lucperino.com

Forum médical

Pour des questions médicales personnelles, veuillez plutôt contacter Luc Perino en donnant des précisions.

Un cœur artificiel pour un choix rationnel

Posté le 13/03/2014 par ZAYANI R

Excellente analyse
Bravo

Vendre les tranquillisants à l’unité

Posté le 30/01/2014 par Dr Delattre

Tout à fait d'accord une fois de plus!
Une réflexion bien appuyée sur l'exactitude des faits!Elle me rappelle une discussion avec un délégué qui semblait ne pas comprendre mes réticences à prescrire le temesta, pourtant"dejà le plus prescrit"qui s'est vu répondre que c'etait du fait que ce médicament était dans sa classe celui qui induisait le plus une dépendance rapide.
Je ne crois pas que la pharmacocinétique des benzodiazépines et la physiologie humaine aient changées depuis
J'appuie de tout coeur votre démarche.

Zika ou la démesure infectieuse

Posté le 11/02/2016 par Dr Mireille Lambertin Martinez

Et le round up si présent au bresil et en argentine et au paraguay
http://pubs.acs.org/doi/abs/10.1021/tx1001749
et les moustique OGM au bresil ? une incidence sur les l'équilibre de certaines espèces de mustiques ?
http://www.infogm.org/5691-Bresil-moustiques-OGM-sont-ils-ineffficaces

cordialement

Déplacement du temps zéro

Posté le 08/10/2015 par Dr Jean-Michel BICHOT

Merci une fois de plus pour la pertinence de votre analyse !

Attaque de panique

Posté le 05/11/2014 par Gaëlle

Merci pour ce descriptif précis presque rassurant s'il n'était quasiment impossible de s'en débarrasser de ces attaques de panique !

marchons , marchons ....

Posté le 24/10/2014 par marc

Cher Luc Perino ,
Merci encore pour cette dernière humeur incitant chaque citoyen à participer au défilé du 14 juillet en chantant la marseillaise ! Pour vous , ces études sont fiables car ce sont des méta-analyses ; Y a t - on pris en compte la tarte aux fruits ou les deux crèpes- confiture du réconfort après l ' effort ? Bien cordialement.

Phimosis

Posté le 02/07/2014 par tsésté

Bonsoir, mon fils de 9 ans a un phimosis très très serré, j'aurais voulu avoir votre avis, j'ai lu votre rubrique qui me conforte dans mon avis, personnellement il ne se plaint pas alors on ne touche a rien.merci pour votre réponse.

Réponse à Marc

Posté le 20/05/2014 par Luc Perino

Dans cette chronique, j'ai choisi quelques pathologies parmi les milliers du classement CIM, afin d'illustrer mes propos. L'infarctus n'est pas mentionné. Il représente 18000 décès en France. Il se trouverait donc en tête de cette liste non limitative.

réponse à n. Malavioles

Posté le 03/04/2014 par Luc Perino

Vous avez bien fait. Les recommandations officielles sont de ne pas faire de supplémentation systématique, mais plus de la moitié des médecins ne le savent pas ou n'en tiennent pas compte !

Un coeur artificiel pour un choix rationnel

Posté le 08/03/2014 par Laurent Vercoustre

Peut-on vraiment concevoir les choses dans ce cadre, dans cette matrice de pensée binaire, le mauvais marcher, la bonne solidarité... Je suis un peu étonné par ce manichéisme ... peut-on vraiment penser de façon féconde les problèmes de santé dans de tel cadres...

Ne sait-on pas depuis Adam Smith que”Ce n’est pas de la bienveillance du boucher, du brasseur ou du boulanger que nous attendons notre dîner, mais plutôt du soin qu’ils apportent à la recherche de leur propre intérêt. Nous ne nous en remettons pas à leur humanité, mais à leur égoïsme.

c’est la richesse produite par le marcher qui permet de redistribuer et d’assurer la solidarité

l’auteur de Dr House et moi simple praticien hospitalier


Réflexion sur les forums médicaux

Posté le 28/01/2014 par Dr Grimard

Sur le club des médecins blogueurs, je constate qu'il est très difficile d'ouvrir de conserver un certain niveau sur les forums médicaux ouverts.
Votre forum est de bonne tenue et agréable pour les confrères. Merci de le garder à ce niveau !

réponse à une patiente

Posté le 30/09/2015 par Luc Perino

Il n'y a aucun ordre de priorité, tout est à décider au cas par cas.
Ma préférence va aux TCC dans beaucoup de situations (phobies, manies, anxiété, etc.)

Il faut instituer le crime anthropologique

Posté le 09/01/2015 par Jacques Isnard

Bonjour,

En fait, oui, il faudrait instituer non pas un crime anthropologique, mais reconnaître dans le code pénal l'état de barbarie, qui relèverait d'une juridiction séparée, qui reste à établir. Car le code pénal suppose la reconnaissance par l'ensemble de la chaîne judiciaire d'un code de valeurs communes, dont la transgression justifie procès et sanction. Or, dans ce cas, le code pénal est inopérant, car les parties prenantes ne sont pas dans le même monde, ne revendiquent pas les mêmes valeurs.

Ceci dit, on l'a bien cherché. Depuis les années 70, on a consciencieusement pourchassé tout ce qui faisait le fondement de ces valeurs communes en bannissant de la société, au nom d'une idéologie libertaire sympathique au demeurant, mais poussée à l'extrême, tous les garde-fous, tous les repères moraux, ringardisant, voire ridiculisant la morale républicaine, les religions, ou plutôt la seule religion dite dominante à l'époque, etc. Au bilan, aujourd'hui, le bien, c'est gagner "de la thune", le mal, c'est de n'en point gagner, et tous les moyens sont licites pour y parvenir. La porte est ainsi ouverte à la barbarie, qu'elle soit économique, pseudo-religieuse comme pour l'attentat que nous venons de subir, etc.

A cet égard, le sursaut auquel on vient d'assister dans les rues de nos villes est plutôt réconfortant. Prenons simplement garde au mouvement du balancier, qui risque de favoriser les extrêmes, dans le contexte sociétal totalement délétère qui est le notre. Nous sommes en effet des Gaulois, incapables d'appréhender une question difficile autrement qu'avec nos tripes, au travers de prismes partisans poussant à la violence. Essayons de faire appel à notre encéphale, ne résonnons pas mais raisonnons plutôt, de manière rationnelle et logique, sans bannir pour autant l'élan du coeur qui fait notre humanité.

Cordialement,

Réponse à Catherine Grangeard

Posté le 01/01/2015 par Luc Perino

Aucun problème

Cordialement

Marchons, marchons, qu'un sang pur...

Posté le 24/10/2014 par Diane Fortin - Boucherville, Québec

Rêvons de ministères de la santé publicisant régulièrement de tels résultats tout en défendant aux pharmaceutiques de démarcher les médecins...!

Merci pour votre travail!

Rencontre insolite

Posté le 05/09/2014 par un praticien des médecines alternatives

C'est vrai ! Monsieur PERINO, il y a bien de quoi rire et j'apprécie beaucoup votre jugement sur les dérives de notre discipline ... Vous savez, un défribrillateur c'est une machine électrique qui fait, par une série d'impulsions électriques, se contracter des groupes musculaires. On pourra avant les 6 ans de délai de péremption de ces machines, les reconvertir en Machines à faire rigoler la population Française qui ne semble plus guère le faire depuis un certain temps.

Origines de l’obésité chez les primates au Miocèn

Posté le 30/03/2014 par seb

Bonjour

J'ai quelques doutes/questions sur l'hypothèse de la perte de la capacité à produire de la vitamine C. En effet, l'éocène est plutôt une période très chaude (et non de fort refroidissement comme présenté). Le gros refroidissement se présente plutôt après, au passage à l'Oligocène. Donc après la perte de faculté de produire de la vitamine C chez les primates.

Bien que l'argument présenté soit tentant, est-il toujours d'acualité en remettant le climat dans sa réalité?

Cordialement
seb

Réponse à Isabelle Gautier

Posté le 08/03/2014 par Luc Perino

Je ne critique ni la Recherche, ni le progrès, ni le commerce, ni la prise de risque.
Je regrette simplement que nos marchands se servent de la solidarité nationale pour financer leurs investissements et que nos politiciens confondent marché sanitaire et progrès sanitaire.

Cordialement

La nutritionniste

Posté le 22/02/2014 par A Vital Durand

Bonjour M. Périno,
Ayant découvert votre site récemment, je réagis à d'anciennes humeurs.
Votre thèse (ou celle que vous reprenez de votre collègue nutritionniste) au sujet de l'obésité des enfants est très attirante, ou convaincante. À première lecture, j'ai d'ailleurs pensé: mais bien sûr, cela explique tout, comment n'ai-je pas pu m'en rendre compte plus tôt.
Toutefois, après réflexion, je crois que cette thèse est erronée. En effet, les femmes, et ce à toutes les époques, ont toujours travaillé (à la ferme où se trouvaient jusqu'au XVIIIe s. la majorité d'entre elles, elles avaient autant de tâches que leur mari; à l'usine au XIXe s. où se sont retrouvées la majorité de celles-ci de nouveau - Zola ne l'a-t-il pas suffisamment raconté -; mais également les épouses de commerçants ou d'artisans qui fabriquaient également ou s'occupaient de la vente...). Les exceptions sont rares: nobles, et surtout forme devenue populaire au XIXe s., la bourgeoise femme au foyer. Cette dernière n'a jamais que concerné que la grande bourgeoisie suffisamment riche pour pouvoir se passer d'un salaire de plus à la maison. Deux évolutions sociales datant de cette époque (début et milieu du XXe s.) brouillent pourtant les cartes au sujet de l'image que l'on a dans l'évolution du rôle social de la femme. D'une part l'image de l'"enfant-roi", d'ailleurs apparue dans ce même milieu bourgeois aisé qui souhaitait transmettre la fortune à un enfant bien éduqué qui s'enrichirait à son tour, a progressivement mis en valeur l'importance de s'occuper soi-même et en prenant beaucoup de temps de son enfant (qui jusque là était souvent mis en nourrice et que la mère ne nourrissait absolument pas). C'est cette évolution qui a tant accentué ou mis en valeur le malaise de la mère qui travaille et n'a pas de temps pour s'occuper de son enfant. D'autre part les mouvements féministes, pour une égalité entre hommes et femmes face à la loi et dans la société, ont donné beaucoup plus d'importance à ce travail féminin souvent négligé (elles étaient en effet moins payée, l'argent gagné était moins le leur que celui de leur mari et les hautes responsabilités leur étaient souvent inaccessibles). Au regard de ces deux constatations, il ne faudrait toutefois pas oublié que l'essentiel des femmes a toujours travaillé et que leur travail, qui n'a pas augmenté, ne peut être la cause de l'obésité des enfants.
Vous pourriez répondre que ce n'est pas le fait de travailler qui est nouveau, mais la culpabilité vécue par les mères et qui les pousse à compenser pour leur enfant sous forme de nourriture. Mais je ne suis pas convaincue par un tel argument. Pour en revenir à notre époque, les enfants les plus touchés ne sont-ils pas ceux des classes sociales les plus défavorisés (je peux ici me trompée, puisque je n'ai pas de chiffre et me contente d'observer mes classes, en tant qu'enseignante), dont un certain nombre de mères sont d'ailleurs malheureusement frappées par le chômage (et donc à la maison), comme c'est le cas dans les collèges défavorisés des banlieues ou des campagnes? Au contraire, les familles plus aisées, dans lesquelles nombre de mères travaillent, apparaissent également les mieux informées; ou en tout cas prennent plus de temps pour penser à l'alimentation de leur enfant n'ayant peut-être pas les mêmes soucis qui les préoccupent.
Le fléau majeur reste avant tout les écrans de toutes sortes qui, malgré les plaisirs qu'ils nous apportent, tendent à immobiliser les jeunes et moins jeunes sur une chaise, un canapé ou leur lit. Et si les parents ne sont pas là, quoi de plus simple pour s'occuper que de rester traîner devant la télévision ou un jeu informatique ou les réseaux sociaux. En fait, même quand les parents sont présents, les écrans restent une facilité, l'enfant s'y trouve calme et occupé (il ne "s'ennuie pas"), et le parent est libre de faire ce qu'il souhaite; alors que lutter pour "ne pas avoir d'écran" et passer pour un parent "tyrannique, détestable et pas cool" est tellement plus difficile et désagréable.
À cette absence de mouvement s'ajoute le grignotage que j'explique toutefois moins clairement: à la fois habitude alimentaire nouvelle - les cacahouètes ou chips n'appartenaient pas à l'alimentation -, et éducation de l'enfant-roi qu'il faut contenter tout de suite, notamment quand il a faim.
Voilà mon point de vue, mais il ne s'agit que d'une discordance ponctuelle et je lis vos billets avec plaisir.
Bonne journée à vous

Schizophrénie, dépression et toxoplasmose

Posté le 28/01/2014 par nadine

j,ai attrape des parasites.je les sens sur ma peau.il existe enormement de sortes de parasites.les docteurs ne savent pas lequel est ce.et ne cherche pas.c,est ci pratique.en attendant plusieurs symptômes apparaissent et deviennent invalidant.de plus,je declare des nouvelles maladies qui sont connues des médecins.jesuis persuade que les maladies que nous avons peuvent etre gueries par les antiparasites que nous possédons sur le marche.qu,est ce que les médecins attendent pour nous delivrer des médicaments antiparasites en rapport avec les symptômes que nous expliquons lors d,une consultation.les maladies graves sont une suite a tout cela.

Zika ou la démesure infectieuse

Posté le 10/02/2016 par Michèle Ottmann

Bonjour Luc, merci pour la chronique,
Précisions quelques deces pour le chikungunia (source invs : pour plus de 1 400 000 cas suspects 191 deces)
Des deces commencent a être signalés pour zika
Pour les virologistes ce sont des « vieux » virus
c’est « normal » : plus il y a de cas, plus la probabilité de deces d’observer des décès augmente…
j’en ai parlé a la conférence « quoi de neuf du coté des virus » la semaine dernière

Merci pour le remue méninges
Et bonne conférence

Maladies de riches

Posté le 27/09/2015 par Une patiente

Bonjour,
Très attentive aux divers articles traitant de la nocivité et effets secondaires liés aux antidépresseurs ou autres psychotropes, propos que j'intègre et que j'approuve, je me pose des questions.
Quelles solutions pour soigner vos patients ?
Psychothérapie légère ou lourde, thérapie, médecine alternatives, TCC ou autres solutions telles que citées dans l'article ? :

" Quand la médecine occidentale se penche enfin sur les liens entre le corps et l’esprit "
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/sciences/article/2015/09/21/actions-et-emotions-des-liens-.pour-guerir_4765961_1650684.html#DQVyFMhMMkbzZXJQ.99.

Les traumatismes et souffrances vécus lors de l'enfance ou à tout autre moment de la vie génèrent " inflammation et bouillonnement " au niveau de certains organes. J'en suis personnellement convaincue mais rien n'est soi-disant prouvé ( l'article cité ci-dessus va dans ce sens ) . Et nous voilà avec un corps malade un mental à gérer et une fragilité émotionnelle qui ne fait qu'empirer !

Alors ? que soigner en priorité et COMMENT ?

Cordialement

Lifting et Viagra®

Posté le 16/03/2015 par Mireille

Un appariement peut-être réussi mais pas très tentant!
Merci pour cette lecture.

réponse à Sophie

Posté le 03/03/2015 par Luc Perino

Sophie,
Même avec la meilleure volonté, il m'est bien difficile de faire de la télémédecine sur votre cas, avec aussi peu d'informations sur l'histoire de votre maladie.
Je vous suggère d'envoyer plus de détails en me contactant directement par mail. Ceci n'apparaîtra donc pas sur le forum

Histoire simple des médicaments anti-obésité

Posté le 23/12/2014 par Dr Rengade

Monsieur, cher Confrère,
Votre dernier texte est magnifique de clarté et devrait être diffuse a très large échelle tant il est d'importance publique. Merci a vous !
En profitant de ce courriel pour vous souhaiter d'excellentes fêtes de Noel, je vous adresse, Monsieur, cher Confrère, mes salutations les plus chaleureuses,

Marchons, marchons, qu'un sang pur

Posté le 23/10/2014 par Véronique

Merci pour cette "humeur" marcheuse à laquelle je suis particulièrement sensible.
Outre les bénéfices sur la santé du corps, la marche a aussi pour vertu de libérer l'esprit.
Bonne continuation

Pensons à nos morts du dernier trimestre

Posté le 20/05/2014 par

Bonjour ,
Dans les humeurs médicales : "pensons à nos morts du dernier trimestre" ou placez vous
les morts cardiaques notamment par infarctus? merci . cordialement.
Marc.

Un coeur artificiel pour un choix rationnel

Posté le 10/03/2014 par Pr Carl Vanwelde

Bravo pour ces quelques lignes si pertinentes
Bien à vous

La maladie d’Alzheimer

Posté le 24/01/2014 par e.m

Bien mais dommage de ne pas décrire les différents stades de l'évolution de la maladie (atteinte des capacités motrices)

Réponse à mes six confrères sur les antidépresseurs

Posté le 24/09/2015 par Luc Perino

Je fais une réponse commune aux six confrères qui se sont étonnés de mes propos sur les antidépresseurs (mon forum et le blog invité par le journal « Le Monde »). Précisons que ces propos ne concernent que les ISRS qui représentent la quasi-totalité de nos prescriptions. Ils sont évidemment laconiques dans une chronique de moins de 3000 signes destinée au grand public. Ce point étant, par essence, toujours critiquable !
Les réactions de ces confrères sont compréhensibles et fondées par le fait que nous avons tous prescrit des ISRS et continuons à le faire. Nous avons tous constaté un effet parfois bénéfique sur l’humeur dès les débuts du traitement. Mais pour une telle pathologie, souvent chronique ou récidivante, il faut fonder nos analyses et observations sur le long terme.
Le premier problème définitivement insoluble de la prescription des ISRS est celui du diagnostic initial. La seule véritable indication médicale devrait être la dépression unipolaire qui représente certainement bien moins de 1% des prescriptions. Oui, les antidépresseurs sont un facteur aggravant de la maladie bipolaire. Oui, ils sont inutiles et/ou dangereux dans tous les autres troubles divers et nombreux avec humeur dépressive passagère ou plus durable.
Vous savez, par les nombreux procès aux USA, que les premières études sur les ISRS ont toutes été biaisées et que seules les études positives ont été publiées, alors que les études négatives étaient plus nombreuses. Aujourd’hui encore, nous n’avons pas accès à toutes les données de l’industrie, la collaboration Cochrane ou la revue Prescrire sont obligées de faire des analyses sur des données incomplètes, ce qui explique que même ces revues intègres ont des résultats parfois contradictoires dans le temps. Vous savez aussi que le domaine de la psychiatrie est le plus corrompu par l’industrie et les leaders d’opinion, il a réussi à dépasser la cardiologie et la cancérologie. Certes, cela s’améliore doucement, grâce à ces lanceurs d’alerte que sont Prescrire ou Cochrane, mais, par ailleurs, et comme vous l’avez fait remarquer, l’obscurantisme qui entoure la clinique psychiatrique et qui profite aux sectes diverses, ne fait que retarder les révisions nosographiques indispensables à cette discipline.
Il faut donc nous appuyer sur les méta-analyses à long-terme de publications indépendantes, et sur une plus grande rigueur de nos propres observations cliniques à long terme. Oui, les ISRS améliorent provisoirement l’humeur et soulagent certaines souffrances psychiques. Non, les ISRS ne sont pas des traitements de la dépression à long terme. Non, les ISRS n’augmentent pas les années/qualité de vie.
Ils sont même des facteurs aggravants des humeurs dépressives pour plusieurs raisons. Leur action sur l’humeur est similaire à celle de la cocaïne et ils entraînent une addiction supérieure. Le principal leurre d’efficacité provient du fait que le syndrome de sevrage mime les symptômes d’une vraie dépression. Le patient, comme le médecin, sont alors enfermés dans le piège de la prescription infinie et de la co-prescription avec d’autres psychotropes. Ceci perturbe l’observation clinique et empêche la révision du diagnostic initial.
Oui, les suicides sont plus nombreux chez les patients sous antidépresseurs. Oui, dans les pays où les prescriptions sont le plus importantes, le nombre de diagnostics de dépression et de suicide n’a jamais diminué. Il a parfois tendance à augmenter parallèlement aux prescriptions (malgré les facteurs de confusion). Vous pouvez constater que nous sortons ici du cadre de l’essai clinique pour entrer dans celui de la macro-statistique sanitaire et économique, dont il faut reconnaître qu’elle souligne bien plus précisément l’inefficacité globale des ISRS et invalide le principe même de l’EBM dans un sujet aussi confus cliniquement.
J’ai joint une bibliographie que je peux qualifier moi-même de ridiculement insuffisante pour cette chronique qui ne concernait pas directement les ISRS. Si vous souhaitez une bibliographie bien plus riche contenant les publications les moins industrie-dépendante, vous la trouverez sur l’ouvrage de Peter C. Gotzsche, co-fondateur de la collaboration Cochrane, particulièrement aux chapitres 17 et 18. Ce livre est l’un des rares de cette catégorie à avoir été traduit en français (canadien), il a été hélas assez mal traduit et mal diffusé en France, paradis des antidépresseurs.
Vous pourrez aussi constater que ma courte charge contre les ISRS est bien mièvre et angélique par rapport à celle de cet auteur auquel on ne peut pas reprocher le manque d’intégrité et de sources ! Même les rédacteurs en chef des grandes revues médicales, pourtant toutes dépendantes des fonds de l’industrie, ont fait leur mea-culpa au sujet de leurs publications sur les ISRS.
Je n’ai certainement pas répondu à tous vos doutes et interrogations, ni aux miens. Je me permets de suggérer d’ouvrir bien plus grand nos yeux de clinicien (les miens comme les vôtres) devant les multiples manipulations qui entourent ce sujet. J’ai bien peur que devant l’ampleur de ce problème de la prescription illimitée des antidépresseurs, la réponse médicale et scientifique soit déjà largement dépassée et qu’elle ne puisse plus être que socio-politique ou économique.

Merci pour votre lecture fidèle et attentive qui m’oblige à toujours plus de rigueur.
Cordialement et confraternellement vôtre

3 maladies auto-immunes

Posté le 11/07/2015 par

Bjr
Je cumule 3 maladies
Tyroidite d'Hashimoto
S.E.P
Bronchite a éosinophiles
Je n'avais été malade qu'une fois a 10 ans d'un RAA, je ne sais pas comment en sortir pour essayer des analyses permettant d'identifier un manque ds mon organisme.Y a t il qqun a qui c'est arrivé et qui a trouvé la solution?
Merci

Réponse à Anne

Posté le 09/01/2015 par Luc Perino

Je crois que tu as parfaitement raison en ce qui concerne la réaction des musulmans français.
Il y a cependant une très grande différence entre les musulmans français, tous républicains, et les états musulmans.

C’est précisément le silence de ces états musulmans qui commence à devenir assourdissant, et beaucoup de musulmans français le pensent aussi.

Bises

Histoire simple des médicaments anti-obésité

Posté le 01/01/2015 par Dr Behrouz KASSAI

Excellent
Félicitations
Cette vision industrielle de la santé est choquante. Mais je ne vois pas d’issue tant l’innovation destructrice et la compétition effrénée sont ancrées aussi dans la santé et défendues par les états.

Rencontre insolite

Posté le 23/12/2014 par Selina

Sortant d'une formation de Sauveteur Secouriste du Travail, j'étais pétrie de bonnes intentions Saint-Bernardesques, me voyant déjà devoir localiser tous les défibrillateurs de la Région, au cas où, vous venez de détruire mes illusions...ou plutôt me déculpabiliser si par malheur je ne trouvais pas le fameux sésame dans les 5 mn suivant mes premiers massages cardiaques!

Marchons, marchons, q'un sang pur....

Posté le 23/10/2014 par Vefour

Homo sapiens est fait pour marcher.
Si chacun de nous s'imprégnait de cette valeur basique !....

Belle reconnaissance des bienfaits de la marche, méconnus de beaucoup d'entre-nous.
Encore un article qui aurait sa place dans les salles d'attente !

Merci à vous, Luc, de nous rappeler cette aptitude fondamentale et vitale.

Un cœur artificiel pour un choix rationnel

Posté le 10/03/2014 par Xavier Artru

Je n'ai pas d'opinion sur l'équilibre "solidarité" / "marché".

Je serai peut-être d'accord avec Luc Perino, mais pense qu'il faut avoir plus d'information, par exemple sur :

- Quelles sont les causes de la mort du patient ? un défaut du coeur artificiel ? un caillot ? un rejet ? la fatigue ?

- Ce coeur a été "gréffé" sur un patient plutôt agé (mais à peine plus que moi...). Etait-ce un choix ? Un patient plus jeune n'aurait-il pas eu plus de chance de survie longue ?

Ces éléments peuvent influencer le choix entre "progressiste" et "conservateur".

Fluctuations des gains et pertes sanitaires

Posté le 15/02/2014 par Dr Didier ANNE, CMCT

Si, nos politiques ont trouvé l'alternative à la croissance : la légalisation du cannabis, grand pourvoyeur de bouffées délirantes et de schizophrénie. Il est plus facile de gouverner des anes que des intellectuels

Vendre les tranquillisants à l’unité

Posté le 21/01/2014 par R.B.

Un très bon article de P. Lemoine vient d'être publié sur le monde. Il confirme tout ce que vous dites et il encore plus sévère que vous.
Les BZD sont un réel poison

Zika ou la démesure infectieuse

Posté le 09/02/2016 par Evelyne Hayer

Bravo! Bien écrit et avec humour!

Maladies de riches

Posté le 23/09/2015 par Dr Laurent Vercoustre

Ce que vous avez dit sur les antidépresseurs et leur effet aggravant m’intéressent beaucoup, pouvez m’en dire plus ,à partir à quelles données vous faites référence.
Merci

Placebos

Posté le 19/11/2014 par Dr Salaun

"Que vous ordonniez du bromure , des glycérophosphates ou que vous prescriviez , décorés d 'un nom grec ou latin plus ou moins ronflant , pompeux et très long , des pilules de mie de pain ou de pissenlit , vous agissez exactement de la même façon .
Si vous arrivez à convaincre votre malade que le médicament ordonné lui fera du bien , il y a grandes chances pour que ce bien soit ressenti ... et que vous arriviez à améliorer son état .
Cependant , de telles pratiques ne nous disent rien qui vaille . Tout d ' abord nous estimons que nous n ' avons pas le droit de tromper les malades , d ' abuser de leur crédulité . E n outre pour que de tels médicaments aient une action suggestive suffisante , il faudra qu ' ils coûtent cher.
Donc , pas de médicaments aux névropathes . La méthode est dangereuse , inefficace , et son inconvénient capital est de donner au psychisme du malade , une direction directement opposée à celle qu ' on serait désireux de lui voir prendre ."
AH ! que j ' aimerais m ' appeler Jules Déjerine .
(1911 - Les manifestations fonctionnelles des psychonévroses - )

Les médecins pourront signer d'une croix

Posté le 05/11/2014 par Claire.

Merci Luc, pour ton humeur réjouissante.
Un peu de distance avec toutes ces maladies qu’on nous fait pleuvoir à travers mille images en noir et noir.
Tu repeins la vie en rire.
Amitiés.

Tournevis magique

Posté le 22/10/2014 par Laurent

Bravo pour ce rapprochement amusant.

Non-causalité inversée

Posté le 17/05/2014 par Emmanuel Venet

Ré-enseigner la clinique, voilà une bonne idée…
Amicalement.

Un cœur artificiel pour un choix rationnel

Posté le 10/03/2014 par E. Robin

Je trouve tout à fait pertinent de tenter de
distinguer, parmi les soins, ceux qui doivent
être financés par la solidarité nationale, et
ceux qui ne méritent pas de l'être. Si le terme
" méritent " choque, on peut le changer, mais ça
ne changera pas le problème, qui est moral, et
donc politique.
la frontière sera évidemment difficile à définir.
Disons qu'un traitement de sclérose en plaques
à 18 000 euros par mois chez une femme de 25 ans
me paraît relever de la solidarité (s'il a une
efficacité notable) mais une chimiothérapie à
6000 euros par mois pendant deux ans chez une
personne de 80 ans atteinte de cancer bronchique
ne relève pas de la solidarité, si son effet
présumé est d'améliorer statistiquement la survie
de 3 mois chez 30 pour cent des personnes
traitées.
Un coeur artificiel de 360 000 euros (c'est le
coût de la pose, et non de la prothèse seule)
relève probablement de la solidarité chez un homme en bon
état vasculaire ayant une espérance de vie de
dix ans. Mais il ne relève pas raisonnablement
de la solidarité
chez un insuffisant cardiaque de 60 ans aux
artères bousillées par le diabète, et dont
l'espérance de vie sans complications sévères est
quasi nulle.
En effet, tout ce qu'on rembourse pour la santé
est une perte sèche pour les autres solidarités,
comme l'éducation ou la création d'emplois, qui
sont des solidarités pas moins sacrées que
l'assistance à ceux que frappe la maladie.
Car il va falloir choisir.
On ne peut pas tout payer. Il faudrait définir
démocratiquement (c'est possible) ce qu'on
rembourse.

E. Robin, néphrologue
(un dialysé coûte 9 600 euros par mois)

Un cœur artificiel pour un choix rationnel

Posté le 08/03/2014 par Dr Dominique GERALD

Bonjour et merci !

S'il vous plait: pas pour moi, ce coeur là; ne faites pas croire à ma descendance que ce qui importe le plus pour l'homme: ce serait de ne pas mourir !

La vie n'aurait aucun sens, sans la mort !

Il faut lire les méditations sur la mort de Tchang et "un jour je m'en irai sans en avoir tout dit " de J D'Ormesson.

merci de nous aider à réfléchir !

À alain Kelfoun

Posté le 15/01/2014 par Jean-Pierre Bernajuzan


...j'avais entendu que lors d'une grève des médecins en Israël, la mortalité a brusquement baissé, elle a repris à la fin de la grève...! ?

L'analyse du phénomène qui a été faite est que les malades ont attendu le retour des médecins pour mourir.

Je vous laisse en tirer vos conclusions...

Maladies de riches

Posté le 23/09/2015 par Dr Frédéric Urbain

Oui pour l'ensemble de l'article, avec des éléments très intéressants.
Mais non pour le couplet sur les antidépresseurs : il s'agit d'un discours très "à la mode", lancé par les sectes type "scientologie" qui voient d'un mauvais œil que les médecins soignent les dépressions qui constituent leur "fond de commerce". Pour diverses raisons, soit culturelles soit psychologiques, ce discours est repris par ceux auxquels il convient bien, mais il va à l'encontre de la réalité scientifique.
Si les antidépresseurs doivent en effet être utilisés avec prudence, en fonction de l'âge et des indications, il restent dans l'Episode Dépressif Majeur le traitement de référence avec la psychothérapie, l'un ou l'autre pouvant être utilisé isolément dans l'EDM d'intensité modérée et en association dans l'EDM d'intensité forte. Utilisés à bon escient, ces médicaments sauvent des vies et épargnent des souffrances.
Je précise que je suis médecin généraliste, chercheur, lecteur émérite de "La Revue Prescrire", et que j'ai parcouru les références citées. La revue de la littérature datée de 2008 et qui suggère qu'un antidépresseur (la paroxétine) ne ferait pas mieux que le placebo est intéressante, mais son mécanisme est démonté dans un article ultérieur (http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3643832/) qui explique d'une part les causes de l'erreur, et d'autre part les mécanismes idéologiques qui sous-tendent le raisonnement des auteurs.

Il faut instituer le crime anthropologique

Posté le 09/01/2015 par Anne Charmasson

Après réflexion : Pourquoi les pays arabes devraient ils "pondre" un texte spécifique alors qu'ils sont adhérents de l'ONU qui a adopté en 1948 une déclaration universelle des Droits de l'homme ?
Cette proposition choque profondément les musulmans français qui ont l'impression qu'ils sont en permanence sommes de se justifier et de se dédouaner.
Je pense qu'il faut faire très attention à ça dans notre bel élan d'indignation et de solidarité ...

Bises

Adaptation génétique à l'altitude

Posté le 03/12/2014 par Dr Jean-Michel BICHOT

Génial !!! Cela illustre pour moi, de façon exemplaire les limites du déterminisme génétique. On se sent encore plus libre après cette confirmation de l'étendue et du pouvoir des facteurs "épigénétiques".

Lorsque tropique

Posté le 17/10/2014 par A Vital Durand

Bonjour,
J'avoue ne pas être totalement convaincue par cette analyse tentante mais que je trouve un peu simple.
Certains virus sont simplement importés par l'homme qui se déplace beaucoup, pourquoi ne pas imaginer un modèle où les moustiques tropicaux seraient déplacés et finiraient par s'adapter à un climat plus frais comme ils le font déjà face aux insecticides?
A Vital Durand
PS: je ne me réveille que pour critiquer, mais les articles du tournevis magique, de la rencontre insolite ou des vaccinations m'avaient beaucoup plu et il est important de s'arrêter aussi pour le dire: ce sont des analyses imagées, percutantes et parfois inattendues.

obligations vaccinales

Posté le 29/08/2014 par Jean Paul

Donner le libre choix est toujours plus efficace, lorsque l'information est correcte.
merci

Méfions-nous de la probité !

Posté le 10/06/2014 par Une patiente

Je me méfie toujours quand on me dit : "Je fais cela dans votre propre intérêt."

Un coeur artificiel pour un choix rationnel

Posté le 08/03/2014 par Dr Isabelle Gautier

Cher Monsieur, combien de morts avant la réussite des vaccins? Le commerce est partout mais tout n'est pas commerce. Bien à vous

Réponse à Grégory Lacraz

Posté le 19/02/2014 par Luc Perino

Bonjour

Ma réponse sera excessivement simple, malgré l’apparente complexité d’une telle question

Pour moi, la maladie ne peut être définie que par le patient.
Le facteur de risque ne peut être défini que par le médecin.

Donc, soit le patient considère son obésité comme un handicap ou une maladie et dans ce cas, c’est à la fois une maladie et un facteur de risque,
Soit il ne considère pas son obésité comme « anormale » et dans ce cas, ce n’est qu’un facteur de risque.

Cordialement

Fluctuations des gains et pertes sanitaires

Posté le 14/01/2014 par alain Kelfoun

j'ai beaucoup apprécié ce blog. luc Périno m'a (un peu) réconcilié avec la médecine. Il faut dire qu'à mon âge (70 ans)on m'avait prescrit tous les traitements en vogue contre l'hypertension,le cholestérol,l'adénome prostatique...... Alors qu'avant j'étais en pleine forme,je me sentais très mal. On m'a alors prescrit en plus des anxiolytiques .j'ai trouvé que la coupe était pleine.J'ai tout jeté à la poubelle.Depuis trois ans je n'ai pas vu un médecin et tout est redevenu normal.

Zika ou la démesure infectieuse

Posté le 09/02/2016 par Pr. Patrice QUENEAU

Excellent… !
et les grands prophètes ne sont pas forcément ceux qui font profession de l'être !
Cdt

Maladies de riches

Posté le 22/09/2015 par Dr Béatrice Gully

Merci de ce propos dont je partage presque entièrement l'analyse : cela veut il dire que ma fille ainée ( j'ai eu une scopie au premier trimestre de ma grossesse pour cause de mariage )aura une leucémie ? , non ,bien sûr , mais il est de notre droit de nous poser des questions sur notre environnement , notre alimentation , et nos pratiques médicales aussi et surtout car ce qui est un dogme aujourd'hui , sera une bavure regrettable demain , et nous devrons en rendre compte un jour !
Ceci n'est qu'un exemple , bien sûr !
à bientôt de vous lire


Allaitement maternel

Posté le 26/12/2014 par Anna

J ai allaite mon fils pendant 1 an et demi, j allaite toujours ma fille qui a 14 mois. Je suis completement d accord avec la plupart des bienfaits que vous enumerez mais j ai trouvé beaucoup de choses fausses dans cet article.
Je pense que l allaitement est douloureux, tres, surtout les premiers jours, il ne faut pas le nier. Je pense que le bebe a faim les premiers jours, et cela decourage les meres. Je pense que des complements les premiers jours :1. Aident la mere a moins souffrir du teton, 2. Le bebe a calmer sa faim quand le lait n est pas encore monte. Bien sur il faut AUSSi qu il tete pour la montee de lait. J ai donne 10 a 20 ml de complement par jour les trois premiers jours, cela ne m a pas empechee d allaiter ensuite exclusivement une annee et demie pour l un, et un an pour l autre. C est dommage qu il faille se battre avec les sages femmes a ce sujet. Un complement repose mere et bebe, il est faux de dire que l enfant s habitue au biberon; selon moi l enfant preferera toujours la chaleur du sein de sa mere...
Ah, et oui, l allaitement abime les seins, et pas qu un peu, mais il faut savoir si l on prefere de beaux seins ou donner le meilleur a ses enfants....!

Histoire simple des médicaments anti-obésité

Posté le 23/12/2014 par Dr B.G.

Grosse colère oh combien justifiée !!! +++
Quand nos dirigeants arreteront-ils de confondre santé et marchandise ?

Réponse à Laurent sur le rire

Posté le 09/11/2014 par Luc Perino

Le rire est un facteur très connu de déclenchement de la toux.
Il peut alors révéler une forme mineure d'asthme ou de bronchospasme.
Si la toux n'est pas trop gênante, il faut en rester là, sinon il faut faire des tests pneumo.
Par prudence, il faut aussi vérifier sur l'électrocardiogramme qu'il n'y a pas un QT long.

Lorsque tropique

Posté le 15/10/2014 par Florence

Et la transition énergétique qui a l'air de prendre du retard

Non-causalité inversée

Posté le 15/05/2014 par Georges Bringuier

Bonjour
je partage tout à fait votre point de vue sur ce sophisme.

La confusion entre corrélation et causalité est quelquesfois appelée "effet cigogne". C’est bien connu, en Alsace ce sont les cigognes qui apportent les bébés dans les familles. En effet chaque fois qu’une cigogne s’installe sur la cheminée d’une maison, peu après une naissance est constatée dans cette même maison. Cette corrélation serait à l’origine de la fable. Faut-il préciser que lorsqu’une naissance est imminente, les familles chauffent davantage leur logis, ce que les cigognes apprécient particulièrement …

Un coeur artificiel pour un choix rationnel

Posté le 08/03/2014 par Stéphane Duee

Mathieu JABOULAY , en 1906 , avait greffé un rein de chèvre à une femme , la patiente a vécu 2 jours ( Jaboulay aviat des connaissance anatomiques inouïes , mais le phénomène de rejet de greffe n'était pas connu , et l'immunologie non plus )
N'est-ce pas un progrès ? y avait-il un manque d'humanisme ? ou des enjeux financiers ? .....

fausses idées de l'évolution

Posté le 08/01/2014 par william

à penser :
http://www.hominides.com/html/theories/theorie-evolution-idees-fausses.php

Maladies de riches

Posté le 21/09/2015 par Dr Rodolphe Chastel

En complement, vous auriez put aussi parler des conséquences néfastes de la pshychanalyse ' des riches ' qui conduit a des sucides plus frequent quand le pshychiatre ne fait que de la pshychanalyse et refuse d'ettayer ses soins avec une therapeutique per os dans les phases de révelation du malaise de l'inconscient ...
Il s'agit malheureusement de cas vécus dan ma pratique mèdicale dont je parle .
Bien cordialement.

Réponse à Marie Bénédicte

Posté le 21/05/2015 par Luc Perino

Bonjour,

Merci de votre fidélité et de votre confiance.
Le Pr joyeux mélange deux problèmes.
Cet amalgame n’est pas digne de la rigueur scientifique d’un universitaire.

Il a absolument raison en disant que la pénurie du DTP est orchestrée par l’industrie pour pouvoir vendre un vaccin plus cher.
Il faut se battre contre cela
Mais en signant sa pétition on cautionne les sectes antivaccinales qui veulent faire croire à la myofasciite à macrophage ou au risque de scléroses en plaques

La myofasciite à macrophage est une pure invention ou une lésion si banale qu’elle ne mérite aucune étude.

Le vaccin anti-hépatite B n’a jamais favorisé la sclérose en plaques
Aucun vaccin ne peut provoquer une maladie auto-immune, mais tous les vaccins peuvent modifier provisoirement le cours de toutes les maladies auto-immunes existantes puisque ces maladies sont par définition sensibles à toutes les fluctuations immunitaires. Le sujet est complexe et c’est une malhonnêteté d’utiliser la méconnaissance des profanes et leur anxiété naturelle.

Mais il n’en demeure pas moins vrai que l’industrie a des méthodes très répréhensibles et que le ministère est laxiste.
Il faudrait une pétition rien que pour cela et non pour soutenir des fadaises.
C’est tout l’art de l’amalgame où excellent les sectaires.

Espérant avoir répondu à votre attente

Cordialement

Il faut instituer le crime anthropologique

Posté le 09/01/2015 par Jean François Vallette

Salut luc

Merci pour tes envois toujours si intéressant
Ne t excuses pas de mettre des affects dans une chronique médicale
J’ai vraiment adoré mon médecin généraliste le jour où en consultation il pleurait et m’a demandé de s’excuser car il venait de perdre un patient qu’il aimait beaucoup
Que serait la santé coupé des émotions ?
Que serait la santé coupé de l’attachement à la liberté d’expression ?
La santé ne se divise pas
La santé est anthropologique, politique, sociale, psychique et somatique
La santé s’inscrit dans l’histoire et la mondialisation
Je suis aussi très triste mais aussi très en colère…
Triste de la perte de cette équipe merveilleuse de charlie qui donnait un supplément d’âme à notre époque si morne et matérialiste, bêtement technocratique
En colère car si la si belle manifestation de mobilisation pour défendre la liberté de la presse et d’expression signifie en creux qu’ on est infoutu de le faire lorsque des enfants de gaza sont assassinés, comme ceux d’irak, de syrie, du mali, d’afghanistan, du pakistan, cet attachement à la liberté amputé de cette soif de justice et de paix me fait chier et me débecte
Triste parce que je pressens que notre unité nationale ne reposerait que sur le seul souci à la liberté d’expression !!!
Mais pour ce qui est de la justice sociale, des chômeurs qui sont de plus en plus nombreux, des sdf qui meurent de froid, de la misère dans les prisons et les hôpitaux psychiatriques, des migrants à la rue on est de moins en moins nombreux à se mobiliser…
Il n’y aurait que le droit à se moquer de tout qui nous révolterait ?
Oui j’irais marcher dimanche mais je ferais un panneau où j’écrirai : je suis charlie mort à gaza, en irak, au mali sous les balles du fanatisme

Tu peux utiliser cet état d’âme pour ton compte
Je n’ai ni blog, ni site, ni compte face book ou le mettre

Je t’embrasse,

Toux chronique de l’adulte

Posté le 09/11/2014 par Laurent Scio

Quels pourraient être les causes d'une toux chroniques apparaissant le matin au lever, ou bien en parlant ou en riant. Merci

Lorsque tropique

Posté le 15/10/2014 par Dr Aboukar

J'aime bien l'allusion du "allègrement"

Éthique conséquentialiste

Posté le 10/07/2014 par Barthélémy Gorgeat

Ne pas s'encombrer de grandes envolées philosophiques et morales pour parler d'éthique, cela me parait sage. L'éthique se fait au jour le jour, on ne l'apprend pas à l'école, on ne peut pas l'enseigner.
Vous êtes un homme de bon sens et un vrai médecin. Je me régale toujours. Merci

Reductio ad ayatollum

Posté le 19/06/2014 par A. Vital Durand

Bonsoir,
Malheureusement, à toute époque, il est risqué d'aller à contre-courant. Il faut suivre la mode (et je ne parle pas de celle vestimentaire dans laquelle il est de bon aloi d'être en décalage, mais partout ailleurs): dans le monde artistique (le poète maudit et le peintre misérable reconnus après leur mort), dans l'éducation nationale (où toute personne qui s'oppose aux "nouvelles lois" est traitée non pas d’ayatollah, mais de rétrograde)...
Et cette mode est décrétée au nom du bien commun, tandis que ses opposants ne pensent pas aux autres (à quoi peuvent-ils donc bien penser??). Les dépistages sont nés pour protéger la population! N'est-ce pas le sens même de la démagogie: dire ce qui contentera les foules, sans prendre le moindre risque.
Rassurons-nous: les génies qui nous inspirent n'ont jamais été de ceux-là. Il est toujours possible de se tromper, mais il faut savoir dire ce que l'on pense pour pouvoir créer le débat. L'expression est le fruit de la pensée, qui caractérise l'homme; et la liberté d'expression (article 11 de la déclaration des droits de l'homme) est souvent la première censurée par les régimes totalitaires.
À cet effet de mode s'ajoute enfin la pression perverse des lobbies, particulièrement visibles dans le domaine médical.
Bon courage pour défendre les bonnes causes

Un cœur artificiel pour un choix rationnel

Posté le 08/03/2014 par Loïc Etienne

Tout à fait d'accord avec votre réflexion. La santé est un bien immatériel qui a la particularité d'être à la fois une valeur et un marché. Dissocier les deux, ne serait-ce que dans la compréhension du phénomène serait déjà une avancée politique. Malheureusement le courage en ce domaine est une denrée rare...
Dr Loïc Etienne
zeblogsante.com

Si les sages-femmes pouvaient…

Posté le 03/01/2014 par Dr Delattre

tout à fait d'accord avec cette saute d'humeur!!Ayant pratiqué des accouchements à domicile parfois difficiles en campagne et à l'hopital,je pense que si des normes de sécurité sont utiles, l'hypermédicalisation n'est pas justifiée et que la compétense des sages femmes doit être reconnue. Elle est réelle , y compris pour donner des conseils de bon sens (pour l'allaitement maternel par exemple).
Sur le simple plan financier,la confiance en leur sens clinique serait une énorme économie.On ne le souhaite pas en haut lieu car on préfère n'importe quoi à faire confiance aux pratitiens quels qu'il soient et nos dirigeants entretiennent un climat de suspition que j'ai vu se développer avec le temps.....

Réponse à Laurence

Posté le 06/02/2016 par Luc Perino

Il me manque beaucoup d'éléments
S'agit-il d'une forme familiale de cavernome ?
Ces cavernomes ont-il déjà saigné ?
Avez- vous déjà eu une crise d'épilepsie
Faites vous des crise de migraine régulièrement ?
Prenez- vous beaucoup de triptans ?
De quand date votre dernier IRM ?
Sans réponse précise à ces questions, il est bien difficile de donner une avis.
Sachant que les cavernomes qui donnent des symptômes sont les plus rares.
Cordialement

Maladies de riches

Posté le 21/09/2015 par Dr Rodolphe Chastel

Avec tout le respect que je peut avoir et, connaissant depuis quelques années vos humeurs médicales, je me pemet de vous dire que dans ce dernier billet vous dérivés sur des affirmations toutes personnelles non étayées de preuves scientifiques et réalistes sur nos traitements dits " antidepresseurs " mieux utilisées depuis les IRS que les 'anciens' des années 60 à 90 , une modulation des propos dans le temps aurait été plus critiquement honnète et aurait put contribuer a cesser d'agiter le grand épuvantail entretenu par les sectes anti vaccins , anti medicaments ( les scientologues , les adeptes des " église " charlatanesques diverses qui sevissent de plus en plus en europe.)
Bien cordialement.

Lorsque tropique

Posté le 10/10/2014 par Serge

J'adore !!!
Merci ! Ca fait du bien ces petits coups de gueule !

Mathématique de l'Alzheimer

Posté le 05/08/2014 par Dr Porte

Les importantes subventions de recherches sur l'Alzheimer à l'Inserm attirent naturellement les chercheurs !! On va donc finir par trouver quelque chose de "vendable" ! Pauvre sécu !!

Surmédicalisation

Posté le 12/05/2014 par Ahmed G.

Ceux qui sont surmédicalisés sont souvent les mêmes, et ils prennent l'argent des sous-médicalisés qui sont aussi souvent les mêmes.

Réponse à Seb

Posté le 30/03/2014 par Luc Perino

Ce que je comprends dans cet article c'est que la perte de synthèse de vitamine C résulte d'une coévolution très étroite avec des aliments qui en contenaient beaucoup et qui permettaient de faire l'économie de cette synthèse.
Ensuite, lors des glaciations de la fin de l'éocène, le nouveau contexte alimentaire a favorisé ceux qui avaient des gènes "économes" capables de mieux résister à la carence de sucre. C'est en tous cas ce que suggère Neel dans sa théorie du "gène économe" qui est aujourd'hui largement admise.
Je ne peux guère vous en dire davantage

Cordialement

Écoutez les chroniques médicales

La phrase biomédicale aléatoire

Les maladies infectieuses se succèdent, et lorsque l'une d'elles est éliminée, elle est susceptible d'être remplacée par d'autres qui anéantissent aveuglément dès lors que les conditions d'une vie saine font défaut.
― William Farr

Publications et articles référencés

Pharmacologie sociale - La revue PHARMA, sept 2017 [...]

Au sujet des vaccins, l'obligation n'est pas la solution - Le Monde - Sciences & médecine - 28 juin 2017 [...]

Antibiorésistance (in Écologie de la santé) - Presses du CNRS et Cherche-Midi [...]

Alzheimer : cacophonie sur les médicaments - Le Monde - Cahier sciences et médecine - 8 nov 2016 [...]

Pour une épistémologie du soin : maladies réelles, virtuelles et potentielles - Médecine 2016 ; 12 (06) : 267–272 [...]

Autres fiches patients

Drogues : addiction et sevrage - I/ Les mots et les faits Drogue : nom général donné à toutes les substances chimiques [...]

Obésité - I /Les mots et les faits Variabilité : ce terme définit la [...]

Auto-immunes (Maladies) - I / Les mots et les faits Système immunitaire : ensemble de [...]

Toux chronique de l’adulte - I / Les mots et les faits   La toux est une expiration brusque et bruyante, réflexe ou [...]

Maladie d'Alzheimer - I /Les mots et les faits C’est la plus fréquente des maladies [...]

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Médias et médecine - Les grands médias ont toujours salué avec assiduité les progrès médicaux. Les succès [...]

L’avenir du syndrome grippal - Dans les dossiers de nos patients, nous avons chacun nos petites manies pour résumer en [...]

Maladies de riches - La loi du 19 ventôse de l’an XI (1803), relative à l’exercice de la médecine, créa deux [...]

Milgram, cancer et contagion normative - La télévision vient de remettre au goût du jour les fameuses expériences de Milgram [...]

Requins, platanes ou bolides - Les requins sont les plus redoutés des carnivores marins, et ils sont en très [...]

Haut de page