lucperino.com

Forum médical

Pour des questions médicales personnelles, veuillez plutôt contacter Luc Perino en donnant des précisions.

Réponse à TTP

Posté le 11/12/2016 par Luc Perino

Sur les végétaux : très évident a priori
Sur la matière vivante : évident a priori
Sur l'homme : très possible a priori
Sur l'homme : certain a posteriori

On n'y avait pas pensé

Posté le 11/12/2016 par def

Qui se souvient de 'Silent Spring' (1962) de Rachel Carson?

On n'y avait pas pensé

Posté le 11/12/2016 par ttp

Je ne comprends pas la phrase "l'évidence de la toxicité est telle...". En quoi le fait que le roundup fait périr les plantes dit quoi que ce soit sur son effet sur les humains?

Recyclage des antidépresseurs

Posté le 30/11/2016 par E. Venet

Cher confrère,

Votre dernier billet me rappelle la préface du professeur Ollier à un ouvrage savant consacré à la dépression (et publié dans les années 90 par une fondation pharmaceutique si j’ai bonne mémoire) qui, navré de constater qu’il n’existe pas de bonne définition clinique de la dépression, proposait de définir celle-ci comme « tous les troubles améliorés par les antidépresseurs », je crois que c’était sa formulation exacte. Ca m’avait laissé rêveur…

Amitiés.

La science fait son marché

Posté le 21/11/2016 par Pr Luc Thomas

Il y a plus grave avec le patron de Paypal maqué avec l’ultradroite américaine et qui finance des projets d’immortalisme …
Keep going !
Amitiés
Un autre Luc

La science fait son marché

Posté le 21/11/2016 par François-Marie Michaut

Ces prophétiseurs grandioses me font penser à l'histoire du barbier.
Il avait affiché sur sa vitrine ; "Demain, on rase gratis".
Comme il n'enlevait jamais la pancarte, c'était toujours pour le lendemain.
A quand des pilules de modestie pour tous ?

Qui est fournisseur de vie ?

Posté le 09/11/2016 par Dominique Ramarlah

Bonjour,
J'ai découvert votre site grâce à Exmed.
Bravo pour l'humeur du 08 novembre ! Je n'ai pas pu résister à mettre votre conclusion dans mon site à la page : https://sites.google.com/site/resurrectionconscience/a-o/03-vivre/03-sante/esperance-de-vie
Cordialement.
Votre abonné.

Qui est fournisseur de vie ?

Posté le 09/11/2016 par Dr Alain Braillon

tu es de plus en plus brillant
bravo
Très sincèrement,

Qui est fournisseur de vie ?

Posté le 08/11/2016 par Berthon Michelle

Tout à fait d'accord. Tant que 80% des richesses seront détenues par 10 % de la population mondiale, le social pèsera sur le plus grand nombre qui s'épuise dans la lutte quotidienne.

Evolution du système immunitaire

Posté le 07/11/2016 par Etienne Robin, néphrologue

En somme, notre système immunitaire a décidé (évolution aidant) qu'il n'était guère utile de laisser survivre les personnes âgées. Il ne protège donc que mollement les vieillards contre la grippe et d'autres infections.
Il ne sait donc pas tout, le système immunitaire ! Il ignore que certaines sagesses nécessitent d'avoir vécu longtemps (les vieillards sont peu enclins à faire la guerre). Il ignore aussi que, pour épanouir et instruire les petits enfants, les grands-parents sont très précieux.

Réductionnisme réducteur

Posté le 27/10/2016 par Etienne Robin

Petit exemple de réductionnisme clinique. Il est tout frais, ça s'est passé cette semaine dans un service des Urgences.
Une homme pas encore très vieux arrive en rétention d'urines atrocement douloureuse. C'est un peu singulier car il n'a pas l'âge d'un adénome prostatique. Mais il existe une équation réductionniste qui édicte : rétention aiguë = sondage. Donc on sonde. Soulagé d'un litre 300, l'homme est aux anges.
On s'avise alors qu'il est plus ou moins fébrile depuis 10 ou 15 jours (fièvre décapitée par une auto-administration d'ATB).
Oulala, c'était donc une prostatite. C'est contre-indiqué de sonder une vessie quand il existe une infection d'aval. Un petit cathéter sus-pubien aurait été moins risqué. Trop tard, mais on se rattrape de cette erreur tactique avec une seconde équation réductionniste : prostatite = antibiothérapie prolongée. On renvoie donc chez lui le malade avec 3 semaines de quinolone, en plus de sa sonde.
Oulala encore, la suite apprend que chez cet homme, qu'on n'avait pas vraiment interrogé, tout avait commencé par un agréable moment passé avec une femme de rencontre, et vite suivi de brûlures mictionnelles aussi exquises que la rencontre sus-nommée, puis de dysurie, pour finir par la rétention aiguë. C'était donc une uréthrite, vraisemblablement blennorragique.
Joli réductionnisme à double détente, favorisé par la hâte qui pourrit les service d'Urgences.

Réductionnisme réducteur

Posté le 27/10/2016 par Jean Louis Dupond

Réflexions et critiques fort à propos. Le réductionnisme en clinique est un fait dorénavant érigé en dogme: Mal au ventre: scanner du ventre, mal à la tête: scanner de la tête, mal au c...echo du c... !
Bien amicalement.
JLD

Réductionnisme réducteur

Posté le 27/10/2016 par François-Marie Michaut

Cher Perino
Ces empécheurs de penser en rond que sont les systémiciens ont démontré un truc qui réduit en poudre le si commode réductionisme médical ambiant. Un système ( par ex un humain sain ou malade) est bien plus et autre chose que la somme des éléments qui le constitue ( organes, molécules, gènes ...). Un généraliste apprend vite que sa discipline n'a rien à voir avec l'empilement d'un petit bout de toutes les spécialités existantes.
LA question essentielle qui n'est jamais posée est la suivante. En 2016, les connaissances de la physique fondamentale ( en particulier celle de l'école française, pour une fois) confirment-elles le matérialisme ? Ou comme il me semble bien rendent-elles ce dogme à son statut de croyance dépassée.

Intolérance au lactose

Posté le 27/10/2016 par Agnes

Super !
MERCI beaucoup !

Il est urgent d'attendre

Posté le 20/10/2016 par

Mon cher confrère . j’apprécie vos idées et vous suis depuis des années avec attention . Je suis médecin généraliste rural dans le LOT . Permettez un avis d'un médecin rural : le généraliste ne peut vouloir garder son spectre étendu d’activité et décider lui même du degré d’urgences tout en renonçant aux astreintes . Il y a un choix à faire . Pour moi , rester disponible ! Ben cordialement

Il est urgent d'attendre

Posté le 19/10/2016 par Jean Louis Dupond

Excellente analyse, comme d'hab. La possession des instruments par les spécialistes ( fibroscopie, échographie cardiaque...) n'a t elle pas contribué à la marchandisation des spécialités, face au généraliste qui reste à mains nues ( et aux pieds aussi...! ) sauf la nuit , les dimanches et jours fériés?

Réponse à Marie

Posté le 15/10/2016 par Luc Perino

La question est très bonne et ma réponse sera très courte.
Je ne sais pas répondre à cette question !
Cordialement

Bel avenir des dépistages de cancer

Posté le 14/10/2016 par Marie

Merci de l'attention que vous portez à chacun et chacune de vos bloggers !
Vos réponses sont claires et concises. Cependant pour finaliser mon opinion avant de la soumettre au bon sens, l'explication qui suit :
"Le dépistage ciblé est nécessaire à tout âge pour celles qui ont les mutations BrCa.", m'interpelle.
Pourquoi, avant d'enchaîner sur un dépistage tous les deux après 50 ans, ce qui coûte une fortune à la communauté, ne pas faire la recherche du gêne ? Et ainsi le nombre d'examens réduirait peut-être considérablement.
Avoir le fin mot de l'histoire m'irait bien.
Merci mille fois

Vaccins et vaccinations

Posté le 11/10/2016 par Jean-José Boutaric

Super excellent ! Merci (pour tout…)

Réponse à Marie

Posté le 10/10/2016 par Luc Perino

Tout d'abord, je vous félicite d'avoir bien compris la différence entre dépistage et prévention, ce qui n'est pas le cas de la majorité.
Je vais donc essayer de répondre à vos questions en sachant qu'un forum est bien insuffisant. Il faudrait des pages et des heures.
Parmi les facteurs de risque les plus connus de cancer du sein, il faut citer dans l'ordre : les gènes BrCa1 et BrCa2, le tabac, la première grossesse tardive, l'absence d'allaitement.
Le dépistage ciblé est nécessaire à tout âge pour celles qui ont les mutations BrCa.
Le dépistage dit "de masse" ou "organisé" n'est pas conseillé avant 50 ans par le ministère, et il apparaît d'un bénéfice nul ou très négligeable à tout âge.
Oui, il faut trouver un bon généraliste et lui faire confiance. Il y a cependant un problème plus grave, c'est que ce métier est en voie de disparition !
Il ne vous restera bientôt plus que votre bon sens, et vous semblez en avoir !
Cordialement

.

Bel avenir des dépistages de cancer

Posté le 09/10/2016 par Marie

"Le dépistage a pour but de trouver un cancer déjà présent, la prévention a pour but d’empêcher sa survenue. Aucun dépistage ne peut empêcher la survenue d’un cancer."

Bien saisi, ce propos est fort intéressant et porteur de questionnements pour nous patients.
Dans le cadre de la prévention, s'il nous est affirmé que la survenue du cancer du poumon, de la langue, de la gorge se résout par l'arrêt du tabac, quels sont les éléments de prévention pour le cancer du sein ?
Dans le cadre du dépistage : trouver un cancer existant, déjà présent, le dépistage à partir de 50 ans se révèle-t-il nécessaire, fortement conseillé ou dérisoire ?
Et avant 50ans (et à partir de quel âge ?), si antécédents de divers cancers , le dépistage s'avère-t-il nécessaire ou fortement conseillé ?
Ok ! c'est alors le MG qui se fera le "gestionnaire" de ma santé. Faisons lui donc confiance...
Ayant, j'espère avoir bien compris,retenu que, la prévention prévaut sur le dépistage, ou, que ce sont ...deux principes à appliquer parallèlement ( ce qui serait raisonnable, peut-être),
nous donner un avis personnel sur les diverses interrogations nous serait fort précieux et agréable.
Merci .

Bel avenir des dépistages de cancer

Posté le 08/10/2016 par martine bronner

Bonjour, je suis en tout point d'accord avec vous. La science ici n'est qu'un argument brandi et façonné pour justifier une idéologie. Et "idéologie" n'est plus le mot vraiment juste.
Ce mécanisme semble plus profond voire obscur.
Dépister, chercher, trouver...semble être une quête existentielle une sorte de rêve de corps pur ou de reconquête d'un corps pur.
S' il y a quelque chose, on l'enlève ou on le corrige. L'idée de ne pas pouvoir maîtriser est insupportable et l'aléa, le hasard, la surprise ou simplement la non-connaissance doivent être évacués.
C'est pour cette raison que l'information "à charge et décharge" doit être donnée avant de recourir au dépistage. Quand l'un d'entre nous a quelque chose, il est rare que nous puissions ne pas y toucher et vivre avec. Pour moi le fin mot de l'histoire se trouve dans cette notion de maîtrise

Réponse à Christiane

Posté le 08/10/2016 par Luc Perino

Je n'ai pas compris, dans votre message, s’il s’agit d’un cancer clinique (perçu par vous) ou d’un cancer dépisté (c’est-à-dire découvert lors d’un examen systématique sans signal d’alarme)
Car ces deux « maladies » n’ont strictement rien à voir entre elles.

Mon propos ne parle que des cancers dépistés
Dans ces cas-là les intimes convictions individuelles des patients et de nombreux médecins sont contredites par les données populationnelles.
Ce n’est évidemment pas moi qui l’affirme, mais toutes les publications successives..
Le dernier rapport remis à la ministre est encore bien plus sévère que moi.
De nombreux pays ont déjà abandonné ces dépistages de masse.

Par contre, une fois qu’un cancer a été dépisté, il n’y a évidemment plus d’autre choix que de faire un traitement complet (chirurgie, chimio, radio, hormono), comme on vous l’a fait.

Ce que l’on ne sait pas, pour les cancers dépistés, c’est combien d’années de vie ce dépistage a fait gagner ou perdre. Et comme il est impossible de le savoir individuellement, la réponse ne peut être que populationnelle.
Et il s’avère que cette réponse est grossièrement neutre.

C’est donc exclusivement le principe du dépistage qui pose un problème (quasi ubuesque), pas celui de la décision après le résultat positif de ce dépistage.

Je vois aussi que vous confondez, comme beaucoup, prévention et dépistage qui n'ont rien à voir comme je le dis dans ma chronique.

Je reconnais que tout cela est très difficile à comprendre.
Quant aux médecins, ceux qui ont compris commencent tout juste à être majoritaires, mais ils sont bien obligés de faire ce que leur dicte leur ministère.

Cordialement

Bel avenir des dépistages de cancer

Posté le 08/10/2016 par Christiane

Une lectrice attentive s'insurge:
J'ai eu la chance qu'on me découvre un cancer du sein à son tout début. J'ai donc été opérée, on m'a retiré
la petite tumeur et non le sein, et je viens de finir une radiothérapie et non une chimio (puisqu'à ce stade les ganglions n'étaient pas atteints).
Et maintenant je vais suivre pendant cinq ans une hormonothérapie pour réduire les risques de récidive.
Tous ces traitements n'ont rien d'anodin, mais grâce à eux et à la précocité du diagnostic, j'ai bon espoir de passer à travers les mailles du filet.
Rien n'est joué, je le sais, mais je suis reconnaissante à la médecine, et notamment à la prévention d'exister et pour l'instant, de m'avoir évité pire ou le pire.
C'était mon humeur médicale...

Réponse à Ignacio

Posté le 08/10/2016 par Luc Perino

Merci de vos remarques.
Cette chronique veut juste montrer qu’en matière de dépistage de masse (le cancer du col n’a jamais fait l’objet d’un dépistage de masse contrôlé), les émotions et l’idéologie dominent largement les données statistiques.
Une bibliographie est toujours sujette à caution.
Dans le cas des dépistages organisés, tous les articles varient entre un très léger bénéfice (

Bel avenir des dépistages de cancer

Posté le 07/10/2016 par Ignacio

Bonsoir

je crois que je ne suis pas d’accord avec vous dans votre position sceptique vis à vis l’utilité du dépistage du cancer, au moins dans le domaine ou je connais le plus, que c’est le cancer du col de l’utérus. Probablement le dépistage de ce cancer est particulier car il s’agit d’un cancer lié pratiquement dans tous les cas aux infections chroniques par certains HPVs.

Il faut que je me renseigne par rapport aux autres cancers que vous mentionnez dans le texte, mais une recherche rapide me montre que l’article que vous utilisez pour le dépistage du cancer de sein,
Gotzsche PC, Olsen O
Is screening for breast cancer with mammography justifiable?
The Lancet 355: 129+. January 2000

avait suscitait une grande controverse, et que les même auteurs avait publié une correction qui contredisait son article précedent :
Gøtzsche, Peter C, and Margrethe Nielsen. Screening for breast
cancer with mammography. Cochrane Database Syst Rev 2011;
CD001877:4.

et que les révisions ultérieures ont encore montré que le pour le cancer de sein, il y a un consensus dans la direction que le dépistage réduit la mortalité lié spécifiquement á la maladie:

Nelson H, Tyne K, Naik A, Bougatsos C, Chan B, Humphrey L.
Screening for Breast Cancer: An Update for the U.S. Preventive
Services Task Force. Ann Intern Med 2009;151:727–37.

Independent UK Panel on Breast Cancer Screening. The benefits
and harms of breast cancer screening: an independent review.
Lancet 2012;380:1778–86.

Saquib N, Saquib J, Ioannidis J. Does screening for disease save
lives in asymptomatic adults? Systematic review of meta-analyses
and randomized trials. Int J Epidemiol 2015; doi: 10.1093/ije/
dyu140.

Je ne suis pas allé chercher des évidences pour le reste des cancers dont vous parlez, mais je pense que l’example de comment parler dans les medias devrait resembler plutôt à la façon dont le cancer research uk parle à propos du dépistage, avec clarté et présentant les couts-bénefices:
http://www.cancerresearchuk.org/about-cancer/screening/understanding-cancer-screening

Bel avenir des dépistages de cancer

Posté le 07/10/2016 par

Merci de ce message argumenté qui rejoint mes convictions depuis longtemps.

Bel avenir des dépistages de cancer

Posté le 07/10/2016 par Claude Béraud

Remarquable papier dont il faut vous remercier
il fallait que ces faits évident pour tous ceux qui essaient de lire les travaux d'évaluation soient enfin exprimées clairement
Vous l'avez fait et surtout avec clarté Bravo

La surdité change de camp

Posté le 02/10/2016 par Philippe

Bonjour, merci pour vos articles de qualité. Quelques remarques sur celui-ci, je suis médecin mais également ancien ingénieur du son, et il me semble que votre article mérite quelques précisions : le mp3 (qui détruit le son, je ne suis pas fan) n'a pas "un niveau d'intensité sonore constant" (sauf si il est vraiment de très très très mauvaise qualité) c'est un système de compression numérique (on diminue le poids du fichier par des algorithmes notamment de suppression des données jugées "superflues"), mais pas un système de compression audio (où on altère la dynamique, et cela peut aboutir à un niveau sonore constant). Mais bien entendu, il se peut que les productions actuelles aient tendance à compresser le son pour le rendre flatteur, ce qui peut en effet conduire à une volume moyen plus élevé, sans rapport avec le format mp3. Les CD ne sont pas "analogiques" par définition, c'est juste le support optique de données numériques telles que des fichiers audio (par ex. en AIFF). Ils ont en effet une belle capacité dynamique théorique (96 dB, de mémoire). Enfin, les microsillons , quelles que soient leur qualités sonores, ne sont pas les rois de la dynamique et hélas compressent inéluctablement le son (dynamique environ 60 dB, toujours de mémoire). Au total, vous avez raison sur le fond, mais quelques termes doivent sans doute être précisés. Bien cordialement.

Pauvre lait maternel

Posté le 28/09/2016 par Etienne Robin, néphrologue

Vous parlez, à juste titre, d'asymétrie irritante de l'information dans le domaine sanitaire : quand le lait maternel est suspecté d'avoir tué deux nouveaux-nés, ça paraît en première page. Quand il est innocenté, l'info est à peu près introuvable. Certes. Mais c'est pareil pour l'information dans le domaine non sanitaire : lorsque qu'on a découvert des logiciels truqueurs sur les moteurs diesel de Volkswagen, les journaux y ont consacré leur "Une" plusieurs jours de suite. Mais lorsqu'il y a quelques jours, une étude a révélé que les diesel de Volkswagen étaient, de loin, les moins polluants du monde (tout en dépassant les normes règlementaires), l'info a été diffusée confidentiellement. C'est terrible, cette partialité tranquille des journalistes, qu'ils soient chroniqueurs médicaux on pas. En principe, je suis contre la peine de mort, mais dans le cas de l'hypocrisie journalistique...

Pauvre lait maternel

Posté le 28/09/2016 par

BRAVO POUR LES BEBES

La science prise en grippe

Posté le 25/09/2016 par Romain

à lire absolument
http://www.jim.fr/medecin/jimplus/posts/e-docs/les_messages_sanitaires_sont_ils_bons_pour_la_sante__161164/document_jim_plus.phtml

De plus en plus de confrères apprécient vos propos
Merci

Réponse à Caroline

Posté le 25/09/2016 par Luc Perino

Qu'entendez-vous par semence ?

Tabac

Posté le 25/09/2016 par Caroline

Et puis ? Quels conseils et non pas semence donnez vous à ces fumeur ?

La science prise en grippe

Posté le 24/09/2016 par Dr J B

Cher confrère,
Un excellent commentaire sur vos écrits se trouve ici :
http://www.jim.fr/medecin/jimplus/posts/e-docs/les_messages_sanitaires_sont_ils_bons_pour_la_sante__161164/document_jim_plus.phtml

La science prise en grippe

Posté le 21/09/2016 par François-Marie Michaut

Est-il moralement acceptable que le ministère de la santé ( plus encore que tout autre) se livre à de tels exercices de propagande ? Instrumentaliser, en les biaisant grossièrement, des données supposées avoir une caution scientifique, c'est abuser de la crédulité d'un public peu éduqué. Faire peur en permanence aux foules pour leur laisser entendre que, sans votre protection toute puissante, vous allez tomber malade cela ressemble à une pratique bien connue. Celle des mafias qui vous font payer pour vous assurer d'être protégé contre les bandits. Dans ce genre de situation, je crois que les médecins ont un devoir. Celui de veiller aux vrais intérêts des patients, au besoin en volant dans les plumes de ceux qui les exploitent pour leur seule gloire.

La science prise en grippe

Posté le 21/09/2016 par Pr LT

Alors là chapeau !!!
Amitiés

Migraine d'un économiste

Posté le 13/09/2016 par Monique D.

merci, c'est super
vive l'humour!!!
xx

Migraine d'un économiste

Posté le 13/09/2016 par Dr FM

Excellent cette humeur du 12 septembre ! Ne pas laisser l'exclusivité de l'expression aux inquiéteurs ( = ceux qui violent la quiétude) est devenu une oeuvre de santé publique.
Comme la culture médicale est chose longue et ardue à acquérir pour le plus grand nombre des "cibles" sus dites, seul peut servir de contrepoison salvateur une ironie de qualité.
Surtout continuer dans cette voie, LP ! Merci pour nous tous.

Migraine d'un économiste

Posté le 13/09/2016 par MR

Excellent! Entièrement d’accord.

Réponse à Catherine

Posté le 07/09/2016 par Luc Perino

Aucune étude ne permet de dire que les attaques de panique diminuent l'espérance de vie !.
Par ailleurs,les thérapies comportementales fonctionnent plutôt bien

Attaque de panique

Posté le 07/09/2016 par catherine Milot

Bonjour, je souffre de troubles panique avec agoraphobie, et j'aimerais savoir si mon espérance de vie s'en trouve réduite, en raison du stress provoqué par les paniques.
Merci

Auto-immunité et additifs alimentaires

Posté le 06/09/2016 par Jean Louis Dupond

Vieux débat que celui du rôle d'une hyperperméabilité intestinale dans la pathogénie des maladies auto immunes, déjà lancé par le rôle supposé des protéines du lait dans la PR dès les années 70; Même revisité avec des techniques modernes ce sujet reste marginal à l'exception de la maladie cœliaque ou de quelques autres sprues historiques. J'avais étudié il y a quelques années la perméabilité intestinale dans les MAI par le test à l'EDTA CR 51 et n'avais trouvé aucune différence entre les malades et les contrôles, quelque soient les maladies, sauf la maladie cœliaque. Preuve que le test marchait! Le serpent de mer peut continuer sa route. Il n'est pas encore capturé.

Cancers : des milliers d'opérations inutiles

Posté le 02/09/2016 par José

À lire sur leparisien.fr :
http://www.leparisien.fr/societe/cancers-et-si-on-en-faisait-trop-02-09-2016-6087529.php

Le grand jeu des caractères sexuels secondaires

Posté le 29/08/2016 par Zohra

Merci docteur pour ce sympathique billet !
Grâce à vous je sais ce qu'est une crinoline !
Cordialement,

Que sera l'histoire de la médecine ?

Posté le 25/08/2016 par Christophe

Et si le carcinome canalaire in situ du sein subissait le même sort ?
On peut toujours rêver !

Épidémies de suicide

Posté le 03/08/2016 par Jean Louis Dupond

Réflexions et travail biblio passionnants qui donne à ce grave problème une autre perspective, plus sociétale celle là, que le romantisme désespéré à la Werther.
Merci pour cette belle mise au point

Épidémies de suicide

Posté le 03/08/2016 par claude Béraud

Excellent article documenté et très clair J'ai pris un réel plaisir à le lire et j'ai beaucoup appris
Merci de votre travail
Claude Béraud

Ne tournons pas autour du pot d’échappement

Posté le 31/07/2016 par unSpectateurImpuissant

Je crois que la voiture est l'un ds pires fléau de l'humanité, atrophiant les capacités physiques et intellectuelles de l'ensemble de milliard d'individus, auront-t-ils assez de volonté pour réagir ?

La surdité change de camp

Posté le 29/07/2016 par Emmanuel

Un neveu adolescent m’a récemment raconté qu’un de ses copains de classe s’est fait attirer dans un traquenard sur internet : jeux coquins avec webcam, puis diffusion virale par les réseaux sociaux. S’il s’avère que la masturbation ne rend plus sourd, observons qu’elle peut rendre célèbre.

Amitiés.

La surdité change de camp

Posté le 26/07/2016 par François-Marie Michaut

Très bon papier. Bravo pour ce rappel physiologique.
Et comme entendre signifie aussi comprendre, puisse ce message être pigé des victimes de la dictature consumériste.
Amitiés FMM

L'intérêt du dépistage du cancer de la peau mis en cause

Posté le 27/07/2016 par Claude

Url de l'article :
http://www.francetvinfo.fr/sante/cancer/l-interet-du-depistage-du-cancer-de-la-peau-mis-en-cause_1565307.html

Réponse à Christian Debard

Posté le 23/07/2016 par Luc Perino

Quelle que soit la céréale (ancienne remise à la mode, nouvel hybride ou OGM), la seule chose qui importe pour notre sujet est la présence de gluten.
S'il y a du gluten, cette céréale ne provoquera ni plus ni moins souvent l'une des trois pathologies concernées par le gluten.
Par ailleurs, il faut se méfier de toutes les communications autour des différentes céréales. Car la mode du gluten est une grande source de profit !!

Désolé pour cette réponse rapide, mais, je ne vois rien d'autre à vous dire

Cordialement

Intolérances et allergies au gluten

Posté le 11/07/2016 par DEBARD Christian

Bonjour,que penser de l'hybridation du blé,qui est un phénomène récent,qui a produit tres ( peu etre trop) vite des blés a teneur en proteines plus important ? modification trop rapide par rapport au capacite d'adaptation enzymatique de l'homme ?
Merci pour la réponse ou les pistes a suivre pour trouver des données.
Christian

Moi, médecin cycliste face à la détresse

Posté le 06/07/2016 par Claude

Encore ! Merci !
Vérité et élégance de vos propos, servis par et rédigés dans une belle écriture .Propos, toujours source de réflexion et de questionnement .
Bel été !

Moi, médecin cycliste face à la détresse

Posté le 05/07/2016 par François

Cher Docteur,
Moi cycliste invétéré de 78 ans, j'ai lu et apprécié.
Mon âne vous remercie !

Et si l'asthme n'existait plus !

Posté le 28/06/2016 par LT

Bravo !
Proust (et Freud et Charcot) charlatan !!!
Amitiés
LT
La révolution est comme une bicyclette quand elle n’avance pas elle tombe (Ernesto « che » Guevara)

Et si l'asthme n'existait plus !

Posté le 27/06/2016 par FMM

Cher ami
Il y a cinquante ans, les traités médicaux parlaient de « la petite insuffisance hépatique » . Son grand chantre parisien ( comme il se devait quand j’étais étudiant de la même ville ) était le professeur Caroli. Il a associé son nom à une foultitude de médications qui font maintenant rire, genre citrate de bétaïne, hépagrume, hépachonine sorbitol, Schoum … L’une des grandes missions de la médecine est, depuis toujours, pouvoir donner des noms aux maladies qu’elle observe et tente de soigner. Diagnostiquer n’est rien d’autre, et ne signifie surtout pas que nous comprenons ce qu’il y a derrière les symptômes, mais que cela est déjà connu par la profession.
La fameuse « spasmophilie » , parmi bien d’autre est dans ce panier.
Forte raison de demeurer… modestes, même si ce n’est pas dans nos gènes médicaux !
Bien cordialement.

réponse à ?

Posté le 27/06/2016 par Luc Perino

Effectivement l'incidence de l'asthme léger est en augmentation, dont 30¨% de cette augmentation relève du surdiagnostic.
Ce qui diminue ce sont les crises, et apparemment pas seulement à cause de l'efficacité des traitements.
Voilà pourquoi l'art médical ne cesse de me séduire !

Et si l'asthme n'existait plus !

Posté le 27/06/2016 par

L'OMS n'est pas d'accord !
Les spécialistes suisses considèrent que 8% de la population de leur pays souffrent d'asthme, contre 2% seulement il y a 25 ou 30 ans.
En Allemagne, on estime qu'il y a 4 millions d'asthmatiques.
Dans l'ensemble de l'Europe occidentale, selon un institut belge, l'Institut de l'Allergologie l'UBC, l'incidence de l'asthme a doublé en dix ans

Réponse à AM Finaud

Posté le 20/06/2016 par Luc Perino

Pour les questions personnelles, il est préférable de me contacter directement par mail.

Procréation médicalement assistée : anomalies épigénétiques

Posté le 18/06/2016 par François-Marie Michaut

Si on surfe assez bien sur la génomique, cet article montre à quel point on reconnait l'existence des facteurs épigénétiques sans être (encore) capables de comprendre quels sont les véritables facteurs déclenchants.
Déficit de connaissance sur tout ce qui touche l'information ( domaine quantique) qui actionne ce que nous nommons la matière ( physique einsteinienne) .
Plus de détails dans la LEM 968 à paraitre lundi sur Exmed.
Amitiés
FMM

Migraines en soldes

Posté le 18/06/2016 par Finand A-M(auditrice RCF )

Heureux hasard : je suis justement en crise migraineuse depuis hier et me constate en accord avec vous : j'appartiens aux migraineux discrets qui refusent l'aide des marchands. Je soulage la douleur en appliquant de l'huile essentielle de menthe poivrée et en avalant 2 tasses de café maximum. En notant sur mon agenda la fréquence des migraines, je constate qu'elles surviennent à 1 mois d'intervalle depuis que je suis ménaupausée: cela m'évoque le cycle hormonal. Ma 1ère question : une femme ménaupausée a-t-elle un cycle, des variations hormonales provoquant des migraines ? 2ème question ? Avez-vous des solutions naturelles pour les soulager ?
Merci

Cancer des prix du cancer

Posté le 10/06/2016 par Marie

Bonjour,
Je souhaiterai partager la lecture de l'article paru sous l'adresse ci-dessous :
http://docteurdu16.blogspot.fr/2016/06/loncologue-est-un-nouveau-barbare.html
En le lisant,... je suis triste, assaillie d'interrogations et espère être assez lucide si...un jour ....

Cancer des prix du cancer

Posté le 09/06/2016 par JCS

Cher Ami,
J'ai beaucoup aimé ton dernier billet:"Cancer des prix du cancer"
J'attends le suivant.
Bien à toi

Cancer des prix du cancer

Posté le 09/06/2016 par borsoi

Oui, très bien vu, endetterais-je mes petits enfants pour gagner 2 mois de ma précieuse vie ?
Les essais se font contre la meilleures molécule du moment, pas contre placebo, enfin j'espère.
Bien à vous

Réponse à Laurent

Posté le 08/06/2016 par Luc Perino

Pour les statines, pour faire très simple :
Elles ont un léger intérêt pour diminuer les récidives chez des patients qui ont déjà fait un premier accident vasculaire.
Elles n'ont aucun intérêt en prévention primaire chez des personnes qui n'ont jamais eu d'accident vasculaire.
Elles ont beaucoup d'effets indésirables et n'augmentent pas la quantité/qualité de vie.
1/2 heure de marche par jour est toujours largement supérieur à toutes les statines du monde.

Cancer des prix du cancer

Posté le 08/06/2016 par Laurent

Scandale donc du big pharma, toute puissance de l'industrie pharmaceutique, conflit d'intérêt entre les firmes et les médecins auteurs de recommandations... C'est vrai à propos des anticancéreux ,mas j'aimerais avoir votre point de vue sur le problème de statines, car il s'agit aussi d'une fantastique arnaque planétaire si l'on croit Michel de Lorgeril et le Dr Even.

réponse à ?

Posté le 08/06/2016 par Luc Perino

En ce qui concerne les sites, il en existe très peu sans conflit d'intérêts.
Une liste de sites indépendants se trouve à ma page : http://lucperino.com/310/liens-utiles.html
Certes, ma biblio est en anglais et un peu académique, mais elle est très pertinente sur ce sujet précis
Pour les livres, il y en a plusieurs qui dénoncent l'inefficacité des chimio (par ex celui de N et G Delépine "Cancer, les bonnes questions à poser à votre médecin".

Cancer des prix du cancer

Posté le 08/06/2016 par

tu nous aiderais en nous donnant des références de sources d'infos qui ne soient pas de la communication commerciale à ce sujet...(je parle pas de tes réf biblio) mais un où deux sites qui nous permettent de passer de l'état de gogos naifs à citoyens adultes... Bises

Cancer des prix du cancer

Posté le 07/06/2016 par Denis Pouchain

Je partage totalement cette analyse, même si l'évaluation pour le remboursement devient peu à peu plus exigeante.
Denis Pouchain - Médecin Généraliste
Ancien membre de la Commission de la Transparence.

Cancer des prix du cancer

Posté le 07/06/2016 par Claude Béraud

Quel plaisir de lire ce court article qui exprime si bien ce que je pense et que je sais pas dire aussi brillamment
On pourrait ajouter que lors de la prescription qui ne peut se faire réglementairement que chez un malade correctement informé, les effets indésirables quasi constants ne sont pas pas, ou incomplètement, signalés de crainte que le malade refuse d'entrer dans l'essai.
Merci
Très cordialement
CB

Toucher des écrouelles

Posté le 01/06/2016 par Marie

Ecrire..., lutter, sur tous les fronts, avec réalisme ,
contre les failles et les difformités de notre belle médecine clinique pour lui redonner ses lettres de noblesse ! But atteint.
Merci

Prurit ou démangeaison

Posté le 30/05/2016 par JDD

Excellente mise au point, très didactique et très pédagogique. Bravo

Toucher des écrouelles

Posté le 29/05/2016 par Dr G

Merci!...
C’est un vrai plaisir
comme à chaque fois.

Bien cordialement

Toucher des écrouelles

Posté le 29/05/2016 par François-Marie Michaut

Comme toujours, nous avons l'attention braquée sur celui qui a l'étiquette de "guérisseur" en imaginant (faute de connaissance) que le pouvoir (réel ou imaginaire) de modifier l'histoire naturelle des maladies-infirmités ne dépendait que de lui.
Erreur de raisonnement fatale ! C'est le sujet lui-même, encore une fois par des mécanismes que nous ignorons encore totalement, qui met en route des mécanismes de guérison-amélioration qui existent déjà virtuellement. Point de vue dérangeant, j'en conviens. Une référence, une seule : la théorie de la double causalité de Philippe Guillemant, dont j'ai déjà largement parlé sur Exmed. En dehors de ce dépoussiérage radical de la physique fondamentale, nous continuons de tourner en rond.
FMM

Gabegie circulaire du diagnostic

Posté le 24/05/2016 par Delattre

Pour illustrer ce propos, nos maîtres disaient:"on ne demande pas un examen parce qu'on ne sait jamais, mais parce qu'on sait déjà"et aussi: lorsque la clinique et laparaclinique ne sont pas d'accord, si la clinique est bien faite, c'est souvent elle qui a raison....

Seuil du deuil

Posté le 03/05/2016 par Neykov

Merci cher Luc Perino. Ce que vous écrivez-là est bien pertinent et utile. On s'en doutait, mais il est bien réconfortant pour le profane qu'un médecin enfin l'écrive. Je partage sur Facebook. Bien cordialement, Catherine Neykov

Réponse sur le CMH

Posté le 03/05/2016 par Luc Perino

Le CMH est le complexe majeur d'histocompatibilité, c'est le fameux système HLA qui détermine nos prédispositions aux maladies et affections diverses. Il vaut mieux que les CMH d'un couple soient très différents pour une meilleure "qualité sanitaire" des descendants.
Le CMH est "perçu" par les sujets et oriente l'appariement...

La pilule modifie le choix du partenaire

Posté le 03/05/2016 par une lectrice

article intéressant mais qu'est-ce donc que la "dissimilitude du CMH" ?

Écoutez les chroniques médicales

La phrase biomédicale aléatoire

Pour marcher au pas, le cerveau est superflu, la moelle épinière suffit.
― Albert Einstein

Publications et articles référencés

Pharmacologie sociale - La revue PHARMA, sept 2017 [...]

Au sujet des vaccins, l'obligation n'est pas la solution - Le Monde - Sciences & médecine - 28 juin 2017 [...]

Antibiorésistance (in Écologie de la santé) - Presses du CNRS et Cherche-Midi [...]

Alzheimer : cacophonie sur les médicaments - Le Monde - Cahier sciences et médecine - 8 nov 2016 [...]

Pour une épistémologie du soin : maladies réelles, virtuelles et potentielles - Médecine 2016 ; 12 (06) : 267–272 [...]

Autres fiches patients

Obésité - I /Les mots et les faits Variabilité : ce terme définit la [...]

Allaitement maternel - I /Les mots et les faits   Dans les pays riches, les mères ont le choix, dès la naissance, [...]

Angine aiguë - I/ Les mots et les faits Pharynx : carrefour des voies aériennes (allant des fosses [...]

Phimosis et prépuce - I / Les mots et les faits   Gland : bout du sexe du garçon, ainsi dénommé en raison de sa [...]

Maladies auto-immunes - I / Les mots et les faits Système immunitaire : ensemble de [...]

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Pharmacologie du suicide - La dépression est une entité médicale qui n’a jamais obtenu de définition satisfaisante. [...]

La pharmacie du facteur - Est-ce que l’hypertension artérielle ou le diabète de type 2 sont des maladies ? Non, ils [...]

Le smartphone qui marche tout seul - Simon va bien, mais sa mutuelle lui a fait faire un check-up et les analyses ont trouvé une [...]

Les maladies ont un genre - En dehors des maladies liées à un organe sexuel (sein, prostate, ovaire, [...]

Nous vivons dangereusement - Monsieur Rolf Sievert a beaucoup fait parler de lui ces derniers temps. C’est lui qui a [...]

Haut de page