lucperino.com

Cordon de sécurité

humeur du 14/11/2017

Les essais cliniques concernant des médicaments sont majoritairement biaisés, alors que ceux qui portent sur des pratiques médicales sans lien avec le marché sont a priori plus rigoureux. Mais pour certaines études comme celles portant sur la section du cordon ombilical, la réponse est impossible, car les facteurs de confusion sont si nombreux qu’aucune analyse statistique ne peut les éliminer. Sans parler de la forte charge symbolique et idéologique qui entoure le cordon ombilical. Les extrémistes de la vieille école obstétricale coupent immédiatement le cordon, séparent l’enfant de la mère, lui aspirent les bronches et le lavent dans un raffinement de barbarie hygiéniste. À l’opposé, certains forcenés de l’écologie prônent la « lotus birth » consistant à laisser le nouveau-né accroché à un placenta déjà desséché.

Les obstétriciens, désireux d’augmenter les chances de l’enfant et de diminuer le risque d’hémorragie de la délivrance chez la mère, ont réalisé de multiples études. Les unes pour savoir quand couper le cordon : soit immédiatement, soit après qu’il ait cessé de battre, soit bien plus tard. Les autres pour évaluer l’intérêt de pousser le sang du cordon vers l’enfant. D’autres cherchent à connaître le rôle de la gravité en comparant les enfants posés au-dessus de la mère, à côté, ou plus bas, (je ne plaisante pas). D’autres encore pour savoir si les prématurés ont plus besoin de ce sang (toujours sans plaisanter). D’autres enfin pour évaluer le risque infectieux d’un cordon non désinfecté ou d’un cordon de « lotus birth ».

Ces études ayant systématiquement des résultats ininterprétables ou contradictoires, la solution consiste alors à sélectionner les meilleures pour en faire des méta-analyses. Mais le cordon est scientifiquement maudit, car les deux derniers résultats publiés sont diamétralement opposés !
Lorsque la science et la statistique sont en échec, il ne reste plus qu’à faire appel au bon sens (dont l’origine est beaucoup plus lointaine). J’invite donc les lecteurs à répondre aux questions suivantes :  
Doit-on  couper un cordon qui bat encore et envoie du sang au nouveau-né ?
Les cellules-souches et le fer du sang de cordon sont-ils utiles au nouveau-né ?
Le risque le plus élevé d’hémorragie de la délivrance est-il lorsque le placenta bat encore sous la pression artérielle de la mère, ou lorsqu’il ne bat plus ?
Est-il utile de laisser un nouveau-né attaché à un placenta sec ?

Pour les universitaires et profanes qui n’auraient pas trouvé de réponse à ces questions, je me permets de donner un indice : tous les mammifères placentaires ont un cordon qui cesse naturellement de battre en quelques minutes et qui sèche si vite qu’un simple coup de dents de la mère suffit à le rompre. Entre-temps, le nouveau-né a déjà trouvé le sein de sa mère pour y téter goulument le colostrum gavé d’anticorps.

Il est temps d’établir un cordon de sécurité autour des études inutiles pour les empêcher de sortir.

Bibliographie

Duley L, Dorling J, Pushpa-Rajah A, Oddie SJ, Yoxall CW, Schoonakker B, Bradshaw L, Mitchell EJ, Fawke JA
Randomised trial of cord clamping and initial stabilisation at very preterm birth
Arch Dis Child Fetal Neonatal Ed. 2017 Sep 18. pii: fetalneonatal-2016-312567
DOI : 10.1136/archdischild-2016-312567

Fogarty M, Osborn DA, Askie L, Seidler AL, Hunter K, Lui K, Simes J, Tarnow-Mordi W
Delayed Versus Early Umbilical Cord Clamping for Preterm Infants: A Systematic Review and Meta-Analysis
Am J Obstet Gynecol. 2017 Oct 30. pii: S0002-9378(17)31439-4
DOI : 10.1016/j.ajog.2017.10.231

Hutton EK, Hassan ES
Late vs early clamping of the umbilical cord in full-term neonates: systematic review and meta-analysis of controlled trials
JAMA. 2007 Mar 21;297(11):1241-52

Mullany LC, Darmstadt GL, Khatry SK, Katz J, LeClerq SC, Shrestha S, Adhikari R, Tielsch JM
Topical applications of chlorhexidine to the umbilical cord for prevention of omphalitis and neonatal mortality in southern Nepal: a community-based, cluster-randomised trial
Lancet. 2006 Mar 18;367(9514):910-8

Saxton A, Fahy K, Rolfe M, Skinner V, Hastie C
Does skin-to-skin contact and breast feeding at birth affect the rate of primary postpartum haemorrhage: Results of a cohort study
Midwifery. 2015 Nov;31(11):1110-7
DOI : 10.1016/j.midw.2015.07.008

Tarnow-Mordi W et coll
Delayed versus Immediate Cord Clamping in Preterm Infants
N Engl J Med., 2017 ; publication avancée en ligne le 29 octobre
DOI : 10.1056/NEJMoa1711281

Vain NE, Satragno DS, Gorenstein AN, Gordillo JE, Berazategui JP, Alda MG, Prudent LM
Effect of gravity on volume of placental transfusion: a multicentre, randomised, non-inferiority trial
Lancet. 2014 Jul 19;384(9939):235-40
DOI : 10.1016/S0140-6736(14)60197-5

Wu HL, Chen XW, Wang P, Wang QM
Effects of placental cord drainage in the third stage of labour: A meta-analysis
Sci Rep. 2017 Aug 1;7(1):7067
DOI : 10.1038/s41598-017-07722-7

Zinsser LA
Lotus birth, a holistic approach on physiological cord clamping
Women Birth. 2017 Sep 4. pii: S1871-5192(17)30473-0
DOI : 10.1016/j.wombi.2017.08.127

 

Lire les chroniques hebdomadaires de LP

RARE

Site médical sans publicité
et sans conflit d'intérêts.

 

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Pilule et tabac libérateurs - Comme tous les médicaments, la pilule peut tuer. Chaque année, 0,03% de la population [...]

La toxicité du geste - Tous les médicaments possèdent des effets indésirables. Certains y voient un corollaire et une [...]

Cancer vaincu par la banalité - Depuis quelques années, la frénésie du dépistage a multiplié les diagnostics de cancer, [...]

La science prise en grippe - Comme chaque année, l’assurance-maladie envoie les documents de prise en charge gratuite du [...]

Sous-diagnostic - Aujourd’hui, il n’est plus possible de lire un article traitant d’un sujet médical sans [...]

La phrase biomédicale aléatoire

Les arrêts du tabac seraient souvent consécutifs à des événements heureux. Ces bonheurs pourraient créer des circonstances favorables à l'arrêt dans la mesure où ils ouvrent l'horizon temporel des individus. En d'autres termes, ce ne serait pas la santé qui fait le bonheur, mais plutôt le bonheur qui incite à se préoccuper de sa santé.
― Patrick Peretti-Watel & Jean-Paul Moatti

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Prostate : fable du PSA - Le dépistage du cancer de la prostate par le dosage du PSA est dénoncé comme inefficace, [...]

Êtes-vous siglophone ? - “Les trois qualités d'un mot sont d'être nécessaire, intelligible et sonore”. [...]

Ne martyrisons plus nos obèses - L’obésité est une maladie où la prise en charge risque d’être blessante pour des [...]

Microbiotes méconnus : la flore intestinale - Les lois de l’évolution ne sont toujours pas enseignées en Faculté de Médecine, et la [...]

Soyons scientifiques ou disciplinés ou les deux - Le cancer est un sujet d'une grande gravité, c'est pourquoi il ne peut supporter la [...]

Haut de page