lucperino.com

Forum médical

Pour des questions médicales personnelles, veuillez plutôt contacter Luc Perino en donnant des précisions.

La probité à l'épreuve des certificats

Posté le 14/04/2024 par Nicole Tanné

Bonjour Luc.

Je voudrais (pour une fois) apporter un bémol à votre billet.
Il est vrai que le certificat médical est devenu une formalité à dimension variable et sans véritable signification. Mais on peut pointer et déplorer deux origines complètement distinctes de ce phénomène.

- La première est médicale : : la profession a été négligente dans la transmission des valeurs éthiques et de la signification de la parole médicale. Le certificat peut établir des faits objectifs constatés, que seul le médecin peut établir. Mais il est est maintenant fréquemment utilisé pour soutenir la parole d'une personne, comme si le médecin prenait parti et disait "mon patient a raison" . Ceci est un dévoiement . Le médecin doit certifier ce que la personne lui a dit , uniquement, et même - ce que ne savent souvent pas les jeunes médecins - si cela ne correspond pas à ce qu'il pense. On doit par exemple décrire des lésions et écrire ce que la personne a dit , même si on pense que ce n'est pas exact. Nombre de médecins se sont fait condamner sur ce point parce que le certificat qu'ils avaient rédigé par exemple dans des affaires de divorce présentait comme des faits établis ce qui avait été dit au médecin, et qu'il n'avait donc plus aucune valeur. Le médecin ne peut certifier que ce qu'il a lui même constaté ou entendu. Ces exigences sont trop souvent ignorées ou oubliées.

- La seconde est sociétale au sens où la société elle même - et les règlementations qu'elle accepte - annulent maintenant toute la portée d'un certificat médical , par une action administrative ou une simple circulaire , sans même se donner la peine d'une argumentation scientifique. Comment mieux illustrer cet abus de pouvoir qu''en rappelant que les certificats de contre indication au moment de la vaccination n'étaient pas pris en compte et que même la mention d'un choc anaphylactique à la première injection n'annulait pas la suite ? Même un fait objectif - et porteur de risques avérés - était nié : les instructions des cabinets conseils transposées telles quelles en circulaires DGS annulaient l'avis médical.
La décision médicale ayant perdu toute portée , et le médecin n'étant plus libre de ses prescriptions, il est devenu de facto irresponsable, et on peut maintenant l'utiliser sans problème comme un exécutant.
Rappelons que, dans des temps pas si anciens, la liberté de prescription était garantie par la loi et mentionnée dans tous les contrats de travail des médecins , et qu'elle les rendait responsables des conséquences de leurs prescriptions. Une liberté pour une responsabilité. Ce fondement de droit ayant disparu, le certificat devient un gadget.

Nous ne pouvons pas déplorer les conséquences de nos propres négligences. Si le corps médical avait été conscient de ses droits et de ses devoirs, on n'aurait jamais pu lui imposer de soigner sur ordre. La société est coupable, cela s'analyse sur le plan politique , mais ne dédouane pas les médecins d'avoir tout accepté - ni ses autorités professionnelles d'avoir été complices, et de l'être encore.

Voilà les réflexions que m'inspirent les considérations sur le mésusage des certificats médicaux . Je reste par ailleurs toujours votre admiratrice pour la pertinence de vos billets , aussi savants que plaisants à lire .

Très confraternellement .
Nicole Tanné

Profil de nos 5000 abonnés

Par catégorie professionnelle
Médecins 27%
Professions de santé 33%
Sciences de la vie et de la terre 8%
Sciences humaines et sociales 12%
Autres sciences et techniques 4%
Administration, services et tertiaires 11%
Economie, commerce, industrie 1%
Médias et communication 3%
Art et artisanat 1%
Par tranches d'âge
Plus de 70 ans 14%
de 50 à 70 ans 53%
de 30 à 50 ans 29%
moins de 30 ans  4%
Par motivation
Patients 5%
Proche ou association de patients 3%
Thèse ou études en cours 4%
Intérêt professionnel 65%
Simple curiosité 23%

La phrase biomédicale aléatoire

Nous sommes les produits de la sélection naturelle, victimes dune bizarrerie génétique qui nous a donné suffisamment d'intelligence et d'adresse pour conquérir le monde, mais pas assez de sagesse pour gérer les fruits de nos victoires.
― Christian de Duve

Articles et autres publications

un grand pas dans l'histoire des médicaments - Médecine. 2024;20(2):95-96. [...]

Le mamelon masculin - Planet vie, fevrier 2023 [...]

Médecine sans souffrance et souffrance sans médecine - AOC, 17 janvier 2023 [...]

Patient zéro et porteur sain - dans H. Guillemain (dir.), DicoPolHiS,
Le Mans Université, 2022. [...]

Les labyrinthes du soin - Pratiques, 95, octobre 2021, p 48-51 [...]

Autres fiches patients

Endométriose - I/ Les mots et les faits Utérus : organe reproductif féminin destiné à abriter l’embryon [...]

Dépistage des cancers et autres maladies - I/ Les mots et les faits Préclinique : définit une maladie ou anomalie découverte avant [...]

Mycoses des ongles ou Onychomycoses - I/ Les mots et les faits Mycose : maladie provoquée par un champignon. Le plus souvent une [...]

Otite externe - I /Les mots et les faits Otite signifie inflammation ou infection de [...]

Urticaire - I/ Les mots et les faits Urticaire : maladie de la peau caractérisée par des plaques [...]

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Inaptitude chronique au diagnostic - Lorsque, dans un grand média, un article fait le point sur une maladie, il commence [...]

L'épidémiologie et le peuple - De toutes les disciplines de la médecine, l'épidémiologie est la plus complexe. Elle [...]

Le sein entre deux feux - Chaque année, au mois d’octobre, le cancer du sein est remis à l’honneur par les [...]

Maladies de riches - La loi du 19 ventôse de l’an XI (1803), relative à l’exercice de la médecine, créa deux [...]

Espérance de vie et tourisme - Le peuple français se félicitait avec raison d’avoir l’espérance de vie à la [...]

Haut de page