lucperino.com

Biais sexuel dans les maladies auto-immunes pédiatriques

dernière mise à jour le 17/01/2017

Les maladies auto-immunes affectent jusqu'à 10% de la population mondiale et environ 80% des personnes touchées sont des femmes. La majorité des maladies auto-immunes sont plus fréquentes chez les femmes, bien que certaines soient plus fréquentes chez les hommes, tandis que d'autres ne montrent aucun biais de sexe. Les mécanismes menant à une prévalence biaisée par le sexe ne sont pas bien compris. Cependant, pour les maladies auto-immunes chez les adultes, au moins une partie de la cause est généralement attribuée aux hormones sexuelles. Car les niveaux d'hormones sexuelles sont l'une des différences physiologiques les plus évidentes entre les mâles et les femelles adultes et que leur impact sur le système immunitaire est bien connue.

Alors que pour les maladies auto-immunes à début pédiatrique un biais sexuel n'est pas aussi fréquent, il existe plusieurs de ces maladies pour lesquelles un sexe prédomine. Par exemple, le sous-type oligoarticulaire de l'arthrite juvénile idiopathique (JIA) se produit chez environ trois fois plus de filles que de garçons, avec un pic bien avant l'apparition de la puberté, et à un moment où les niveaux d'androgène et d'œstrogène sont faibles et pas très différents entre les sexes. Cet article passe en revue les explications possibles pour le biais sexuel des maladies auto-immunes avec un  accent particulier sur les maladies auto-immunes pédiatriques et les mécanismes en dehors des différences hormonales sexuelles.

La maladie de Crohn touche 2 fois plus de garçons. La dermatomyosite juvénile touche 2,5 fois plus de filles. La sclérose juvénile systémique touche 4 fois plus de filles, la spondylarthrite ankylosante et l’œsophagite à éosinophiles touchent 3 fois plus de garçons.

Il semble y avoir des effets directs des chromosomes sexuels, hors de leur rôle de détermination des gonades et des hormones sexuelles. Chez les filles il peut s’agir d’une inactivation partielle d’un chromosome X. Il semble aussi exister des effets épigénétiques propres à chaque sexe. Plusieurs autres facteurs sont certainement en cause, comme un microchimérisme fœtal à expression différente selon le sexe.

Bref, bien que plusieurs mécanismes sous-jacents à ces biais aient été proposés, les tentatives approfondies pour les comprendre sont encore insuffisantes. Nous avons cependant la certitude que l’implication des hormones sexuelles est loin d’être la seule.

Bibliographie

Chiaroni-clarke RC, Munro JE, Ellis JA
Sex bias in paediatric autoimmune disease - Not just about sex hormones?
Journal of Autoimmunity 69 (2016) 12e23

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

Lire les chroniques hebdomadaires de LP

Vous aimerez aussi...

Tout le monde aime le visage des bébés. - Etude de l'effet de l’apparence du bébé sur des observateurs enfants et adultes. [...]

Modèle du calibrage adaptatif au stress - Ce très long article explicite le modèle du calibrage adaptatif : une théorie [...]

Compétition intrasexuelle féminine - Il est bien établi que le taux d’œstrogènes varie tout au long du cycle féminin et qu’il [...]

Épigénétique de la maltraitance - On sait que la maltraitance dans l’enfance augmente le risque de psychopathologie. Parmi les [...]

Alzheimer et fertilité - Certains allèles préjudiciables à la santé, en particulier chez les personnes âgées, ont pu [...]

Livres de biologie et médecine évolutionnistes

Destinées improbables
Le hasard, la nécessité et l'avenir de l'évolution
- Jonathan B Losos ▪ La Découverte, 2021 Ce livre aborde trois aspects de la biologie de [...]

L'origine des troubles mentaux - Randolph Nesse ▪ Markus Haller, 2021 Randolph Nesse et George Williams ont été les premiers [...]

Sentir et savoir - Une nouvelle théorie de la conscience - Antonio Damasio ▪ Odile Jacob, 2021 Ce livre reprend et résume les recherches et les idées [...]

Sommes-nous si différents des hommes préhistoriques ? - Marcel Otte ▪ Odile Jacob, 2020 Il serait simpliste de dire qu'en guère plus de 200 pages, [...]

Et si le vivant était anarchique - Jean-Jacques Kupiec ▪ Les liens qui libèrent 2019 L’auteur, déjà connu pour avoir été [...]

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Substituts d’aliments et de cathédrales - Un couple d’amis qui nous logeait n’a pas pu nous offrir de lait au petit déjeuner. Ils [...]

Vaccins, pourquoi ne fait-on pas comme pour les médicaments ? - Les vaccins constituent la plus belle victoire de la médecine. Jusque dans les années 1970, les [...]

Pathologie culturelle - Après les génocides du XX° siècle, les scientifiques développèrent une véritable [...]

Réflexions hygiénistes du haut de mon vélo - Pour mes visites en ville, le vélo, que j’utilise beaucoup plus que l’automobile semble plus [...]

Publicité mensongère - Il devient urgent pour la santé publique, pour l’information éclairée des patients et [...]

Haut de page