lucperino.com

Cannabis et psychose

humeur du 15/12/2023

Les nostalgiques du « summer of love » ont banalisé le haschich jusqu’à lui donner l’image de drogue douce. On connaissait alors les ravages de l’alcool et pas encore ceux du cannabis. Pourtant dès 1845, Moreau de Tours avait alerté sur le risque de psychose, dans son ouvrage Du haschich et de l’aliénation mentale.

Aujourd’hui, des centaines d’études montrent sans ambiguïté l’association entre cannabis et psychoses, tout particulièrement la schizophrénie. Plus il est consommé tôt, plus il avance la maladie dont on sait que le pronostic est d’autant plus sévère qu’elle survient précocement.

On avait suggéré qu’une prédisposition génétique à la schizophrénie provoquait une attirance vers le cannabis comme automédication, de la même façon qu’un grand généticien avait osé affirmer qu’un seul gène prédisposait à la fois au cancer du poumon et au tabagisme.

Si la génétique de la schizophrénie est largement méconnue, on sait que les vécus douloureux, traumatismes de l’enfance et certains profils psychiques en multiplient le risque. Le haschich, ajouté à ces risques vient encore les multiplier par 2 ou 3. L’IRM constate la diminution du volume cérébral et la perte de substance grise ; ces pertes sont 2 fois plus importantes en cas de consommation de marijuana. Cependant, aucune de ces prédispositions environnementales ou neurophysiologiques n’est prédictive d’une prise ultérieure de cannabis, contredisant l’hypothèse de l’automédication. En revanche, cette idée a la vie dure, augmentant la consommation chez les personnalités schizotypiques et aggravant le cercle vicieux des crises psychotiques et de la dépendance.

Le lien avec les symptômes psychotiques est dose-dépendant. Certains estiment un risque multiplié par 6 après seulement 50 prises de cannabis. Ceux qui ont fumé au moins 3 fois avant l’âge de 15 ans ont un risque 4 fois supérieur dc présenter une schizophrénie à l'âge de 26 ans. La consommation avant 15 ans diminue aussi nettement les performances cognitives, l’attention et le contrôle de l’impulsivité. Evidemment, le risque augmente avec la concentration en THC qui est de 15% dans la skunk contre 5 % dans le hasch.

Toute la sphère mentale est concernée. Le suivi de plus de mille personnes de l’âge de 5 à 38 ans a montré que la consommation de cannabis à l’adolescence est associée à une baisse de QI pouvant aller jusqu’à huit points. Les méta-analyses montrent également l’augmentation notable des troubles anxio-dépressifs, autres psychoses, idées délirantes, hallucinations, déficits cognitifs, agitation psychomotrice, anhédonie, comportements antisociaux.

Sachant que 1,2 millions de français en font un usage régulier et que la consommation chez les 12-18 ans a été multiplié par trois entre 1993 et 2003. Sachant enfin que l’adolescence est une période de vulnérabilité et d’apprentissages, et que le cannabis thérapeutique est annoncé à grands renforts de publicité, voilà un sujet digne du réchauffement climatique.

Bibliographie

Adams AJ, Banister SD, Irizarry L, Trecki J, Schwartz M, Gerona R
“Zombie” Outbreak Caused by the Synthetic Cannabinoid AMB-FUBINACA in New York
N Engl J Med 2017 Jan 19 376 3 235 242
DOI : 10.1056/NEJMoa1610300

Barry KM, Gomajee R, Kousignian I, Bustamante JJH, Lakrout P, Mary-Krause M, Melchior M
Adolescent cannabis experimentation and unemployment in young to mid-adulthood: Results from the French TEMPO Cohort study
Drug Alcohol Depend 2022 Jan 1 230 109201
DOI : 10.1016/j.drugalcdep.2021.109201

Compton MT, Kelley ME, Ramsay CE, et al
Association of pre-onset cannabis, alcohol, and tobacco use with age at onset of prodrome and age at onset of psychosis in first-episode patients
Am J Psychiatry 2009 166 11 1251 1257
DOI : 10.1176/appi.ajp.2009.09030311

Di Forti M, Marconi A, Carra E, et al
Proportion of patients in south London with first-episode psychosis attributable to use of high potency cannabis : a case-control study
Lancet Psychiatry 2015 2 3 233 238
DOI : 10.1016/S2215-0366(14)00117-5

Di Forti M, Quattrone D, Freeman TP, et al
The contribution of cannabis use to variation in the incidence of psychotic disorder across Europe (EU-GEI): a multicentre case-control study
Lancet Psychiatry 2019 6 5 427 436
DOI : 10.1016/S2215-0366(19)30048-3

Fontes MA, Bolla KI, Cunha PJ, Almeida PP, Jungerman F, Laranjeira RR, Bressan RA, Lacerda AL
Cannabis use before age 15 and subsequent executive functioning
Br J Psychiatry 2011 Jun 198 6 442 7
DOI : 10.1192/bjp.bp.110.077479

Freedman R
Cannabis, inhibitory neurons, and the progressive course of schizophrenia
Am J Psychiatry 2008 Apr 165 4 416 9
DOI : 10.1176/appi.ajp.2008.08010147

Gorfinkel LR, Stohl M, Hasin D
Association of Depression with Past-Month Cannabis Use among US Adults Aged 20 to 59 Years, 2005- 2016
JAMA Netw Open 2020 3 8 e2013802
DOI : 10.1001/jamanetworkopen.2020.13802

Gururajan A, Manning EE, Klug M, van den Buuse M
Drugs of abuse and increased risk of psychosis development
Aust N Z J Psychiatry 2012 46 12 1120 1135
DOI : 10.1177/0004867412455232

Henquet C, Krabbendam L, Spauwen J, et al
Prospective cohort study of cannabis use, predisposition for psychosis, and psychotic symptoms in young people
BMJ 2005 330 7481 11
DOI : 10.1136/bmj.38267.664086.63

Hines LA, Freeman TP, Gage SH, et al
Association of high-potency cannabis use with mental health and substance use in adolescence
JAMA Psychiatry 2020 77 10 1044 1051
DOI : 10.1001/jamapsychiatry.2020.1035

Hosseini S, Oremus M
The effect of age of initiation of cannabis use on psychosis, depression, and anxiety among youth under 25 Years
Can J Psychiatry 2019 May 64 5 304 312
DOI : 10.1177/0706743718809339

INSERM (Expertise collective)
La consommation de cannabis est un facteur causal de schizophrénie
Cannabis Quels effets sur le comportement et la santé? Les éditions Inserm 2001 XII 429 p

Kuepper R, van Os J, Lieb R, Wittchen HU, Höfler M, Henquet C
Continued cannabis use and risk of incidence and persistence of psychotic symptoms: 10 year follow-up cohort study
BMJ 2011 342 d738

McGrath J, Welham J, Scott J, et al
Association between cannabis use and psychosis-related outcomes using sibling pair analysis in a cohort of young adults
Arch Gen Psychiatry 2010 67 5 440 447
DOI : 10.1001/archgenpsychiatry.2010.6

Meier MH, Caspi A, Ambler A, Harrington H, Houts R, Keefe RS, McDonald K, Ward A, Poulton R, Moffitt TE
Persistent cannabis users show neuropsychological decline from childhood to midlife
Proc Natl Acad Sci U S A 2012 Oct 2 109 40 E2657 64
DOI : 10.1073/pnas.1206820109

Miettunen J, Törmänen S, Murray GK, et al
Association of cannabis use with prodromal symptoms of psychosis in adolescence
Br J Psychiatry 2008 192 6 470 471
DOI : 10.1192/bjp.bp.107.045740

Moore TH, Zammit S, Lingford-Hughes A, et al
Cannabis use and risk of psychotic or affective mental health outcomes : a systematic review
Lancet 2007 370 9584 319 328
DOI : 10.1016/S0140-6736(07)61162-3

Moreau de Tours JJ
Du hachisch et de l'aliénation mentale
Fortin Masson Paris 1845

Morgan C, Reininghaus U, Reichenberg A, Frissa S; SELCoH study team, Hotopf M, Hatch SL
Adversity, cannabis use and psychotic experiences: evidence of cumulative and synergistic effects
Br J Psychiatry 2014 204 346 53
DOI : 10.1192/bjp.bp.113.134452

Schnell T, Becker T, Thiel MC, Gouzoulis-Mayfrank E
Craving in patients with schizophrenia and cannabis use disorders
Can J Psychiatry 2013 Nov 58 11 646 9

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Les religions sont-elles cliniques - En ces périodes troubles où une partie non négligeable de l’humanité se remet à tuer au [...]

Lettre à mes patientes porteuses de burqa - Madame, Je suis désolé de ne pas pouvoir accéder à votre requête [...]

Dépakine et les générations futures - Le scandale médicamenteux de la dépakine révèle une nouvelle évidence dans la philosophie du [...]

Avenir de la prévention - Le nouveau ministère souhaite plus de médecine préventive dans les politiques de santé. [...]

Ça fait beaucoup de monde - Les chiffres sont le meilleur levier des mensonges et de la manipulation. Politiques ou [...]

Vous aimerez aussi...

Sélection naturelle et génétique des populations. - Traduction de l’article d’Estelle Vasseur et Lluis Quintana-Murci [...]

Testostérone, fertilité, immunocompétence et statut social. - L’hypothèse du « handicap de la testostérone » suggère que cette hormone agit [...]

Troubles psychiatriques et traits reproductifs chez la femme - Relation génétique possible entre les traits reproductifs de la femme et six troubles [...]

Epigénétique et troubles neurocomportementaux - Identification de rares variations épigénétiques de novo dans certains troubles [...]

Génétique des populations et sélection naturelle. - Traduction de l’article d’Estelle Vasseur et Lluis Quintana-Murci [...]

La phrase biomédicale aléatoire

La médicalisation de la société et la pensée mécaniste alimentent la formation de symptômes somatomorphes. Le non-remboursement de consultations de psychologues, ainsi que la réticence commune à l'égard de la psychiatrie, contribuent au fait qu'un certain nombre de personnes s'adressent à un médecin somaticien. De ce fait, les "malades", pour rendre leur plainte "présentable" au médecin, mettent en forme somatique leur souffrance psychique ou sociale.
― Frédéric Dubas & Catherine Thomas-Antérion

Haut de page