lucperino.com

Épidémiologie économique

humeur du 27/02/2020

Il serait stupide de comparer la mortalité des épidémies d’hier avec celle des émergences d’aujourd’hui. Vouloir comparer la peste qui a tué 35% de la population d’Europe en 5 ans, au SIDA qui a tué une personne sur mille en quarante ans, serait ridicule. Le rapport numérique étant de 1 à 3000.

Les différences profondes sont ailleurs. Notre vigilance clinique permet de détecter rapidement une maladie émergente et notre technologie d’en connaître la nature. Nos mesures préventives et curatives semblent devoir nous protéger définitivement de toute velléité d’apocalypse virale. Enfin et surtout, l’information perturbe notre discernement, les citoyens n’avaient nul besoin de médias pour constater l’exacte réalité épidémiologique de la variole ou du choléra, alors que sans eux, nous ne saurions même pas que le SRAS ou Ebola ont un jour fait l’objet de terrifiantes projections.

Mais, il y a aussi des similitudes entre ces différents évènements de notre histoire infectieuse : elles sont d’ordre économique. La crise frumentaire qui a suivi la peste a amplifié sa gravité. Les paysans morts, plus de froment, les boulanger morts, plus de pain, les forgerons morts, plus de charrue, etc. Le désordre socio-économique engendré par les épidémies en aggravait encore la mortalité. Des facteurs économiques et commerciaux se retrouvent également en amont des épidémies. La peste a suivi la route des épices, la syphilis et le choléra ont suivi l’exode rural et l’urbanisation, les zoonoses suivent les déforestations et les viroses respiratoires suivent le trafic aérien.  

Lors de l’émergence du SRAS à Hong-Kong en 2003, c’est la première fois que j’ai noté l’évaluation d’une épidémie en termes de dollars autant qu’en termes de morts. L’épidémie a coûté 700 vies et 30 milliards de dollars. Nous pouvons évaluer aujourd’hui que l’épidémie africaine d’Ebola en 2014 qui a fait plus de 10 000 morts en a provoqué davantage par les effets indirects de la crise économique, la désorganisation hospitalière et l’insécurité alimentaire.

Le coronavirus actuel semble avoir une contagiosité élevée fort heureusement associée à une létalité inférieure à celle des deux précédents (MERS et SRAS). Il fera probablement le tour du monde avec l’inévitable inflation médiatique et les indispensables précautions sanitaires des autorités. On peut raisonnablement émettre l’hypothèse que les répercussions économiques, déjà considérables, peuvent générer plus de morbidité et de mortalité que le virus lui-même. Cette morbidité indirecte est d’autant plus dommageable qu’elle touche ceux qui sont en activité, donc les plus jeunes et les plus sains.

Faudra-t-il complètement repenser l’épidémiologie du futur, faire passer la morbidité psychologique, les addictions et les suicides liés au chômage avant la comptabilité des morts directement liées aux virus émergents ?

La morbidité d’Homo economicus est plus complexe que celle d’Homo sapiens.

Bibliographie

Diakite AS
L’épidémie à virus Ébola en Guinée, ses conséquences sanitaires et socio-économiques
Bull. Acad. Natle Méd., 2014, 198, no 8, 1505-1514, séance du 4 novembre 2014

Huang C et al
Clinical features of patients infected with 2019 novel coronavirus in Wuhan, China
Lancet. 2020 Feb 15;395(10223):497-506
DOI : 10.1016/S0140-6736(20)30183-5

Sun P, Lu X, Xu C, Sun W, Pan B
Understanding of COVID-19 based on current evidence
J Med Virol. 2020 Feb 25
DOI : 10.1002/jmv.25722

Xu XW et al
Clinical findings in a group of patients infected with the 2019 novel coronavirus (SARS-Cov-2) outside of Wuhan, China: retrospective case series
BMJ. 2020 Feb 19;368:m606
DOI : 10.1136/bmj.m606

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

Lire les chroniques hebdomadaires de LP

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Survie après diagnostic de cancer - Lorsque l’on parle de taux de survie en cancérologie, c’est une erreur de mélanger les [...]

L’avenir du syndrome grippal - Dans les dossiers de nos patients, nous avons chacun nos petites manies pour résumer en [...]

Nature de la mort - Les épidémies d’autrefois simplifiaient l’épidémiologie de la mort, ceux qui en avaient [...]

Paradoxe avortement/euthanasie - À mon titre d’homme, j’ai toujours été favorable à l’avortement et à [...]

Antioxydants, déméthylants, télomérase et greenwashing, même combat - La production d’énergie à partir de l’oxygène permet le fonctionnement de nos cellules, [...]

Anthropologie générale / Sociologie

• Adolescence : importance clinique des phases de vie • Altitude : adaptation [...]

Haut de page