lucperino.com

Drogues : addiction et sevrage

dernière mise à jour le 26/10/2017

I/ Les mots et les faits

  • Drogue : nom général donné à toutes les substances chimiques dont la consommation peut conduire à des symptômes d’intoxication, d’abus, de dépendance et de sevrage
  • Intoxication : symptômes résultant de la consommation d’une substance chimique à une dose inhabituelle.
  • Abus : lorsque la consommation d’une substance a des répercussions sur la vie familiale, professionnelle ou sociale et/ou conduit à des conduites dangereuses ou illégales. Mais sans signes de dépendance. Il ne faut pas confondre abus et dépendance.
  • Dépendance : lorsque l’arrêt de la consommation n’est plus possible par la volonté. Une dépendance peut être physique, psychologique ou les deux à la fois.
  • Addiction : synonyme de dépendance, plus souvent utilisé aujourd’hui en médecine, car le mot dépendance s’adresse aussi à des personnes qui ne sont pas autonomes (handicap, personnes âgées)
  • Dépendance psychologique : (à une substance ou un comportement) Lorsque l’arrêt de la substance ou du comportement ne provoque pas de troubles physiques (physiologiques), mais seulement une gêne ou une souffrance psychologique.
  • Dépendance physique : (à une substance exclusivement) lorsque l’arrêt (sevrage) de la substance provoque des troubles physiques (physiologiques), parfois graves, voire mortels.
  • Sevrage : Arrêt volontaire ou forcé de consommation d’une substance.
  • Syndrome de sevrage : ensemble des troubles physiologiques et comportementaux qui surviennent à l’arrêt de consommation d’une drogue.
  • Les familles de drogues sont :
    • Alcool
    • Cannabis (haschisch, marijuana)
    • Cocaïne et crack
    • Amphétamine et dérivés
    • Hallucinogènes (végétaux et synthétiques)
    • Héroïne, morphine, opiacés et opioïdes
    • Médicaments psychotropes (benzodiazépines, neuroleptiques)
    • Autres médicaments détournés de leur usage (très nombreux)
    • Nouveaux produits de synthèse (dérivés des précédents)
    • Composés volatils : (poppers et solvants)
    • Tabac

II/ Combattre les idées reçues

  • Il ne faut pas confondre la dépendance physique et la dépendance psychologique
  • Lorsqu’il y a une dépendance physique, il y a obligatoirement un syndrome de sevrage
  • Lorsque l’addiction n’est que psychologique, il n’y a pas de syndrome de sevrage
  • Toutes les drogues ne conduisent pas obligatoirement à une dépendance physique ni à un syndrome de sevrage
  • Certains produits (sucre, café, chocolat) peuvent entraîner de fortes addictions, mais ne sont pas considérés comme des drogues. (L’addiction au sucre est très forte et précoce, encouragée par le marché dès l’enfance)
  • Malgré la médiatisation des drogues illicites (illégales) et la criminalité qui les entoure, ce sont de très loin les drogues licites (légales) (alcool, tranquillisants, médicaments opiacés) qui constituent le plus grand fléau social et sanitaire.
  • L’alcool est, de très loin, la plus dangereuse de toutes les drogues par ses effets physiques et sociaux et par le nombre d’utilisateurs.
  • Le temps de consommation avant d’arriver à une dépendance physique est excessivement variable selon le type de drogue :
    • Quelques semaines pour les tranquillisants
    • Quelques mois pour les opiacés
    • Quelques années pour l’alcool
    • Des décennies pour le tabac
  • Les soins médicaux sont devenus aujourd’hui l’une des premières causes d’addiction, principalement par les benzodiazépines et les opiacés.
  • Les morphinomanes d’origine médicale sont désormais bien plus nombreux que les héroïnomanes d’origine sociale.
  • Le sevrage est très difficile pour l’alcool, les opiacés et les tranquillisants
  • Le sevrage est relativement facile pour le tabac, le cannabis et la cocaïne
  • Le sevrage est très facile pour la caféine, les hallucinogènes et les composés volatils

III/ Les idées forces

  • Les critères d’abus d’une substance sont les suivants
    • Répercussions dans la vie professionnelle ou familiale ou sociale
    • Risques de conduites dangereuses (alcool au volant)
    • Problèmes judiciaires
    • Utilisation continue malgré la reconnaissance de ces problèmes par la personne elle-même
    • Pas encore de symptômes de dépendance
  • Les critères de dépendance sont les suivants :
    • L’effet de la substance diminue au cours du temps et la personne a besoin de quantités toujours plus fortes pour obtenir l’effet désiré
    • Il existe un syndrome de sevrage
    • Il est nécessaire de prendre une substance similaire ou de remplacement pour ne plus souffrir
    • La personne fait des efforts permanents et infructueux pour limiter sa consommation.
    • Beaucoup de temps est dépensé pour se procurer la substance, la consommer et récupérer de ses effets
    • Des activités sociales, professionnelles ou de loisir sont abandonnées à cause de l’utilisation de la substance
    • La consommation se poursuit bien que la personne reconnaisse que ses problèmes viennent de là
  • On distingue 4 types de symptômes selon la phase d’utilisation d’une drogue :
    • Symptômes d’intoxication aigue
    • Symptômes d’abus et d’intoxication chronique
    • Symptômes de dépendance
    • Symptômes de sevrage
  • Les symptômes sont variables selon les drogues, ils se rangent toujours dans les catégories suivantes :
    • Délires et troubles psychotiques
    • Démence
    • Amnésie
    • Anxiété et troubles de l’humeur
    • Troubles du sommeil
    • Troubles de la sexualité.
    • Signes neurologiques : convulsions, coma
  • En cas de rémission volontaire ou avec l’aide médicale on définit :
    • Rémission précoce complète : aucun signe de rechute (abus) entre 1 et 12 mois
    • Rémission prolongée complète : idem pendant plus d’un an
    • Rémission précoce partielle : Pas de critère de dépendance, mais au moins un abus entre 1 et 12 mois
    • Rémission prolongée partielle : idem pendant plus d’un an
  • La rémission avec besoin d’un traitement de substitution utilise les mêmes critères
  • La rémission dans un environnement protégé ou surveillé utilise les mêmes critères
  • En cas de rechute on utilise les termes de : légère, moyenne ou grave
  • Le coût social d’une drogue se calcule en chiffrant divers paramètres :
    • Perte en années de vie et qualité de vie
    • Perte en productivité
    • Coût des comportements violents
    • Dépenses publiques en soins et en répression
    • Gains publics par les taxes perçues et les retraites non versées
  • Le coût social de l’alcool en France est de 120 milliards d’euros par an
  • Le coût social de l’ensemble des drogues illicites est de 8 milliards d’euros par an
  • Le coût en nombre d’années de vie perdues est le suivant
  • Alcool : 17 années par consommateur. Soit 810 000 chaque année en France
  • Tabac : 9 années par consommateur. Soit 710 000 chaque année en France
  • Ensemble des drogues illicites : 18 par consommateur. Soit 43 000 par an

Le tableau suivant montre les différentes familles de drogues en fonction de leur toxicité, de leur dépendance, de la dangerosité sociale et de la criminalité associée.

  Toxicité générale (médicale) Dépendance psychique dépendance physique Dangerosité sociale  Criminalité associée
Alcool  +++++ +++++ +++++ +++++  
Cannabis ++ ++     ++++
Cocaïne et crack ++++ +++++ +++ + ++++
Amphétamines et dérivés ++ + + ++ +
Hallucinogènes ++ +   + +
Opiacés +++++ +++++ +++++ ++ +++++
Médicaments psychotropes benzodiazépines ++ + ++    
Nouveaux produits de synthèse ? + ? + ++
Composés volatils et solvants ++ +      

IV/ Espace d'éducation et de progrès

  • Alcool
    • 2 millions d’alcoolo-dépendants en France
    • 45% des jeunes de moins de 18 ans consomment de l’alcool
    • 25% des jeunes de moins de 18 ans se sont déjà enivrés
    • La consommation chronique globale diminue depuis quelques années, mais la consommation aiguë augmente chez les adolescents : nouvelle mode du « binge drinking »
    • La consommation excessive d’alcool pendant l’adolescence entraîne une perte définitive de substance grise cérébrale.
    • L’alcool peut induire des délires et des épisodes psychotiques (bipolaire, schizophrénie)
    • L’alcool détériore le cerveau, les nerfs (polynévrites), la mémoire (amnésie), le jugement (démence), le caractère et le sommeil.
    • L’alcool altère le foie. Il provoque des cancers de la bouche, du larynx, du côlon, du foie et du pancréas.
    • L’alcool provoque une prise de poids, une accumulation de graisses toxiques et des complications cardio-vasculaires.
    • L’alcool peut provoquer des convulsions, des comas et la mort
    • Les analyses telles que gamma GT, VGM, transferrine carboxy déficiente (CDT) permettent de déceler une intoxication alcoolique, mais n’aident pas à distinguer les alcoolo-dépendants.
    • Le syndrome de sevrage à l’alcool est très grave : Sudation, anxiété, agitation convulsions, délires, hallucinations. Les benzodiazépines en sont le meilleur traitement, mais elles entraînent une nouvelle dépendance. Il faut aussi donner de la vitamine B1 car la carence est grave.
    • Les troubles de mémoire et la démence de l’alcoolisme ne disparaîtront jamais.
    • L’alcool tue vingt fois plus que l’ensemble des drogues illicites sans compter les morts des victimes des alcooliques (conjoints, accidents de la route, bagarres, etc.)
    • En France : 13% des décès des hommes et 5% des décès des femmes sont imputables à l’alcool.
    • L’un des plus graves problèmes actuels est la publicité de l’alcool pour les jeunes, avec promotion perverse du « binge drinking ».
    • Evidemment, l'alcool est très toxique en cas de grossesse. Il est la cause d'hypotrophie foetale et de retard cognitif des enfants nés de mère alcoolique
  • Cannabis
    • Connu aussi sous les noms de chanvre, haschisch, marijuana, sinsemilla
    • Le produit toxique est le Δ9-tetrahydrocannabinol (Δ9-THC)
    • Les produits actuellement vendus sont enrichis en Δ9-THC pour augmenter l’addiction
    • Le cannabis déclenche ou aggrave la schizophrénie, surtout avec les concentrations actuelles en Δ9-THC.
    • Il provoque des cancers bronchiques
    • Il est à l’origine d’accidents de la route
    • Il baisse significativement le QI, il provoque des dépressions, suicide, comportements antisociaux et troubles de la mémoire.
    • En classe de troisième, 24% des filles et 28% des garçons ont déjà fumé du cannabis.
    • Le cannabis est beaucoup plus toxique avant l’âge de 15 ans.
    • Une consommation trop forte à l’adolescence conduit à de grosses difficultés intellectuelles et sociales futures.
    • Il provoque un moment d’euphorie et calme angoisses et douleurs
    • Les nouvelles propositions d’utilisation médicale du cannabis, largement médiatisées, et orchestrées habilement, constituent une grave erreur (comparable à l’utilisation déraisonnable de la morphine).
  • Cocaïne et crack
    • Provoque une sensation de puissance intellectuelle et physique et une certaine euphorie.
    • Apparition rapide de dépendance psychique avec dépression, anxiété et irritabilité en cas de manque.
    • Les « bébés cocaïne » sont les nouveau-nés drogués dès la naissance, à cause de l’intoxication de la mère pendant la grossesse. L’avenir de ces enfants est gravement compromis sur tous les plans.
  • Amphétamine et dérivés
    • Tous les médicaments coupe-faim
    • MDMA (méthylène dioxy métamphétamine)
    • Métamphétamine (yaba, ice, crystal meth)
    • Phentermine, méphédrone.
    • Ecstasy dont l’utilisation pendant la grossesse provoque des malformations fœtales
    • La méthylènedioxypyrovalérone (MDPV) (également connu sous le nom de « sels de bain » et utilisé aussi comme tel) est un puissant stimulant du système nerveux central dont les effets durent de 6 à 8 heures.
    • Les feuilles de Khat
  • Hallucinogènes 
    • champignons (psylocibes)
    • Végétaux (salvia, datura, iboga, ayahuasca, rose des bois, peyotl)
    • Synthétiques
      • LSD ou acide lysergique,
      • GHB (gamma hydroxy butyrate) connue sous le nom de drogue du violeur, car il induit des comportements de totale soumission avec amnésie,
    • Anesthésiques et analgésiques détournés (kétamine, phéncyclidine ou PCP, nefopam, benzylpiperazine)
    • Tous provoquent des hallucinations avec distorsions visuelles, auditives ou spatiales
    • Ils n’entraînent pas de dépendance physique, mais peuvent provoquer des « bad trips » avec accidents traumatiques.
  • Opiacés
    • Ils sont tous dérivés de l’opium
    • L’héroïne est la drogue qui donne les plus rapides et plus fortes dépendances physiques
    • Le sevrage est impossible sans produits de substitution
    • Ils provoquent des convulsions et des comas
    • La mortalité par overdose est très élevée
    • Les injections ont favorisé les épidémies de SIDA et d’hépatite C
    • La morphine est essentiellement d’origine médicale et présente les mêmes risques
    • Les opioïdes sont des dérivés moins toxiques à usage médical (codéine, dihydrocodéine, tramadol, dextrométhorphane, loperamide), mais aboutissant aussi à des addictions physiques
    • La médecine est devenue la principale cause d’addiction aux opiacés.
    • Les produits de substitution (Buprénorphine, méthadone) sont aussi des opiacés avec addiction définitive. Hélas, ils ne changent rien au nombre de morts par overdose.
    • Il existe de très graves syndromes de sevrage chez les nouveau-nés de mère héroïnomane.
  • Médicaments psychotropes
    • Benzodiazépines anxiolytiques ou hypnotiques (rohypnol, zolpidem, clonazepam, etc.)
    • Antidépresseurs (tianeptine, ISRS, etc.)
    • Neuroleptiques (quietapine, etc.)
    • Psychostimulants (méthylphénidate et modafinil)
    • Tous entraînent de rapides et fortes dépendances physiques et psychiques
  • Autres médicaments détournés de leur usage
    • Antihistaminiques H1 (Diphénydramine, diménhydrate)
    • Antiépileptiques (topiramate)
    • Antispasmodiques (trimebutine)
    • Myorelaxants (méphénésine)
  • Nouveaux produits de synthèse
    • Dérivés de produits pharmaceutiques et fabriqués en Asie
    • Dérivés du cannabis comme AMB-Fubinaca qui peut provoquer des comportements de zombie avec amnésie totale.
    • Dérivés de l’ecstasy, du MDMA ou du LSD)
    • Ils sont souvent pulvérisés sur des mélanges végétaux.
    • Ils échappent à la loi, car ils ne figurent pas sur les listes de produits interdits
    • On ignore généralement tout de leur danger et de leur consommation
    • Ils portent des noms fantaisistes qui promettent des effets « hors du commun » (Spice, K2, K3, Herbal Incense, Ice, Mojo, Scooby Snax, Bliss, Black Mamba, Demon, Armaggedon, Aroma, Krokodil, Molly, Crazy Monkey, Yucatan Fire, etc.).
  • Composés volatils :
    • poppers (amyle, butyle, propyle, pentyle, cyclohexyle)
    • solvants organiques (éther, trichloréthylène, chloroforme, détachants, solvants de peinture, aérosols, protoxyde d’azote, colles, etc.)
    • Ils déclenchent euphorie, rires et relaxation
    • Déclenchent une vasodilatation qui améliorerait les performances sexuelles
    • Ils détériorent assez vite les facultés mentales et entraînent des addictions physiques et psychiques.
  • Tabac
    • C’est un cas  très particulier, car la dépendance physique est tardive, mais la dépendance psychologique est précoce et forte.
    • Il majore les risques de tous les cancers, en particulier sein, poumons, vessie, larynx.
    • Malgré un sevrage relativement facile et un syndrome de sevrage peu grave, il existe un énorme marché de produits supposés aider au sevrage, mais dont le résultat est rarement supérieur à une thérapie cognitivo-comportementale.

Le tableau suivant montre les différents types de symptômes en cas d’intoxication ou de sevrage. (P indique les symptômes permanents, c’est-à-dire qui ne disparaîtront jamais, même après sevrage réussi).

  Delirium Démence Troubles de mémoire Troubles psychotiques Troubles de l'humeur Anxiété Troubles sexuels Troubles du sommeil Convulsions
Alcool I - S P P I - S I - S I - S I I - S S
Amphétamines I       I   I - S I   I I - S I
Caféine           I      
Cocaïne I     I I - S I - S I I - S I
Hallucinogènes I     I I    I      
Opiacés I     I I   I I - S  
Phencyclidine
PCP
I     I I I     I
Anxiolytiques et hypnotiques I - S P P I - S I - S S I I - S S
Solvants volatils   P   I I I      

 

  • Addictions à des comportements
    • Depuis quelques temps, on a tendance à inscrire des addictions à des comportements dans la liste médicale des addictions
    • Les deux addictions comportementales les plus courantes sont
      • L’addiction aux écrans : télévision, internet, jeux-vidéos (particulièrement dangereuse chez l’enfant)
      • L’addiction aux jeux de hasard et d’argent
    • La dépendance est uniquement psychologique
    • Il n’y a pas de syndrome de sevrage
    • Le traitement est exclusivement cognitivo-comportemental.
    • Il faut absolument éviter tous les médicaments (tranquillisants ou autres) au risque de créer de véritables addictions physiques.
    • On parle parfois d'addiction au sexe, au travail, au sport, mais cela relève d’autres pathologies névrotiques, plutôt hors de notre sujet.

V/ Radio trottoir des erreurs quotidiennes

  • Les drogues ont toujours existé dans toutes les sociétés. (C’est vrai, mais leur usage était festif, convivial et rare en milieu rural. L’urbanisation a favorisé l’alcoolisme de masse avec et les nouvelles pratiques marchandes licites et illicites ont multiplié le nombre de consommateurs, surtout les jeunes).
  • Le grand Pasteur disait du vin qu’il était une boisson saine. (Les publicitaires ont beaucoup utilisé cette phrase célèbre, mais ils oublient de dire que le grand homme ajoutait qu’il fallait le consommer avec modération, de manière conviviale et non solitaire et que passé deux verres, l’alcool n’est plus l’ami de l’homme) 
  • L’alcool n’est tout de même pas une drogue forte. (Si hélas, mais le problème est qu’il a une bonne presse, surtout lez vin. Son usage est convivial et socialement toléré. L’alcoolique est souvent un compagnon cordial. L’alcool a une très forte dangerosité sociale par les accidents et les homicides).
  • La consommation de cannabis cesse souvent à l’âge adulte. (C’est vrai, mais les dégâts cognitifs sont parfois irrémédiables et l’ascension sociale est bien plus difficile).
  • Le sevrage du tabac est vraiment difficile. (Ce sevrage est psychologiquement difficile, mais la véritable dépendance est rare et elle survient après une consommation régulière de plusieurs décennies. Les fumeurs sont très nombreux et le marché du sevrage est presque aussi lucratif que le marché du tabac lui-même, c’est pourquoi on répète qu’il est difficile. Mais c’est l’un des sevrages les plus faciles parmi toutes les drogues).
  • Il serait mieux de légaliser le cannabis. (Cette légalisation diminue certainement la criminalité associée, mais elle ne diminue pas la dépendance, car les marchands vendent alors des produits de plus en plus concentrés en Δ9-THC pour augmenter la consommation).
  • La caféine et la théine sont aussi des drogues. (Oui, mais leur consommation ne pose pas de problème médical particulier, en dehors de la tachycardie, ni de problème social.)

Bibliographie

Adams AJ, Banister SD, Irizarry L, Trecki J, Schwartz M, Gerona R
“Zombie” Outbreak Caused by the Synthetic Cannabinoid AMB-FUBINACA in New York
N Engl J Med. 2017 Jan 19;376(3):235-242
DOI : 10.1056/NEJMoa1610300

Block JJ
Issues for DSM-V: Internet addiction
Am J Psychiatry. 2008 Mar;165(3):306-7
DOI : 10.1176/appi.ajp.2007.07101556

Buckholtz JW, Treadway MT, Cowan RL, Woodward ND, Li R, Ansari MS, Baldwin RM, Schwartzman AN, Shelby ES, Smith CE, Kessler RM, Zald DH
Dopaminergic network differences in human impulsivity
Science. 2010 Jul 30;329(5991):532
DOI : 10.1126/science.1185778

Christakis DA
Internet addiction : a 21st century epidemic?
BMC Med. 2010 Oct 18;8:61
DOI : 10.1186/1741-7015-8-61

Cornish R, Macleod J, Strang J, Vickerman P, Hickman M
Risk of death during and after opiate substitution treatment in primary care: prospective observational study in UK
BMJ 2010;341:c5475
DOI : 10.1136/bmj.c5475

Demirci K, Akgönül M, Akpinar A
Relationship of smartphone use severity with sleep quality, depression, and anxiety in university students
J Behav Addict. 2015 Jun;4(2):85-92
DOI : 10.1556/2006.4.2015.010

Domino KB, Hornbein TF, Polissar NL, Renner G, Johnson J, Alberti S, Hankes L
Risk factors for relapse in health care professionals with substance use disorders
JAMA. 2005 Mar 23;293(12):1453-60

ElSohly MA, Mehmedic Z, Foster S, Gon C, Chandra S, Church JC
Changes in cannabis potency over the last two decades (1995-2014) - Analysis of current data in the united states
Biol Psychiatry. 2016 Apr 1;79(7):613-9
DOI : 10.1016/j.biopsych.2016.01.004

Fontes MA, Bolla KI, Cunha PJ, Almeida PP, Jungerman F, Laranjeira RR, Bressan RA, Lacerda AL
Cannabis use before age 15 and subsequent executive functioning
Br J Psychiatry. 2011 Jun;198(6):442-7
DOI : 10.1192/bjp.bp.110.077479

Goldstein RZ, Alia-Klein N, Tomasi D, Zhang L, Cottone LA, Maloney T, Telang F, Caparelli EC, Chang L, Ernst T, Samaras D, Squires NK, Volkow ND
Is decreased prefrontal cortical sensitivity to monetary reward associated with impaired motivation and self-control in cocaine addiction?
Am J Psychiatry. 2007 Jan;164(1):43-51

Grall-Bronnec M, Sauvaget A, Boutin C, Bulteau S, Jiménez-Murcia S, Fernández-Aranda F, Challet-Bouju G, Caillon J
Excessive trading, a gambling disorder in its own right? A case study on a French disordered gamblers cohort
Addict Behav. 2017 Jan;64:340-348
DOI : 10.1016/j.addbeh.2015.12.006

Grøntved A, Hu FB
Television viewing and risk of type 2 diabetes, cardiovascular disease, and all-cause mortality : A meta-analysis
JAMA. 2011 Jun 15;305(23):2448-55
DOI : 10.1001/jama.2011.812

Haroche A
L’alcool serait plus meurtrier en France qu’ailleurs en Europe
JIM, 7 mai 2013

Jacobson B, Eklund G, Hamberger L, Linnarsson D, Sedvall G, Valverius M
Perinatal origin of adult self-destructive behavior
Acta Psychiatr Scand. 1987 Oct;76(4):364-71

Jacobson B, Nyberg K, Gronbladh L, Eklund G, Bygdeman M, Rydberg U
Opiate addiction in adult offspring through possible imprinting after obstetric treatment
BMJ 1990;301:1067
DOI : 10.1136/bmj.301.6760.1067

Jernigan DH, Ostroff J, Ross C, O'Hara JA
Sex differences in adolescent exposure to alcohol advertising in magazines
Arch Pediatr Adolesc Med. 2004 Jul;158(7):629-34

Kendler KS, Schmitt E, Aggen SH, Prescott CA
Genetic and environmental influences on alcohol, caffeine, cannabis and nicotine use from early adolescence to middle adulthood
Arch Gen Psychiatry 2008 ; 65 (6) : 674-682
DOI : 10.1001/archpsyc.65.6.674

Kleber HD, DuPont RL
Physicians and medical marijuana
Am J Psychiatry. 2012 Jun;169(6):564-8
DOI : 10.1176/appi.ajp.2012.12030373

Kühn S, Gallinat J
Brain structure and functional connectivity associated with pornography consumption
JAMA Psychiatry. 2014 Jul 1;71(7):827-34
DOI : 10.1001/jamapsychiatry.2014.93

Leppink EW, Redden SA, Chamberlain SR, Grant JE
Cognitive flexibility correlates with gambling severity in young adults
J Psychiatr Res. 2016 Oct;81:9-15
DOI : 10.1016/j.jpsychires.2016.06.010

Maurage P, Joassin F, Speth A, Modave J, Philippot P, Campanella S
Cerebral effects of binge drinking: respective influences of global alcohol intake and consumption pattern
Clin Neurophysiol. 2012 May;123(5):892-901
DOI : 10.1016/j.clinph.2011.09.018

Maurage P, Pesenti M, Philippot P, Joassin F, Campanella S
Latent deleterious effects of binge drinking over a short period of time revealed only by electrophysiological measures
J Psychiatry Neurosci. 2009 Mar;34(2):111-8

Meier MH, Caspi A, Ambler A, Harrington H, Houts R, Keefe RS, McDonald K, Ward A, Poulton R, Moffitt TE
Persistent cannabis users show neuropsychological decline from childhood to midlife
Proc Natl Acad Sci U S A. 2012 Oct 2;109(40):E2657-64
DOI : 10.1073/pnas.1206820109

Morgenstern M, Li Z, Li Z, Sargent JD
The party effect: prediction of future alcohol use based on exposure to specific alcohol advertising content
Addiction. 2017 Jan;112(1):63-70
DOI : 10.1111/add.13509. Epub 2016 Aug 16

Nielsen M, Hansen EH, Gøtzsche PC
What is the difference between dependence and withdrawal reactions? A comparison of benzodiazepines and selective serotonin re-uptake inhibitors
Addiction. 2012 May;107(5):900-8
DOI : 10.1111/j.1360-0443.2011.03686.x

Nyberg K, Buka SL, Lipsitt LP
Perinatal medication as a potential risk factor for adult drug abuse in a North American cohort
Epidemiology. 2000 Nov;11(6):715-6

Observatoire français des drogues et toxicomanies
https://www.ofdt.fr/ofdt/

ORSET C., SARAZIN M., COBAL C
Les conduites addictives en milieu professionnel. Enquête de prévalence par questionnaire chez 1 406 salariés de la Loire ; étude en fonction du poste de travail
Arch Mal Prof Env 2007 ; 68 : 5-19

Perälä J, Kuoppasalmi K, Pirkola S, Härkänen T, Saarni S, Tuulio-Henriksson A, Viertiö S, Latvala A, Koskinen S, Lönnqvist J, Suvisaari J
Alcohol-induced psychotic disorder and delirium in the general population
Br J Psychiatry. 2010 Sep;197(3):200-6
DOI : 10.1192/bjp.bp.109.070797

Potenza MN
To do or not to do ? The complexities of addiction, motivation, self-control, and impulsivity
Am J Psychiatry. 2007 Jan;164(1):4-6

Prescrire rédaction
Alcoolo-dépendance : avant le sevrage
Revue Prescrire, octobre 2010, t 30, n 324, p 749

Prescrire rédaction
Les antalgiques opioïdes dits faibles : pas moins de risques qu'avec la morphine
Revue Prescrire, novembre 2015, t 35,n 385, p 831

Prescrire rédaction
Médicaments psychotropes, usage détourné chez les jeunes
Revue Prescrire, août 2017, tome 37, N° 406, p 614

Prescrire rédaction
Hyperactivité avec déficit de l'attention : ne pas banaliser le méthylphénydate
Revue Prescrire, août 2017, T 37, N 406, P 592

Prescrire rédaction
Dépendance aux médicaments opioïdes aux Etats-Unis : une énorme épidémie mortelle par surdose
Revue Prescrire, août 2017, t 37, n 406, p 622

Prescrire rédaction
Alcool : un coût humain important
Revue Prescrire, janvier 2016, t 36, n 387, p 57

Prescrire rédaction
Ecstasy et grossesse
Revue Prescrire, août 2013, t 33, n 358, p 578

Prescrire rédaction
Bébés cocaïne
Revue Prescrire, août 2013, t 33, n 358, p 578

Prescrire rédaction
Trimébutine : abus, dépendances et intoxications graves
Revue Prescrire, juin 2013, t 33, n 356, p 430-431

Prescrire rédaction
Syndrome de sevrage alcoolique
Revue Prescrire, sept 206, t 26, n 275, p 592-601

Ross EA, Watson M, Goldberger B,
"Bath salts" intoxication
N Engl J Med 2011; 365:967-968 September 8, 2011
DOI : 10.1056/NEJMc1107097

Squeglia LM, Tapert SF, Sullivan EV, Jacobus J, Meloy MJ, Rohlfing T, Pfefferbaum A
Brain development in heavy-drinking adolescents
Am J Psychiatry. 2015 Jun;172(6):531-42
DOI : 10.1176/appi.ajp.2015.14101249

Wachman EM, Hayes MJ, Lester BM, Terrin N, Brown MS, Nielsen DA, Davis JM
Epigenetic variation in the mu-opioid receptor gene in infants with neonatal abstinence syndrome
J Pediatr. 2014 Sep;165(3):472-8
DOI : 10.1016/j.jpeds.2014.05.040

Wijndaele K, Brage S, Besson H, Khaw KT, Sharp SJ, Luben R, Wareham NJ, Ekelund U
Television viewing time independently predicts all-cause and cardiovascular mortality : The EPIC Norfolk Study
Int J Epidemiol. 2011 Feb;40(1):150-9
DOI : 10.1093/ije/dyq105

 

Lire les chroniques hebdomadaires de LP

Écoutez les chroniques médicales

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Autres fiches patients

Toux de l'enfant - I / Les mots et les faits La toux est une expiration brusque et bruyante, réflexe ou [...]

Adénome de la prostate - I/ Les mots et les faits    Urètre : canal d’évacuation de l’urine (entre la vessie et [...]

Lombalgies, sciatique et cruralgie - I / Les mots et les faits Vertèbres lombaires : elles sont au [...]

Otite moyenne aiguë de l'enfant - I / Les mots et les faits Otite moyenne aiguë (OMA) : infection [...]

Diarrhée aiguë du nourrisson - I / Les mots et les faits Diarrhée aiguë : apparition de selles [...]

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Cancers : le slogan est grossier - Toutes les campagnes incitant au dépistage des cancers répètent invariablement la même [...]

Massacres de vaccinateurs - En 2001, le monde avait tremblé d’un étrange effroi culturel en apprenant que les [...]

Pour toute la vie - Mon petit-fils de trois ans venait d’écraser une fourmi. Constatant qu’elle ne [...]

Parachutes gériatriques - C’est vrai, cela existe ! Je n’en ai jamais prescrit, mais je sais que cela se vend [...]

Patients : disparition du libre arbitre et de l’insight - La formidable avancée des sciences biomédicales depuis un siècle a eu comme principal effet [...]

La phrase biomédicale aléatoire

En ce qui concerne son langage, l'honnête homme ne laisse rien au hasard.
― Confucius

La phrase biomédicale aléatoire

Aujourd'hui, la prévention s'est muée en une utopie orgueilleuse et techniciste. Le culte de la santé qui la sous-tend prétend transformer chacun de nous en homo medicus, cet auxiliaire idéal de la "culture du risque" qui ne connaît pas le plaisir et suit sans discuter les recommandations des experts.
― Patrick Peretti-Watel & Jean-Paul Moatti

Haut de page