lucperino.com

Alzheimer (maladie d')

dernière mise à jour le 10/05/2018

I/ Les mots et les faits

  • Cognition : Ce mot (presque synonyme d’intelligence) désigne l’ensemble des processus mentaux de la connaissance. Les autres processus mentaux sont l’émotion, l’humeur et l’affectivité.
  • Facultés cognitives : ensemble des facultés qui permettent de connaître son environnement et de le maîtriser : orientation, mémoire, réflexion, déduction, calcul, décision, langage, attention, perception, interprétation, organisation, etc.)
  • Démence : perte des facultés cognitives
  • Maladie neurodégénérative : maladie résultant de la dégénérescence du système nerveux. Les plus connues sont la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson et la maladie de Charcot, mais il y en a beaucoup d’autres.
  • Maladie d’Alzheimer : c’est une maladie neurodégénérative caractérisée par son évolution rapide vers la démence.
  • MA : abréviation utilisée dans cet article pour désigner la maladie d’Alzheimer
  • Fréquence : la MA est la plus fréquente des maladies neurodégénératives. (120 000 nouveaux cas par an en France contre seulement 11 000 pour la maladie de Parkinson). Elle concerne une personne sur mille avant 65 ans, 5% des personnes de plus de 65 ans, 15% des plus de 75 ans, et  25% après 85 ans.
  • Déficit cognitif lié à l’âge : déclin normal des facultés cognitives chez tous les sujets avec le vieillissement. Ce déclin diffère selon les sujets, et, chez le même sujet, il diffère selon chaque faculté cognitive.
  • Déficit cognitif léger : Il est le plus souvent lié à l’âge, mais il peut être le signe précurseur d’une MA. Dans tous les cas, les mesures préventives et curatives sont identiques.

II/ Combattre les idées reçues

  • Dément ne veut pas dire fou. La démence n’est pas synonyme de folie, elle se résume à la perte de la cognition. Beaucoup de maladies psychiatriques n’entraînent pas de perte des facultés cognitives. Certaines, comme la dépression, peuvent être un facteur de risque.
  • Le déclin des facultés cognitives commence chez tout le monde bien avant 60 ans. La performance des processus cognitifs diminue avec l’âge comme celle de tous les autres processus (musculaires, immunologiques, cardio-vasculaires, sensoriels, etc.)
  • Le déficit cognitif léger est le plus souvent lié à l’âge et il n’est pas forcément le signe précurseur d’une MA. La mémoire diminue naturellement avec l’âge, mais aucun centenaire n’a la MA, car ceux qui en sont atteints décèdent bien avant.
  • L’âge n’est pas un facteur de risque direct de la MA, il est le multiplicateur de tous les autres facteurs de risque de cette maladie. C’est une maladie neurodégénérative d’apparition tardive.
  • Contrairement à ce qui est parfois dit, le dépistage est totalement inutile puisqu’il n’existe aucun traitement pharmacologique, ni préventif, ni curatif. Les mesures préventives étant  exactement les mêmes que les mesures thérapeutiques, le moment du diagnostic n’a pas beaucoup d’importance. (Nous verrons plus loin ces mesures)
  • Il ne faut donc pas confondre le déficit cognitif léger lié à l’âge avec la MA, car cela aggrave l’angoisse des patients et des familles.
  • La création des centres mémoire n’a rien changé au diagnostic, à l’évolution et au pronostic de la MA. Les médecins généralistes ont les mêmes résultats.
  • Les meilleurs résultats sont obtenus par la famille du patient. La MA est avant tout une épreuve pour les familles, bien plus que pour les patients eux-mêmes.
  • Les interventions psychosociales ne retardent ni le déclin cognitif ni la mise en institution.
  • La MA peut atteindre des personnes très intelligentes et très cultivées. Cependant le manque d’éducation et le manque d’entraînement cognitif constituent un facteur de risque. (Voir aussi plus loin la théorie de la réserve cognitive)  

III/ Les idées forces

  • Les symptômes classiques de la maladie sont les suivants :
    • Perte de mémoire immédiate, puis ancienne, puis inefficacité de l’indiçage (fourniture d’un indice pour aider le souvenir)
    • Difficultés dans les tâches familières (repas, courses, ménage, etc.)
    • Troubles du langage (incohérences, répétitions, substitutions de mots)
    • Désorientation spatiotemporelle (rue, dates, saison, nuit/jour)
    • Difficultés de jugement (bon sens, convenances, évaluation des risques)
    • Perte des notions abstraites (chiffres, calcul, aiguilles de l’horloge)
    • Troubles de l’humeur (pleurs et rires soudains, baisse de l’empathie, pas de projet)
    • Perte des fonctions exécutives (remplir un formulaire, utiliser un répertoire)
    • Apraxie : perte des gestes complexes (habillage, bricolage, machines)
    • Agnosie : non reconnaissance des visages, des panneaux, des objets.
  • Le diagnostic est certain lorsque plusieurs de ces symptômes progressent irréversiblement et que le retentissement social devient important.
  • Des tests très simples permettent à la famille d’orienter le diagnostic :
    • Répéter 5 mots après un court délai (sans et avec indiçage)
    • Dire l’heure à partir du dessin des aiguilles d’une horloge
    • Vérifier 4 activités quotidiennes simples (téléphoner, transports publics, gestion des finances, gestion des médicaments)
  • Les médecins utilisent essentiellement deux tests :
    • le MMS (mini mental score) noté sur 30
    • l’IADL (international activities of daily living) un peu plus complexe.
  • Pour les patients les plus inquiets, il existe même un test d’autodiagnostic TYM (Test Your Memory)
  • En France, la grille AGGIR est utilisée uniquement pour accorder une allocation pour perte d’autonomie (APA)
  • Le diagnostic est essentiellement clinique. Les examens complémentaires sont inutiles pour le diagnostic, mais peuvent servir uniquement à la recherche :
    • IRM pour mesurer l’atrophie du cortex cérébral
    • Ponction lombaire pour doser la protéine tau
    • Biopsie cérébrale pour voir les plaques β amyloïdes
  • De nombreux marqueurs biologiques sont testés pour faire un diagnostic plus précoce. Ils n’ont aucune utilité pratique, mais ils sont utiles pour la recherche. En réalité le but est essentiellement commercial pour parvenir à démontrer l’action éventuelle d’un médicament sur un test biologique. (C’est ce que l’on appelle un critère secondaire ou une preuve indirecte, mais qui n’est pas une vérité clinique. La seule vérité est le résultat clinique)
  • Beaucoup de tests sont également recherchés pour essayer de prévoir l’évolution d’un déficit cognitif léger lié à l’âge vers une MA (Le but commercial est exactement me même que ci-dessus, cette recherche n’a pas d’intérêt pratique, mais elle bénéficie d’un énorme budget, car l’enjeu commercial est énorme)
  • En réalité, plus qu’un réel problème médical, cette maladie est avant tout un drame familial et un énorme défi social :
    • Un seul malade perturbe la vie quotidienne de 3 à 4 proches (soit 3 à 4 millions de personnes pour 1 million de malades).
    • Le coût financier est très élevé tant pour le placement en institution que pour les aides au le maintien à domicile. Actuellement, 30% des patients vivent en institution contre 70% à domicile.

Traitement curatif

  • De nombreux médicaments ont été testés et continuent à l’être. Tous, sans exception ont abouti à un échec clinique, et souvent une dégradation. En voici une liste non exhaustive : mémantine, anticholinestérasiques, insuline intranasale, antidépresseurs, statines, anticorps monoclonaux anti-amyloïdes, etc. Même des vaccins ont été testés ou sont en cours d’étude.
  • Actuellement, tous les médicaments proposés dans cette maladie ont un ratio bénéfices/risques défavorable pour les raisons suivantes :
    • Inefficacité globale sur l’évolution de la maladie
    • Interactions dangereuses avec d’autres médicaments fréquemment prescrits chez les personnes âgées
    • Effets secondaires nombreux et parfois sévères
    • Incapacité cognitive des patients à relater les effets secondaires
    • Incapacité cognitive des patients à évaluer les bienfaits éventuels
    • Impossibilité médicale à contrôler l’action sur les multiples symptômes de la maladie.
    • Au mieux, ces médicaments ont un effet « doping » en apportant parfois une amélioration passagère de quelques mois, suivie d’un retour à un état équivalent ou pire que l’état antérieur.
  • Le plus important effet indésirable de ces médicaments est de diminuer l’investissement dans les thérapeutiques non médicamenteuses qui sont plus efficaces pour ralentir l’évolution.
  • Les thérapeutiques non médicamenteuses sont celles qui ont les meilleurs résultats tant en préventif qu’en curatif :
    • Environnement familier, affection, caresses, soutien familial
    • Kinésithérapie
    • Stimulation intellectuelle, échange social, dialogue, lecture, jeu, danse, jardinage, bricolage, voyages, bilinguisme.
    • Mais avant tout la marche et l’exercice physique ont les meilleurs résultats pour ralentir l’évolution.
  • Il faut garder à l’esprit que, dans l’impossibilité de guérison, le seul but recherché est de ralentir l’évolution de la maladie et de retarder la perte totale d’autonomie et la mise en institution.

Prévention

  • Il est souvent bien difficile d’affirmer qu’un aliment, une conduite, une vitamine ont une action préventive sur la maladie. Cependant, il semble que certains facteurs ont une influence pour diminuer la fréquence de la maladie ou retarder son âge d’apparition :
    • L’exercice physique régulier (c’est le plus important)
    • L’éducation, l’école et la stimulation intellectuelle
    • L’engagement social, les projets professionnels, le travail
    • La nutrition, les vitamines, les oligo-éléments suivants :
      • Régime diversifié
      • Régime méditerranéen
      • Vitamine D (très probablement)
      • Acide folique
      • Fruits et légumes

Causes

  • Il s’agit d’une maladie aux causes multiples (multifactorielle). Les facteurs de risque les plus fréquemment cités sont :
    • Consommation de psychotropes, surtout les tranquillisants et somnifères (benzodiazépines)
    • Intoxications (mercure, aluminium)
    • Traumatismes crâniens
    • Dépressions (surtout chez les hommes)
    • Sédentarité. L’ostéoporose est souvent associée au déclin cognitif. La vitesse de la marche décline souvent en parallèle au déclin des performances cognitives.
    • Solitude
  • D’autres facteurs de risques sont parfois évoqués :
    • Médicaments : antiinflammatoires non stéroïdiens (AINS), antiacides gastriques (IPP et sels d’aluminium)
    • Faible niveau d’éducation. En réalité l’éducation joue aussi un rôle indirect, car les signes évidents de la maladie apparaissent plus tardivement si le niveau est élevé. (C’est la théorie de la « réserve cognitive »).
    • Anémie
    • Le seul fait de ne pas avoir de projet multiplie par 2,5 le risque de MA
  • Les facteurs génétiques
    • Le gène le plus connu est fameux gène ApOE ε4
    • Le facteur génétique est certain dans seulement 5% des MA qui sont des formes rares à début très précoce.
    • On a décelé plus de cent gènes de prédisposition. Ce qui ne veut donc rien dire, mais confirme l’énorme budget consacré à la recherche. Le but de ces dépenses faramineuses n’est hélas pas celui de la santé publique, bien que la MA soit un problème majeur de santé publique.
  • Les causes vasculaires
    • Ce sont certainement parmi les plus importantes
    • Les maladies cardio-vasculaires aggravent les déficits cognitifs et avancent l’âge d’apparition de la MA
    • La neuro-dégénérescence s’explique aussi par un déficit circulatoire
    • Ainsi les facteurs de risque de maladies vasculaires, sont aussi des facteurs de risque de MA (sédentarité, tabac, surcharges métaboliques, hypertension, obésité, etc.)
    • Par contre, le diabète ne semble pas être un facteur de risque. (Certaines études suggèrent même qu’il protégerait même contre le déclin cognitif !)
    • Il semble que la cuisson de la viande à température trop élevée soit un facteur de risque indépendant en augmentant les produits dérivés de la glycation.

IV/ Espace d’éducation et de progrès

  • Comme pour toutes les maladies vasculaires et dégénératives, l’essentiel du progrès à espérer se trouve dans la prévention et non dans le traitement.
  • Enfin les traitements médicamenteux, même s’ils arrivaient un jour à présenter une efficacité minime grâce aux progrès de la recherche, ne doivent pas nous faire oublier que les traitements essentiels sont sociaux, affectifs, physiques et cognitifs.
  • Pour affirmer le diagnostic, il faut éliminer les autres causes de démence et de troubles de mémoire : tumeurs cérébrales, encéphalites, AVC, ictus mnésique, Syndrome de Korsakoff chez les alcooliques, certaines maladies psychiatriques, traumatismes crâniens, intoxications, usage de drogues, etc. La MA représente 70% des démences
  • Il ne faut pas confondre le dépistage, totalement inutile, du repérage qui consiste à faire le diagnostic lorsque la maladie débute avec ses premiers troubles de mémoire. (Par exemple, la perte  de l’odorat peut parfois être un symptôme de début)
  • La géronto-technologie est un ensemble d’appareils proposés pour aider les patients, améliorer leur intérieur, compenser la perte d’autonomie (appels d’urgence, bracelets à localisation GPS et autres gadgets sans autre limite que celle de l’imagination des marchands). Ce commerce florissant ne retarde pas la perte d’autonomie et il peut même être délétère, en prolongeant la période de solitude.

V/ Radio trottoir des erreurs quotidiennes

  • J’oublie souvent où j’ai mis mes clés, j’ai peur d’avoir la maladie d’Alzheimer. (Non, rien ne le prouve, le déficit cognitif léger lié à l’âge n’est pas un signe précurseur. Nous allons faire des tests simples pour voir où vous en êtes. Par contre si le souci de votre âge vous déprime, sachez que la dépression est un facteur de prédisposition et d’aggravation pour la maladie d’Alzheimer.)
  • Ma mère avait la maladie d’Alzheimer, j’ai peur de l’avoir. (Premièrement, il faudrait avoir la certitude que c’était bien une maladie d’Alzheimer, car vous me dites qu’elle l’a eue à 90 ans. Ensuite les causes génétiques semblent être très faibles dans cette maladie puisqu’elles concernent moins de 5% des cas)
  • Je mélange parfois les prénoms de mes petits enfants (même réponse qu’en 1)
  • Parfois, je prends ma voiture et je prends par habitude un chemin qui n’est pas celui où je dois aller. (La distraction n’est pas un signe précurseur de la maladie d’Alzheimer) + (même réponse qu’en 1)
  • Ma mère a une maladie d’Alzheimer, pourquoi ne lui fait-on pas une IRM ? (Parce que le diagnostic clinique suffit et qu’une IRM n’est pas un traitement !)
  • Le médecin a supprimé tous les médicaments de mon père. (Il a eu raison, car ils lui faisaient probablement plus de mal que de bien)
  • Pourquoi n’aide-t-on pas plus les familles éprouvées par la charge d’un tel patient ? (Vous avez raison de poser la question, l’argent de la recherche serait mieux utilisé pour aider les aidants, mais il ne peut hélas pas y avoir  de transfert du privé vers le public. Cela dépasse largement la cadre de la médecine et du soin !)
  • Mon père a 95 ans, il perd complètement la tête, maison lui dit que ce n’est pas une maladie d’Alzheimer. (Auparavant, on parlait de démence sénile pour désigner la démence vasculaire. Les causes vasculaires sont plus fréquentes qu’on ne le croit. Toutes les démences ne sont pas des maladies d’Alzheimer).
  • Je n’aime pas quand on me dit que ma mère a une démence. (Je comprends, car ce terme a été longtemps considéré comme un synonyme de folie, mais ce n’est pas la même chose.)
  • Pourquoi les gens riches cultivés n’aiment pas reconnaître qu’ils ont une maladie d’Alzheimer. (Ils pensent que c’est une maladie de gens peu cultivés, car cela a été beaucoup dit. Ce n’est pas exact, mais ces patients arrivent à tricher, à masquer certains symptômes, et à tromper le médecin plus longtemps !)
  • C’est la dépression ou la prise de médicaments contre la dépression qui favorise la maladie d’Alzheimer ? (C’est probablement les deux !)

Bibliographie

The three stages of Alzheimer's disease
Lancet. 2011 Apr 30;377(9776):1465
DOI : 10.1016/S0140-6736(11)60582-5

Aarsland D, Sardahaee FS, Anderssen S, Ballard C; Alzheimer's Society Systematic Review group
Is physical activity a potential preventive factor for vascular dementia? A systematic review
Aging Ment Health. 2010 May;14(4):386-95
DOI : 10.1080/13607860903586136

Abbott RD, White LR, Ross GW, Masaki KH, Curb JD, Petrovitch H
Walking and dementia in physically capable elderly men
JAMA. 2004 Sep 22;292(12):1447-53

Annweiler C, Schott AM, Allali G, Bridenbaugh SA, Kressig RW, Allain P, Herrmann FR, Beauchet O
Association of vitamin D deficiency with cognitive impairment in older women: cross-sectional study
Neurology. 2010 Jan 5;74(1):27-32
DOI : 10.1212/WNL.0b013e3181beecd3

Barnes DE
Midlife vs late-life depressive symptoms and risk of dementia: differential effects for Alzheimer Disease and Vascular Dementia
Arch Gen Psychiatry 2012 ; 69 (5) : 493–498

Billioti DE Gage S, Bégaud B, Bazin F, Verdoux H, Dartigues J, Pérès K, Kurth T, Pariente A
Benzodiazepine use and risk of dementia: prospective population based study
BMJ. 2012; 345: e6231
DOI : 10.1136/bmj.e6231

Boyle PA, Buchman AS, Barnes LL, Bennett DA
Effect of a purpose in life on risk of incident Alzheimer disease and mild cognitive impairment in community-dwelling older persons
Arch Gen Psychiatry. 2010 Mar;67(3):304-10
DOI : 10.1001/archgenpsychiatry.2009.208

Collège national des généralistes enseignants
Maladies d’Alzheimer et apparentées : structurer la prise en charge autour des interventions non médicamenteuses
http://cnge.fr/media/docs/cnge_site/cnge/111121_Communiqué_CNGE_Alzheimer.pdf

da Silva J, Gonçalves-Pereira M, Xavier M, Mukaetova-Ladinska EB
Affective disorders and risk of developing dementia: systematic review
Br J Psychiatry. 2013 Mar;202(3):177-86
DOI : 10.1192/bjp.bp.111.101931

Dal Forno G, Palermo MT, Donohue JE, Karagiozis H, Zonderman AB, Kawas CH
Depressive symptoms, sex and risk for Alzheimer’s disease
Ann Neurol. 2005 Mar;57(3):381-7

Daviglus ML, Plassman BL, Pirzada A, Bell CC, Bowen PE, Burke JR, Connolly ES Jr, Dunbar-Jacob JM, Granieri EC, McGarry K, Patel D, Trevisan M, Williams JW Jr
Risk Factors and Preventive Interventions for Alzheimer Disease: State of the Science
Arch Neurol. 2011 Sep;68(9):1185-90
DOI : 10.1001/archneurol.2011.100

Durga J, van Boxtel MP, Schouten EG, Kok FJ, Jolles J, Katan MB, Verhoef P
Effect of 3-year folic acid supplementation on cognitive function in older adults in the FACIT trial: a randomised, double blind, controlled trial
Lancet. 2007 Jan 20;369(9557):208-16

Fallahzadeh MK, Borhani Haghighi A, Namazi MR
Proton pump inhibitors: predisposers to Alzheimer disease ?
J Clin Pharm Ther. 2010 Apr;35(2):125-6
DOI : 10.1111/j.1365-2710.2009.01100.x

Faux NG, Rembach A, Wiley J, Ellis KA, Ames D, Fowler CJ, Martins RN, Pertile KK, Rumble RL, Trounson B, Masters CL, Bush AI
An anemia of Alzheimer's disease
Mol Psychiatry. 2014 Nov;19(11):1227-34
DOI : 10.1038/mp.2013.178

Feldman HH, Ferris S, Winblad B, Sfikas N, Mancione L, He Y, Tekin S, Burns A, Cummings J, del Ser T, Inzitari D, Orgogozo JM, Sauer H, Scheltens P, Scarpini E, Herrmann N, Farlow M, Potkin S, Charles HC, Fox NC, Lane R
Effect of rivastigmine on delay to diagnosis of Alzheimer’s disease from mild cognitive impairment: the InDDEx study
Lancet Neurol. 2007 Jun;6(6):501-12

Gillette Guyonnet S and al
IANA task force on nutrition and cognitive decline with aging
J Nutr Health Aging. 2007 Mar-Apr;11(2):132-52

Gomm W, von Holt K, Thomé F, Broich K, Maier W, Fink A, Doblhammer G, Haenisch B
Association of Proton Pump Inhibitors With Risk of Dementia: A Pharmacoepidemiological Claims Data Analysis
JAMA Neurol. 2016 Apr;73(4):410-6
DOI : 10.1001/jamaneurol.2015.4791

Gorospe EC et coll
The risk of dementia with increased body mass index
Age and ageing 2007; 36: 23-29

Haenisch B, von Holt K, Wiese B, Prokein J, Lange C, Ernst A, Brettschneider C, König HH, Werle J, Weyerer S, Luppa M, Riedel-Heller SG, Fuchs A, Pentzek M, Weeg D, Bickel H, Broich K, Jessen F, Maier W, Scherer M
Risk of dementia in elderly patients with the use of proton pump inhibitors
Eur Arch Psychiatry Clin Neurosci. 2015 Aug;265(5):419-28
DOI : 10.1007/s00406-014-0554-0

Hayden KM, Zandi PP, Khachaturian AS, Szekely CA, Fotuhi M, Norton MC, Tschanz JT, Pieper CF, Corcoran C, Lyketsos CG, Breitner JC, Welsh-Bohmer KA; Cache County Investigators
Does NSAID use modify cognitive trajectories in the elderly ? The Cache County study
Neurology. 2007 Jul 17;69(3):275-82

Hill NT, Mowszowski L, Naismith SL, Chadwick VL, Valenzuela M, Lampit A
Computerized Cognitive Training in Older Adults With Mild Cognitive Impairment or Dementia: A Systematic Review and Meta-Analysis
Am J Psychiatry. 2017 Apr 1;174(4):329-340
DOI : 10.1176/appi.ajp.2016.16030360

Holmes C, Boche D, Wilkinson D, Yadegarfar G, Hopkins V, Bayer A, Jones RW, Bullock R, Love S, Neal JW, Zotova E, Nicoll JA
Long-term effects of Abeta42 immunisation in Alzheimer's disease: follow-up of a randomised, placebo-controlled phase I trial
Lancet. 2008 Jul 19;372(9634):216-23
DOI : 10.1016/S0140-6736(08)61075-2

Honig LS, Vellas B, Woodward M, Boada M, Bullock R, Borrie M, Hager K, Andreasen N, Scarpini E, Liu-Seifert H, Case M, Dean RA, Hake A, Sundell K, Poole Hoffmann V, Carlson C, Khanna R, Mintun M, DeMattos R, Selzler KJ,
Trial of Solanezumab for Mild Dementia Due to Alzheimer's Disease
N Engl J Med. 2018 Jan 25;378(4):321-330
DOI : 10.1056/NEJMoa1705971

In t' Veld BA, Ruitenberg A, Hofman A, Launer LJ, van Duijn CM, Stijnen T, Breteler MM, Stricker BH
Nonsteroidal antiinflammatory drugs and the risk of Alzheimer's disease
N Engl J Med. 2001 Nov 22;345(21):1515-21

Jessen F and Subjective Cognitive Decline Initiative (SCD-I) Working Group
A conceptual framework for research on subjective cognitive decline in preclinical Alzheimer’s disease
Alzheimers Dement. 2014 Nov; 10(6): 844–852
DOI : 10.1016/j.jalz.2014.01.001

Kaarin JA et al
Smoking as a risk factor for dementia and cognitive decline : a meta-analysis of prospective studies
Am J Epidemiol 2007 ; 166 : 367-378

Khachaturian AS, Corcoran CD, Mayer LS, Zandi PP, Breitner JC
Apolipoprotein E e4 count affects âge at onset of Alzheimer disease, but not life time susceptibility. The Cache Count Study
Arch Gen Psychiatry. 2004 May;61(5):518-24

Ko SY, Ko HA, Chu KH, Shieh TM, Chi TC, Chen HI, Chang WC, Chang SS
The Possible Mechanism of Advanced Glycation End Products (AGEs) for Alzheimer's Disease
PLoS One. 2015 Nov 20;10(11):e0143345
DOI : 10.1371/journal.pone.0143345

Koivisto AM, Hallikainen I, Välimäki T, Hongisto K, Hiltunen A, Karppi P, Sivenius J, Soininen H, Martikainen J
Early psychosocial intervention does not delay institutionalization in persons with mild Alzheimer disease and has impact on neither disease progression nor caregivers' well-being: ALSOVA 3-year follow-up
Int J Geriatr Psychiatry. 2016 Mar;31(3):273-83
DOI : 10.1002/gps.4321

Larson EB, Wang L, Bowen JD, McCormick WC, Teri L, Crane P, Kukull W
Exercise is associated with reduced risk for incident dementia among persons 65 years of age and older
Ann Intern Med. 2006 Jan 17;144(2):73-81

Lautenschlager NT, Cox KL, Flicker L, Foster JK, van Bockxmeer FM, Xiao J, Greenop KR, Almeida OP
Effect of physical activity on cognitive function in older adults at risk for Alzheimer disease: a randomized trial
JAMA. 2008 Sep 3;300(9):1027-37
DOI : 10.1001/jama.300.9.1027

Lee BK, Glass TA, James BD, Bandeen-Roche K, Schwartz BS
Neighborhood psychosocial environment, apolipoprotein E genotype, and cognitive function in older adults
Arch Gen Psychiatry. 2011 Mar;68(3):314-21
DOI : 10.1001/archgenpsychiatry.2011.6

McGuinness B, Craig D, Bullock R, Passmore P
Statins for the prevention of dementia
Cochrane Database Syst Rev. 2016 Jan 4;(1):CD003160
DOI : 10.1002/14651858.CD003160.pub3

Mckhann G, Drachman D, Folstein M, Katzman R, Price D, Stadlan EM
Clinical diagnosis of Alzheimer's disease. Report of the NINCDS‐ADRDA Work Group* under the auspices of Department of Health and Human Services Task Force on Alzheimer's Disease
Neurology July 1984 vol. 34 no. 7 939
DOI : 10.1212/WNL.34.7.939

Meeuwsen EJ et al
Effectiveness of dementia follow-up care by memory clinics or general practitioners: randomised controlled trial
BMJ. 2012;344:e3086
DOI : 10.1136/bmj.e3086

Modrego PJ et coll
Depression in patients with mild cognitive impairment increases the risk of developing dementia of Alzheimer type. A prospective cohort study
Arch Neurol 2004, 61, p 1290-1293

Moyer VA; U.S. Preventive Services Task Force
Screening for Cognitive Impairment in Older Adults: US Preventive Services Task Force Recommendation statement
Ann Intern Med. 2014 Jun 3;160(11):791-7
DOI : 10.7326/M14-0496

Murray AD, Staff RT, McNeil CJ, Salarirad S, Ahearn TS, Mustafa N, Whalley LJ
The balance between cognitive reserve and brain imaging biomarkers of cerebrovascular and Alzheimer's diseases
Brain. 2011 Dec;134(Pt 12):3687-96
DOI : 10.1093/brain/awr259.

Olazarán J, Muñiz R, Reisberg B, Peña-Casanova J, del Ser T, Cruz-Jentoft AJ, Serrano P, Navarro E, García de la Rocha ML, Frank A, Galiano M, Fernández-Bullido Y, Serra JA, González-Salvador MT, Sevilla C
Benefits of cognitive-motor intervention in MCI and mild to moderate Alzheimer disease
Neurology. 2004 Dec 28;63(12):2348-53

Ownby RL, Crocco E, Acevedo A, John V, Loewenstein D
Depression and risk for Alzheimer disease: systematic review, meta-analysis, and metaregression analysis
Arch Gen Psychiatry. 2006 May;63(5):530-8

Prescrire rédaction
Maladies d'Alzheimer : traitement médicamenteux
Revue Prescrire, t 32, N° 345, Juillet 2012

Richards M et coll
Cognitive ability in childhood and cognitive décline in mjd-life : longitudinal birth cohort study
Br Med J., 2004 ; 328 : 552-555

Richards M, Deary IJ
A life course approach to cognitive reserve : a model for cognitive aging and development
Ann Neurol, 2005, 58, p 617-622

Ruitenberg A, den Heijer T, Bakker SL, van Swieten JC, Koudstaal PJ, Hofman A, Breteler MM
Cerebral hypoperfusion and clinical onset of dementia: the Rotterdam study
Ann Neurol. 2005 Jun;57(6):789-94

Saczynski JS, Pfeifer LA, Masaki K, Korf ES, Laurin D, White L, Launer LJ
The effect of social engagement on incident dementia. The Honolulu Aging Study
Am J Epidemiol. 2006 Mar 1;163(5):433-40

Shash D, Kurth T, Bertrand M, Dufouil C, Barberger-Gateau P, Berr C, Ritchie K, Dartigues JF, Bégaud B, Alpérovitch A, Tzourio C
Benzodiazepine, psychotropic medication, and dementia: A population-based cohort study
Alzheimers Dement. 2016 May;12(5):604-13
DOI : 10.1016/j.jalz.2015.10.006

Singh-Manoux A, Kivimaki M, Glymour MM, Elbaz A, Berr C, Ebmeier KP, Ferrie JE, Dugravot A
Timing of onset of cognitive decline: results from Whitehall II prospective cohort study
BMJ. 2012 Jan 5;344:d7622
DOI : 10.1136/bmj.d7622

Stefani A et al
CSF biomarkers, impairment of cerebral hemodynamics and degree of cognitive decline in Alzheimer's and mixed dementia
J Neurol Sci, 2009, 283, p 109-115

Tan ZS, Seshadri S, Beiser A, Zhang Y, Felson D, Hannan MT, Au R, Wolf PA, Kiel DP
Bone mineral density and the risk of Alzheimer disease
Arch Neurol. 2005 Jan;62(1):107-11

Thambisetty M, Jeffrey Metter E, Yang A, Dolan H, Marano C, Zonderman AB, Troncoso JC, Zhou Y, Wong DF, Ferrucci L, Egan J, Resnick SM, O'Brien RJ
Glucose Intolerance, Insulin Resistance, and Pathological Features of Alzheimer Disease in the Baltimore Longitudinal Study of Aging
JAMA Neurol. 2013 Sep 1;70(9):1167-72

Weuve J, Kang JH, Manson JE, Breteler MM, Ware JH, Grodstein F
Physical activity, including walking, and cognitive function in older women
JAMA. 2004 Sep 22;292(12):1454-61

Willis SL, Tennstedt SL, Marsiske M, Ball K, Elias J, Mann Koepke K, Morris JN, Rebok GW, Unverzagt FW, Stoddard AM, Wright E
Long-term Effects of Cognitive Training on Everyday Functional Outcomes in Older Adults
JAMA. 2006 Dec 20; 296(23): 2805–2814

 

Lire les chroniques hebdomadaires de LP

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Argument de l'espérance de vie - Analyser et critiquer nos actions est source de progrès. Dans le domaine [...]

DSM américain contre psychiatrie française - A chaque sortie d’une nouvelle version du DSM [1], de nombreux psychiatres et [...]

Vitesse et prostitution - Interdiction est un mot délicat à manipuler dans nos pays démocratiques, même lorsqu'il [...]

L'erreur n'est pas toujours le médicament - Le Thalidomide® et le Distilbène® font partie de ces gros scandales de l’histoire de [...]

Vaccinations sanitaires et marchandes - Pendant très longtemps, le commerce des vaccins n’a pas répondu aux règles du marché. [...]

Vous aimerez aussi...

Cancer et inflammation, quelle est la force du lien - L’inflammation est connue depuis longtemps comme réaction de protection localisée des tissus à [...]

Sélection de la longévité humaine. - La longévité de l’homme a longtemps été considérée comme non soumise aux [...]

Alzheimer et fertilité - Certains allèles préjudiciables à la santé, en particulier chez les personnes âgées, ont pu [...]

Gradients socio-économiques et conduites sanitaires - Abstract Les gradients socio-économiques dans les comportements de santé sont omniprésents et [...]

Rôle de Chlamydophila Pneumoniae dans la maladie d’Alzheimer - L’hypothèse infectieuse de la maladie d’Alzheimer a souvent été évoquée depuis les années [...]

La phrase biomédicale aléatoire

La vie est cette activité polarisée de débat avec le milieu qui se sent ou non normale, selon qu'elle se sent ou non en position normative. Le médecin a pris le parti de la vie. La science le sert dans l'accomplissement des devoirs qui naissent de ce choix. L'appel au médecin vient du malade (!). C'est l'écho de cet appel pathétique qui fait qualifier de pathologique toutes les sciences qu'utilise au secours de la vie la technique médicale. C'est ainsi qu'il y a une anatomie pathologique, une physiologie pathologique, une histologie pathologique, une embryologie pathologique. Mais leur qualité de pathologique est un import d'origine technique et par là d'origine subjective. Il n'y a pas de pathologie objective. On peut décrire objectivement des structures ou des comportements, on ne peut les dire "pathologiques" sur la foi d'aucun critère purement objectif. Objectivement, on ne peut définir que des variétés ou des différences, sans valeur vitale positive ou négative.
― Georges Canguilhem

La phrase biomédicale aléatoire

Et voici, hors de toute mesure, l'étendue du domaine clinique. Démêler le principe et la cause d'une maladie à travers la confusion et l'obscurité des symptômes ; connaître sa nature, ses formes, ses complications ; distinguer au premier coup d'œil tous ses caractères et toutes ces différences ; séparer d'elle au moyen d'une analyse prompte et délicate tout ce qui lui est étranger ; prévoir les événements avantageux et nuisibles qui doivent survenir pendant le cours de sa durée ; gouverner les moments favorables que la nature suscite pour en opérer la solution ; estimer les forces de la vie et l'activité des organes ; augmenter ou diminuer au besoin leur énergie ; déterminer avec précision quand il faut agir et quand il convient d'attendre ; se décider avec assurance entre plusieurs méthodes de traitement qui offrent toutes des avantages et des inconvénients ; choisir celle dont l'application semble permettre plus de célérité, plus d'agrément, plus de certitude dans le succès ; profiter de l'expérience ; saisir les occasions ; combiner toutes les chances, calculer tous les hasards ; se rendre maître des malades et de leurs affections ; soulager leurs peines ; calmer leurs inquiétudes ; deviner leurs besoins ; supporter leurs caprices ; ménager leur caractère et commander à leur volonté, non comme un tyran cruel qui règne sur des esclaves, mais comme un père tendre qui veille sur la destinée de ses enfants.
― Charles Louis Dumas en 1807 (Eloge de Henri Fouquet)

La phrase biomédicale aléatoire

Tout entière axée sur la production, la consommation et le profit, l'économie de la fin du XIX° siècle (au sens large) n'est pas étrangère au succès du médicament sous toutes ses formes. Vanté par la publicité, source de profit considérable et pas toujours efficace, il se révèle paradoxalement un obstacle à la réalisation de projets médicaux surtout axés sur l'hygiène.
― Olivier Faure

Haut de page