lucperino.com

Irrémédiable immunosénescence

humeur du 28/01/2021

Certains d’entre vous l’ont remarqué, lorsque les années s’accumulent, l’aspect de la peau se modifie. Diminution progressive des fibres élastiques, de l’acide hyaluronique, des cellules souches et des divisions cellulaires. Sans savoir tout cela, les plus ignares en biologie peuvent évaluer l’âge d’une personne avec un risque d’erreur de moins de 10% rien qu’en regardant son visage.
Au niveau des cartilages, des tendons et des muscles, les mêmes dégradations cellulaires se produisent accompagnées des douleurs et ankyloses diverses qui rythment la vie des séniors. 
Aucun système, aucun organe, aucune muqueuse n’échappe à cette dégénérescence. La sénescence des cellules est irrémédiable, car les processus physiologiques qui la sous-tendent permettent aussi de protéger les jeunes cellules contre les tumeurs. Entre prolifération cellulaire infinie et vieillissement cellulaire, la nature a trouvé un compromis pour éviter que nos organismes multicellulaires ne se transforment en énormes cancers.
C’est probablement parce que la dégradation du système immunitaire est moins visible que celle de la peau ou des cartilages que certains esprits frustes ont pensé pouvoir vacciner jusqu’à des âges canoniques contre les maladies qui tuent à ces âges-là. Force est de constater que le système immunitaire n’a pas miraculeusement échappé aux processus de la sénescence, puisque les vaccins faits aux enfants entraînent la suppression définitive des maladies visées, alors que la vaccination antigrippale ciblant les personnes âgées n’a pas beaucoup modifié le profil épidémiologique de cette maladie. Moi qui suis pourtant un inconditionnel défenseur de la vaccination, je m’étonne de cet acharnement annuel, sur un système immunitaire plus vieux d’un an à chaque fois.
Une solution, d’élégance incertaine, est de vacciner les enfants contre des maladies qui ne les tuent pas, pour empêcher ces maladies d’atteindre le séniors. Certains le proposent déjà pour la grippe et le SarsCov2.
Il existe actuellement plus de 300 vaccins à l’étude, certains contre des cancers, d’autres contre l’Alzheimer, la schizophrénie ou le tabac. Véridique !
Il serait cocasse de vacciner contre des cancers, des personnes âgées qui ont précisément atteint un grand âge car leurs processus de sénescence ont bien fonctionné et les ont protégées contre ces mêmes cancers. Vacciner les enfants contre ces cancers risquerait de provoquer un conflit avec leurs indispensables processus de sénescence. Vacciner des immunosénescents contre la maladie d’Alzheimer serait aussi ubuesque que d’en vacciner des enfants. Enfin, je reste pantois devant ceux qui pensent pouvoir éradiquer les maladies infectieuses qui tuent en fin de vie.  
Je pressens confusément qu’il va nous manquer de moyens pour contrôler les critères d’évaluation, les conflits d’intérêts et les objectifs de ces études et projets vaccinaux qui luttent conjointement, et sans concertation, contre la sénescence,  les cancers et les maladies infectieuses.

Bibliographie

Brondello JM, Prieur A, Philipot D, Lemaitre JM, Lenaers G, Piette J, Dulic V
La sénescence cellulaire. Un nouveau mythe de Janus ?
Med Sci (Paris). 2012 March; 28(3): 288–296
DOI : 10.1051/medsci/2012283017

de Boer PT, Backer JA, van Hoek AJ, Wallinga J
Vaccinating children against influenza : averall cost-effective with potential for undesirable outcomes
BMC Med. 2020;18(1):11. Published 2020 Jan 14
DOI : 10.1186/s12916-019-1471-x

Esterlis I, Hannestad JO, Perkins E, et al
Effect of a nicotine vaccine on nicotine binding to β2-nicotinic acetylcholine receptors in vivo in human tobacco smokers
Am J Psychiatry. 2013;170(4):399‐407
DOI : 10.1176/appi.ajp.2012.12060793

Grange JM, Stanford JL, Stanford CA, Kolmel KF
Vaccination strategies to reduce the risk of leukaemia and melanoma
J R Soc Med. 2003 Aug; 96(8): 389–392

Hayflick L
The limited in vitro lifetime of human diploid cell strains
Experimental Cell Research (1965) 37 (3): 614–636
DOI : 10.1016/0014-4827(65)90211-9

Hayflick L
The cell biology of aging
Clin Geriatr Med. 1985 Feb;1(1):15-27

Holmes C, Boche D, Wilkinson D, Yadegarfar G, Hopkins V, Bayer A, Jones RW, Bullock R, Love S, Neal JW, Zotova E, Nicoll JA
Long-term effects of Abeta42 immunisation in Alzheimer's disease: follow-up of a randomised, placebo-controlled phase I trial
Lancet. 2008 Jul 19;372(9634):216-23
DOI : 10.1016/S0140-6736(08)61075-2

Kipnis J, Cohen H, Cardon M, Ziv Y, Schwartz M
T cell deficiency leads to cognitive dysfunction: implications for therapeutic vaccination for schizophrenia and other psychiatric conditions
Proc Natl Acad Sci U S A. 2004 May 25;101(21):8180-5

Krtolica A, Parrinello S, Lockett S, Desprez PY, Campisi J
Senescent fibroblasts promote epithelial cell growth and tumorigenesis: a link between cancer and aging
Proc Natl Acad Sci U S A. 2001 Oct 9;98(21):12072-7

Lakshminarayanan V, Thompson P, Wolfert MA, Buskas T, Bradley JM, Pathangey LB, Madsen CS, Cohen PA, Gendler SJ, Boons GJ
Immune recognition of tumor-associated mucin MUC1 is achieved by a fully synthetic aberrantly glycosylated MUC1 tripartite vaccine
Proc Natl Acad Sci U S A. 2012 Jan 3;109(1):261-6
DOI : 10.1073/pnas.1115166109.

Lise Barnéoud
Immunisés ? Un nouveau regard sur les vaccins
Permier Parallèle, 2017

Mac-mary S, Viennet C
Vieillissement cutané (visible) et dommages cellulaires (invisibles)
JIM, 01/08/2012

Santuccione AC, Merlini M, Shetty A, Tackenberg C, Bali J, Ferretti MT, McAfoose J, Kulic L, Bernreuther C, Welt T, Grimm J, Glatzel M, Rajendran L, Hock C, Nitsch RM
Active vaccination with ankyrin G reduces β-amyloid pathology in APP transgenic mice
Mol Psychiatry. 2013 Mar;18(3):358-68
DOI : 10.1038/mp.2012.70

Souty C, Vilcu AM, Capai L, van der Werf S, Valette M, Blanchon T, Lina B, Behillil S, Hanslik T, Falchi A
Early estimates of 2016/2017 seasonal influenza vaccine effectiveness in primary care in France
J Clin Virol. 2017 Oct;95:1-4
DOI : 10.1016/j.jcv.2017.08.002

Tamir A, Basagila E, Kagahzian A, Jiao L, Jensen S, Nicholls J, Tate P, Stamp G, Farzaneh F, Harrison P, Stauss H, George AJ, Habib N, Lechler RI, Lombardi G
Induction of tumor-specific T-cell responses by vaccination with tumor lysate-loaded dendritic cells in colorectal cancer patients with carcinoembryonic-antigen positive tumors
Cancer Immunol Immunother. 2007 Dec;56(12):2003-16

Wong K, Campitelli MA, Stukel TA, Kwong JC
Estimating Influenza Vaccine Effectiveness in Community-Dwelling Elderly Patients Using the Instrumental Variable Analysis Method
Arch ntern Med. 2012;172:484-91

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Laurent chez le calculateur pharaonique - Laurent est un cadre quinquagénaire, gourmand de technologie et avide de progrès. Pour son [...]

Soigneurs et soignants - Le domaine du soin est vaste ; on peut soigner son jardin, sa voiture, ses enfants, son chat. [...]

Diabète de type 2 : on continue sans rien changer - Parmi cent identiques, je choisis au hasard un article, récemment inséré dans mon [...]

Adage d'hiver - « Un rhume dure une semaine sans soins et 7 jours avec soins ». Les adages sont le vif [...]

Recyclages - En ces temps de préoccupations écologiques, le recyclage propose de donner une nouvelle vie [...]

Vous aimerez aussi...

Cancer et inflammation, quelle est la force du lien - L’inflammation est connue depuis longtemps comme réaction de protection localisée des tissus à [...]

Urbanisation : lèpre et tuberculose. - Un lien certain existe entre l’urbanisation et certaines maladies. Mais ce [...]

Rapport entre homicides et taille des groupes sociaux - Un magnifique article de Dunbar : Gérer le stress de la vie en groupe lors de la transition vers [...]

Génomique des maladies des anciens hominines - Si l’on en juge par leur ADN fossile, nos ancêtres avaient une plus grande propension aux [...]

Hypothèse hygiéniste : critique du livre de Rook. -   Evaluation critique et constructive de l’hypothèse hygiéniste dans une perspective [...]

La phrase biomédicale aléatoire

Le seul facteur fondamental pour l'efficacité du travail analytique est la capacité du psychothérapeute et du patient à accorder une certaine croyance aux interprétations qu'ils manipulent ensemble !
Une croyance n'est pas un fait de science échangeable et modifiable au gré de notre raison. Au contraire, une certaine une certaine intimité et une mise à distance de ses propres croyances de celles des autres semble nécessaire afin de les protéger.
― Lionel Naccache

Haut de page