes using sibling pair analysis in a cohort of young adults
Arch Gen Psychiatry 2010 67 5 440 447
DOI : 10.1001/archgenpsychiatry.2010.6

Meier MH, Caspi A, Ambler A, Harrington H, Houts R, Keefe RS, McDonald K, Ward A, Poulton R, Moffitt TE
Persistent cannabis users show neuropsychological decline from childhood to midlife
Proc Natl Acad Sci U S A 2012 Oct 2 109 40 E2657 64
DOI : 10.1073/pnas.1206820109

Miettunen J, Törmänen S, Murray GK, et al
Association of cannabis use with prodromal symptoms of psychosis in adolescence
Br J Psychiatry 2008 192 6 470 471
DOI : 10.1192/bjp.bp.107.045740

Moore TH, Zammit S, Lingford-Hughes A, et al
Cannabis use and risk of psychotic or affective mental health outcomes : a systematic review
Lancet 2007 370 9584 319 328
DOI : 10.1016/S0140-6736(07)61162-3

Moreau de Tours JJ
Du hachisch et de l'aliénation mentale
Fortin Masson Paris 1845

Morgan C, Reininghaus U, Reichenberg A, Frissa S; SELCoH study team, Hotopf M, Hatch SL
Adversity, cannabis use and psychotic experiences: evidence of cumulative and synergistic effects
Br J Psychiatry 2014 204 346 53
DOI : 10.1192/bjp.bp.113.134452

Schnell T, Becker T, Thiel MC, Gouzoulis-Mayfrank E
Craving in patients with schizophrenia and cannabis use disorders
Can J Psychiatry 2013 Nov 58 11 646 9

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Placebos culturels - L’effet placebo est sous-estimé par tous. Par les prescripteurs qui pensent que la chimie [...]

L'idiot utile - Un recensement annuel du nombre de personnes porteuses de cancers entre 1970 et 2020, n’a [...]

Poudre de corne aux yeux - Dans le Zaïre des années 1970, le commerce de la « poudre de taureau » était florissant. [...]

Populisme et moral des médecins - L’élection de Trump a suscité de nombreux articles de sociologie politique. C’était le [...]

La mort dans le P.I.B. - D’après le CNPS, la santé représente 11% du PIB. Diverses études de caisses d'assurance [...]

Vous aimerez aussi...

Cancers : le paradoxe de Peto. - Dans les années 1970, Richard Peto s’étonna de constater que les gros animaux à [...]

Alzheimer et fertilité - Certains allèles préjudiciables à la santé, en particulier chez les personnes âgées, ont pu [...]

Auto-immunité et additifs alimentaires - L'incidence des maladies auto-immunes augmente avec l'expansion de la transformation industrielle [...]

Médecine évolutionniste - présentation - Evolution et médecine (traduction de Perlman 2013)  La médecine évolutionniste est un nouveau [...]

Érythème toxique du nouveau-né - 30% à 70% des nouveau-nés présentent une dermatose bénigne qui s’estompe progressivement [...]

La phrase biomédicale aléatoire

Et voici, hors de toute mesure, l'étendue du domaine clinique. Démêler le principe et la cause d'une maladie à travers la confusion et l'obscurité des symptômes ; connaître sa nature, ses formes, ses complications ; distinguer au premier coup d'œil tous ses caractères et toutes ces différences ; séparer d'elle au moyen d'une analyse prompte et délicate tout ce qui lui est étranger ; prévoir les événements avantageux et nuisibles qui doivent survenir pendant le cours de sa durée ; gouverner les moments favorables que la nature suscite pour en opérer la solution ; estimer les forces de la vie et l'activité des organes ; augmenter ou diminuer au besoin leur énergie ; déterminer avec précision quand il faut agir et quand il convient d'attendre ; se décider avec assurance entre plusieurs méthodes de traitement qui offrent toutes des avantages et des inconvénients ; choisir celle dont l'application semble permettre plus de célérité, plus d'agrément, plus de certitude dans le succès ; profiter de l'expérience ; saisir les occasions ; combiner toutes les chances, calculer tous les hasards ; se rendre maître des malades et de leurs affections ; soulager leurs peines ; calmer leurs inquiétudes ; deviner leurs besoins ; supporter leurs caprices ; ménager leur caractère et commander à leur volonté, non comme un tyran cruel qui règne sur des esclaves, mais comme un père tendre qui veille sur la destinée de ses enfants.
― Charles Louis Dumas en 1807 (Eloge de Henri Fouquet)

Haut de page