lucperino.com

En attente du grand progrès

humeur du 30/05/2024

Dans un texte de 1991, Jean Girard citait les premières ordonnances en fonction de l'origine culturelle du médecin et de sa représentation des maladies. Il prenait l'exemple d'un tableau clinique associant une oppression thoracique accompagnée de malaise, fatigue et palpitations.

Un Allemand diagnostiquait volontiers une insuffisance cardiaque et prescrivait de la digitaline, un Anglais pensait à une névrose et prescrivait une benzodiazépine, un Américain optait pour une attaque de panique et prescrivait un antidépresseur. Un Espagnol penchait pour une asthénie et prescrivait un stimulant contenant de la caféine. Un Français évoquait une spasmophilie et prescrivait du calcium et du magnésium.

Ne critiquons pas leur difficulté diagnostique, habituelle dans un tel cas, mais leur précipitation à faire une ordonnance. Avec sa digitaline l'Allemand risquait d'aggraver dangereusement un infarctus. L'Anglais et l'Américain prescrivaient des traitements qui pouvaient entraîner une addiction à vie. La caféine de l'Espagnol accélérait les palpitations. Saluons tout de même le Français, non par chauvinisme, car il prescrivait des médicaments inutiles pour une maladie qui n'existe pas, mais seulement parce que sa prescription n'avait pas d'effet indésirable.

Aujourd'hui, devant un tel tableau, les médecins de ces pays pratiquent plusieurs examens complémentaires, sauf s'ils ont une absolue certitude de la bénignité du cas. C'est un réel progrès, même si l'excès d'examens paracliniques peut présenter d'autres nuisances.  Hélas, la vieille habitude de faire des ordonnances sans avoir de certitude diagnostique n'a pas disparu. On se précipite toujours sur un antalgique, un tranquillisant ou un placebo qui feront croire à leur action positive en cas de disparition du trouble. On se prive ainsi de la connaissance de l'évolution naturelle des tableaux cliniques.

On peut résumer en affirmant que le risque d'agir à l'aveugle est supérieur au risque d'attendre un diagnostic certain. La seule urgence est d'avoir un diagnostic de certitude, et, fort heureusement pour la médecine, les véritables urgences sont le plus souvent détectables avec des examens relativement simples et rapides.    

Tout est question d'époque, de mode et de culture. La mode de la médecine académique actuelle est de dépister sans symptôme ; on ne perd plus seulement la connaissance de l'évolution des maladies, on perd aussi la connaissance de leur début.

Contre ces excès, nombre de citoyens se tournent vers des médecines dites alternatives qui n'échappent pas davantage aux modes. Ainsi devant un symptôme inexpliqué, un médecin alternatif d'aujourd'hui propose presque toujours un régime sans lactose et sans gluten. On peut supposer que ces régimes d'exclusion sont moins nocifs que les ordonnances prescrites à l'aveugle.

Attendons le grand progrès de l'abstention thérapeutique pour mieux connaître l'histoire naturelle de la majorité des tableaux cliniques.

Bibliographie

Bretthauer M, Wieszczy P, Løberg M, Kaminski MF, Werner TF, Helsingen LM, Mori Y, Holme Ø, Adami HO, Kalager M
Estimated Lifetime Gained With Cancer Screening Tests: A Meta-Analysis of Randomized Clinical Trials
JAMA Intern Med. 2023 Nov 1;183(11):1196-1203
DOI : 10.1001/jamainternmed.2023.3798

Jean-Girard C
Le métabolisme social du médicament ou le médecin sous influence
Rev Agora, 1991-92, 20, 95-98

 

Profil de nos 5000 abonnés

Par catégorie professionnelle
Médecins 27%
Professions de santé 33%
Sciences de la vie et de la terre 8%
Sciences humaines et sociales 12%
Autres sciences et techniques 4%
Administration, services et tertiaires 11%
Economie, commerce, industrie 1%
Médias et communication 3%
Art et artisanat 1%
Par tranches d'âge
Plus de 70 ans 14%
de 50 à 70 ans 53%
de 30 à 50 ans 29%
moins de 30 ans  4%
Par motivation
Patients 5%
Proche ou association de patients 3%
Thèse ou études en cours 4%
Intérêt professionnel 65%
Simple curiosité 23%

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Migraine d'un économiste - Ce matin-là, il sifflote, la vie est plutôt belle. Dans sa boîte aux lettres, pourtant [...]

Mais qui donc est prescripticide ? - Les lanceurs d’alerte ou redresseurs de torts doivent avoir plus de rigueur scientifique et [...]

Devinettes et numéros discrets - Première devinette. Quelle est la maladie dont on parle tous les jours sur tous les médias, [...]

Fermer les facultés de médecine ? - Plusieurs enquêtes l’ont confirmé, 95% des facultés de médecine n’ont aucune politique [...]

Covid 19 : simples et moins simples vérités. - La vulgarisation médicale impose de vérifier ses sources et de définir ses mots pour éviter [...]

Vous aimerez aussi...

D’où vient l’endurance des humains à la marche ? - Les pressions évolutives qui ont façonné la locomotion bipède exclusive des humains ont fait [...]

Adaptation aux petites proies - Les auteurs de cette étude émettent l'hypothèse que les extinctions de la mégafaune tout au [...]

Alloparentalité et théorie de l'esprit. - Les mères et les autres : origines évolutionnistes de la compréhension mutuelle. Abstract du [...]

Bénéfices des algues pour le cerveau d’Homo sapiens - Le cerveau humain est un organe précieux et complexe qui passe de 350 à 400 g chez le nourrisson [...]

Influence de l’histoire évolutionniste sur la santé et les maladies - Abstract Presque toutes les variantes génétiques qui influencent le risque de maladie ont des [...]

Haut de page