lucperino.com

Psychologie / Psychiatrie / Neurologie / Cognition

Addictions : les addictions ne sont pas le propre de l'homme.

Alzheimer : aspects évolutionnistes de la physiopathologie et de l'échec thérapeutique.

Alzheimer : cerveau antimicrobien !

Alzheimer : maladie d'Alzheimer et fertilité

Alzheimer : preuves de transmission de prions à l'homme

Alzheimer : rôle de Chlamydophila pneumoniae

Alzheimer : rôle de Helicobacter pylori

Amitié et sélection naturelle

Autisme : empreinte parentale.

Autisme : microbiote et paroi intestinale.

Cerveau humain : pas de différence qualitative avec les autres mammifères

Comportement : preuve épigénétique de troubles neurocomportementaux

Douleur et empathie

Humeur : origine de ses troubles (dépression et anxiété).

Intelligence : évolution du QI et des capacités cognitives.

Maladies mentales : crise du classement

Maladies mentales : Darwin en psychiatrie

Maladies mentales et fertilité

Maladies mentales : trois hypothèses évolutionnistes.

Maladies mentales : une proportion trop élevée chez Homo sapiens.

Psychiatrie évolutionniste : les débuts

Psychiatrie génétique

Psychologie évolutionniste (diaporama)

Psychopathes : altération de la décision sociale

Psychoses auto-immunes liées à la grossesse

Schizophrénie, dépression et toxoplasmose.

Schizophrénie : empreinte parentale.

Schizophrénie, évolution et théorie de l'esprit.

Schizophrénie : théorie du bord de falaise

Stress : modèle du calibrage adaptatif

Stress : le stress dépend de la hiérarchie sociale

Violence : épigénétique de la maltraitance

Violence : héritabilité épigénétique des traumatismes (vidéoconférence)

Médecine évolutionniste (ou darwinienne)

Depuis quelques années, le problème de l'antibiorésistance, les progrès de la génomique, la redécouverte du microbiote et la prise en charge de maladies au long cours, nécessitent l'introduction d'une pensée évolutionniste dans la réflexion clinique

Le premier diplôme universitaire intitulé "Biologie de l'évolution et médecine" a été mis en place à la faculté de Lyon. Voir ICI

La phrase biomédicale aléatoire

Le "nerveux" est un merveilleux marchepied conceptuel. C'est un mot tampon d'une très grande utilité sanitaire, créé par des médecins précurseurs, et adopté à l'unanimité par les patients. Le "nerveux" est un sas de communication dans la relation médecin malade, une escale sur l'itinéraire qui passe du soma au psyché. Le "nerveux" est ce qui reste lorsque la main du médecin revient bredouille, l'image du radiologue quelconque ou l'analyse du biologiste insignifiante. Le "nerveux" signe la bénignité et réduit l'angoisse. Le symptôme nerveux, clown ridicule ou pantin fanfaron qui annule des siècles de conquêtes médicales, peut aussi être le point de départ, vers une nouvelle aventure de la communication, car il peut s'ennoblir en psychique ou se sublimer en existentiel. S'il est dérisoire en tant qu'impasse diagnostique, il devient prodigieux en tant que passerelle métaphysique. En se débarrassant de sa pelure organique, le symptôme nerveux quitte le monde charnel, pour conquérir le monde mystique ou règne un inconscient supposé, maître des vices et des vertus.
― Luc Perino

Haut de page