lucperino.com

Forum médical

Pour des questions médicales personnelles, veuillez plutôt contacter Luc Perino en donnant des précisions.

Tournevis magique

Posté le 22/10/2014 par Laurent

Bravo pour ce rapprochement amusant.

Lorsque tropique

Posté le 17/10/2014 par A Vital Durand

Bonjour,
J'avoue ne pas être totalement convaincue par cette analyse tentante mais que je trouve un peu simple.
Certains virus sont simplement importés par l'homme qui se déplace beaucoup, pourquoi ne pas imaginer un modèle où les moustiques tropicaux seraient déplacés et finiraient par s'adapter à un climat plus frais comme ils le font déjà face aux insecticides?
A Vital Durand
PS: je ne me réveille que pour critiquer, mais les articles du tournevis magique, de la rencontre insolite ou des vaccinations m'avaient beaucoup plu et il est important de s'arrêter aussi pour le dire: ce sont des analyses imagées, percutantes et parfois inattendues.

Lorsque tropique

Posté le 15/10/2014 par Florence

Et la transition énergétique qui a l'air de prendre du retard

Lorsque tropique

Posté le 15/10/2014 par Dr Aboukar

J'aime bien l'allusion du "allègrement"

Lorsque tropique

Posté le 10/10/2014 par Serge

J'adore !!!
Merci ! Ca fait du bien ces petits coups de gueule !

Vaccinations

Posté le 30/09/2014 par Dr JM Bichot

J'ai été témoin de la mort d'une patiente suite à un vaccin pratiqué par un confrère. J'ai signalé cet accident au Service de Pharmacovigilance en ajoutant sur le signalement qu'en absence de réponse de leur part je considérerai comme acquis la responsabilité du vaccin. Le responsable du Sce de Pharmacovigilance m'a expliqué que le signalement était envoyé au Laboratoire fabriquant le vaccin. Je n'ai jamais eu de réponse, ni du service de Ph Vig ni du Laboratoire bien évidemment. Ce n'est pas normal !

Tournevis magique

Posté le 30/09/2014 par Dr JM Bichot

Très belle parabole dont je me souviendrai, car elle touche par ses accents de vérité.

Fiction de dépistage anténatal

Posté le 21/09/2014 par Dr Thierry

Même pour le dépistage de la mucoviscidose qui est pourtant l'un des mieux argumentés, il peut y avoir des enfants dépistés qui en réalité n'auraient eu une forme clinique très minime.
J'ai eu une patiente chez laquelle on a trouvé une mucoviscidose à 60 ans parce qu'elle toussait un peu trop longtemps !!

Fiction de dépistage anténatal

Posté le 18/09/2014 par Laurent Neveu

Amusant, les marchands américains proposent des longévités à 1000 ans et l'espérance de vie de leurs concitoyens diminue régulièrement.
Bonne observation

obligations vaccinales

Posté le 13/09/2014 par martine bronner

Bonjour, en réponse à l Perino. Pourquoi la critique de certains vaccins moins utiles... Peut-être que nous sommes nombreux à être "globalisateurs" au sens où critiquer un vaccin revient à tous les critiquer...critiquer un dépistage revient à tous les critiquer...critiquer notre médecine conventionnelle revient à tout critiquer de cette médecine et c'est bien dommage car la médecine est un art compliqué et exigeant qui ne s'accomode pas des approximations, du relativisme et des globalisations. Et qui ne peut que gagner à être critiquée au sens constructif du terme bien-sûr.

Réponse à Cath Harris

Posté le 11/09/2014 par Luc Perino

Je vous rejoins sur presque tous les points.
Certains vaccins ont moins d'intérêt que d'autres, c'est effectivement le cas de la grippe et du hpv ou même du méningocoque.
Le problème est qu'il est difficile de modérer ses avis sur les vaccis sans passer pour un pro ou un anti fanatique.
La plupart des vaccins sont indispensables et leur couverture risque de souffrir du fait qu'il y a trop de promotion pour des vaccins moins nécessaires.
C'est ce que j'essaie de faire comprendre, avec beaucoup de difficultés, je dois l'avouer.
Bien cordialement

Faut-il abandonner les obligations vaccinales

Posté le 11/09/2014 par Cath Harris

Bonjour,
Pardon de rappeler que ce qui peut amener à ne pas se faire vacciner n'est pas tant l'obligation mal vécue que le manque d'évaluation de la plupart des vaccins.
Je suis soignante et j'ai l'esprit civique mais je ne fais pas le vaccin antigrippal car je doute très sérieusement de son efficacité. Je suis convaincue que la promotion du frottis aurait eu beaucoup plus d'impact sanitaire que le développement de vaccin anti-HPV aux effets mal connus mais au prix fort.
Je précise que je n'appartiens à aucun lobby pharmaceutique ou anti-vaccinal..

Rencontre insolite

Posté le 10/09/2014 par Jean Pierre Bonhomme

Notre bon docteur est le vrai défenseur des "sans dents". Votez PERINO! (LOL, j'insiste)

Rencontre insolite

Posté le 05/09/2014 par un praticien des médecines alternatives

C'est vrai ! Monsieur PERINO, il y a bien de quoi rire et j'apprécie beaucoup votre jugement sur les dérives de notre discipline ... Vous savez, un défribrillateur c'est une machine électrique qui fait, par une série d'impulsions électriques, se contracter des groupes musculaires. On pourra avant les 6 ans de délai de péremption de ces machines, les reconvertir en Machines à faire rigoler la population Française qui ne semble plus guère le faire depuis un certain temps.

obligations vaccinales

Posté le 29/08/2014 par Jean Paul

Donner le libre choix est toujours plus efficace, lorsque l'information est correcte.
merci

Gestation pour autrui : dernières affres du "tout génétique"

Posté le 19/08/2014 par Edmond Malicot

Je confirme l'excellent message de Sylviane.
Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple.

Gestation pour autrui : dernières affres du "tout génétique"

Posté le 19/08/2014 par Sylviane Danrée

Bonjour,

Je reprends contact pour vous dire combien j'ai apprécié votre article du 5/08/2014. L'extrême clarté et précision de votre expression (c'est là le premier des plaisirs à vous lire) est et sera des plus utiles pour ébranler le "Tout génétique" dont les dégâts sur les esprits sont durables tant il a alimenté la "Pensée magique" à laquelle notre profession (je vous rappelle que je suis psychothérapeute) est confrontée tous les jours, et qui rend si ardue notre tentative de restaurer la labilité des représentations qui est indispensable à l'équilibre psychique de tout un chacun.

User de vos talents pédagogiques pour former l'esprit de nos contemporains aux apports de la recherche en épigénétique, c'est redonner du champ, de la perspective, là où la pensée commune s'étiole en milieu carcéral ! Merci.

Bien cordialement

Gestation pour autrui : dernières affres du "tout génétique"

Posté le 17/08/2014 par cathy

bonsoir Dr Périno et merci pour la synthèse"gpa" ...
de plus dans notre merveilleux monde, tjrs en domination mâle hégémonique,où les "chances d'accès à l'auto-suffisance économique" pour la femelle sont contrariées pipées systémiquement, moins d'un enfant scolarisé sur trois est une fille, pervertissant sa "générosité physiologique native" en servilité à la botte du dominant, et compte-tenu que le seul couple implacablement et totalement stérile est le couple homosexuel mâle, le couple homosexuel femelle pouvant se fertiliser de "l'exterieur", le totalitarisme de genre (financier et/ou étatique et/ou religieux) planétaire ( principe du mâle du mâle dominant , chef de meute, coq système) asservit, comme TOUT le reste et sans plus d'état d'âme, le ventre femelle ...à son despotisme imbécile qui nous vaut ce choix de consommation massacre pour la planète...
parité urgentissime et debout les femmes et les homme symétrisés seul contre pouvoir fondamental face au modèle archaïque non sens et assassin à plus de 7 milliards d'humains et autre animaux en biotope contraint et gaspillé...dans ce continuum anthropologique qu'est l'Evolution que nous sommes tous ...
merci encore réflexion concertation analyse stratégie action : notre liberté !
cathy

Gestation pour autrui : dernières affres du "tout génétique"

Posté le 11/08/2014 par Philippe Fritsch

Je vous remercie pour cette clarification simple et pertinente.

GPA

Posté le 11/08/2014 par Gérard Prunier

Simple, clair et efficace. La vulgarisation est un art. L'adoption aussi.

GPA

Posté le 11/08/2014 par Corinne

L'histoire de la mère porteuse thaïlandaise nous démontre que le bébé est bien à celle qui la portent et pas à ceux qui ont "passé la commande" !!!

L’allaitement maternel

Posté le 11/08/2014 par chloé pieyre

Bonjour,
quelques remarques sur l'allaitement qui me sont venues à la lecture de votre article ce matin :

- "L’allaitement est douloureux.(La tétée n’est pas douloureuse, sauf parfois un peu en début de tétée pendant les premiers jours)"
Les sage-femmes encouragent tellement l'allaitement dans les maternités en France qu'elles s'adressent souvent à la nouvelle maman en les culpabilisant si elles n'allaitent pas, même quand la mère pleure de douleur lors des première tétées. Cela ne doit-il pas être traumatisant pour une femme qui vient déjà d'expérimenter une des plus grandes douleurs de la vie?

- D'autre part, se lever la nuit toutes les 2 heures plutôt que de partager cet effort avec le papa me parait être un argument important en faveur du biberon, dans une période ou encore une fois on a besoin de se remettre de l'accouchement.
Quant au tire-lait il prend du temps, peut être également douloureux et ...comment dire... pas très sexy donc on a tendance à le faire seule alors qu'on aimerait profiter du peu de temps libre pour se reposer, avoir une vie sociale etc

Je ne suis pas du tout dans le domaine de la médecine et n'ai pas (encore) d'expérience dans ce domaine car j'attends actuellement mon premier enfant et je me pose beaucoup de question, ce qui est normal à ce stade :) J'aimerais allaiter jusqu'à le fin du congé maternité mais je ne veux pas qu'on vienne me faire la morale si je change d'avis car je suis épuisée/déprimée etc.

Merci pour votre blog passionnant et bonne continuation à vous!

Chloé PIEYRE
chloe.pieyre@yahoo.fr

Gestation pour autrui : dernières affres du "tout génétique"

Posté le 11/08/2014 par martine naf

Sans prendre parti sur cet article qui se place sur un plan général et bien délimité - et qui de ce fait, n'a pas à être contredit - je voudrais attirer l'attention sur un cas particulier préoccupant qui fait les premières pages des journaux en Italie. Il s'agit de nouveaux-nés jumeaux, fruit d'une insémination artificielle mais avec un échange involontaire d'éprouvettes - l'erreur est humaine. Seul l'un des deux couples a bénéficié d'une grossesse viable, mais l'embryon provenait d'un autre couple, lui aussi candidat en même temps à une insémination artificielle. L'erreur a été découverte quelque temps après par hasard par ces infortunés candidats à la parentalité: les jumeaux, produit de leurs gamètes, ont du le jour à un autre couple. Le juge a tranché en faveur du couple involontairement porteur; ils seront considérés comme les parents jusqu'à ce que les enfants puissent décider pour eux mêmes quels parents ils se reconnaissent. Il y a là matière à creuser sur les négligences des services hospitaliers les plus performants et aussi sur la définition de la parentalité par la justice - italienne en l'occurrence. Sans doute la position de l'État italien sur la gestation assistée en général a t elle été un élément décisif pour motiver cette décision qui reconnaît la primauté de la mère porteuse.

La génétique ne s'oppose pas à la relation sociale

Posté le 11/08/2014 par Jean-Pierre Bernajuzan

La génétique ne s'oppose pas à la relation sociale, mais elle est "intrumentalisée" par elle. Je m'explique :
- Ce qui nous construit, qui nous donne notre personnalité, notre identité... c'est notre relation aux autres, ce qui est une faculté extraordinaire car elle offre des possibilités infinies.
- Et cette relation sociale "utilise" ses données génétiques pour s'accomplir et construire l'identité personnelle.

Merci pour ces précisions qui nous permettent de comprendre "comment ça se passe".

Gestation pour autrui : dernières affres du "tout génétique"

Posté le 11/08/2014 par Simon

Je partage votre avis sur l'adoption, elle est éthiquement "indépassable" comme vous le dites si bien.
Merci encore pour le bon sens que vous nous offrez brillamment.

Exercice mathématique et mercatique autour de l’Al

Posté le 05/08/2014 par Dr Bernard Delattre

Mon cher confrère,
C'est toujours avec plaisir que je lis vos humeurs,c'est si rare de voir s'exprimer le bon sens!!!Encore une fois je vous remercie de savoir communiquer si bien des idées auxquelles j'adhère pleinement mais que vous formulez avec humour et élégance.
Encore merci.

Mathématique de l'Alzheimer

Posté le 05/08/2014 par Dr Porte

Les importantes subventions de recherches sur l'Alzheimer à l'Inserm attirent naturellement les chercheurs !! On va donc finir par trouver quelque chose de "vendable" ! Pauvre sécu !!

phimosis et "méthode hydraulique"

Posté le 18/07/2014 par André Dizien (MedGé)

Une méthode douce que le MG peut conseiller (et que le papa peut apprendre à son fils) : jouer à faire un petit ballon (en douceur) avec son prépuce à chaque miction. Bien décrit là :

http://forum.doctissimo.fr/doctissimo/Prepuce-et-phimosis/decallote-sujet_3049_1.htm

Chaussures et psychotropes

Posté le 12/07/2014 par Christian Debard ( osteopathe)

Encore un grand merci,l\'humour comme psychoregulateur,j\'en demandes encore et encore !!!

Éthique conséquentialiste

Posté le 10/07/2014 par Barthélémy Gorgeat

Ne pas s'encombrer de grandes envolées philosophiques et morales pour parler d'éthique, cela me parait sage. L'éthique se fait au jour le jour, on ne l'apprend pas à l'école, on ne peut pas l'enseigner.
Vous êtes un homme de bon sens et un vrai médecin. Je me régale toujours. Merci

réponse à tsésté

Posté le 03/07/2014 par Luc Perino

Il faut d'abord savoir ce qu'est un phimosis très serré avant l'âge de deux ans.
Il faut évidemment attendre.
Si des manipulations très douces lors des lavages après l'âge de deux ans ne permettent pas d'apercevoir un bout du gland, on peut alors parler de phimosis très serré.
La chirurgie peut alors encore attendre un peu...

Phimosis

Posté le 02/07/2014 par tsésté

Bonsoir, mon fils de 9 ans a un phimosis très très serré, j'aurais voulu avoir votre avis, j'ai lu votre rubrique qui me conforte dans mon avis, personnellement il ne se plaint pas alors on ne touche a rien.merci pour votre réponse.

Reductio ad ayatollum

Posté le 19/06/2014 par A. Vital Durand

Bonsoir,
Malheureusement, à toute époque, il est risqué d'aller à contre-courant. Il faut suivre la mode (et je ne parle pas de celle vestimentaire dans laquelle il est de bon aloi d'être en décalage, mais partout ailleurs): dans le monde artistique (le poète maudit et le peintre misérable reconnus après leur mort), dans l'éducation nationale (où toute personne qui s'oppose aux "nouvelles lois" est traitée non pas d’ayatollah, mais de rétrograde)...
Et cette mode est décrétée au nom du bien commun, tandis que ses opposants ne pensent pas aux autres (à quoi peuvent-ils donc bien penser??). Les dépistages sont nés pour protéger la population! N'est-ce pas le sens même de la démagogie: dire ce qui contentera les foules, sans prendre le moindre risque.
Rassurons-nous: les génies qui nous inspirent n'ont jamais été de ceux-là. Il est toujours possible de se tromper, mais il faut savoir dire ce que l'on pense pour pouvoir créer le débat. L'expression est le fruit de la pensée, qui caractérise l'homme; et la liberté d'expression (article 11 de la déclaration des droits de l'homme) est souvent la première censurée par les régimes totalitaires.
À cet effet de mode s'ajoute enfin la pression perverse des lobbies, particulièrement visibles dans le domaine médical.
Bon courage pour défendre les bonnes causes

Méfions-nous de la probité !

Posté le 12/06/2014 par Christian Debard ( osteopathe)

Bonsoir,la "communication" encore et toujours a tout les niveaux.Les grandes et vraies compassions sont elles muetttes ?est ce qu'elles peuvent ce vendrent ?Une solution : rester debout comme des hommes dans le vent des interets !!

Méfions-nous de la probité !

Posté le 10/06/2014 par Une patiente

Je me méfie toujours quand on me dit : "Je fais cela dans votre propre intérêt."

Principe de précaution...

Posté le 03/06/2014 par bernadette

"Vous ne prenez jamais trop de précautions, Marc Girard ?"
"La précaution n'a rien à voir là-dedans. La précaution est un principe de créativité scientifique qui a été développé pour les problèmes d'environnement.
En médecine, nous avons un principe de prudence, et je dis toujours : lorsqu'en médecine, on vous parle de précaution, recherchez le cadavre de la prudence et retrouvez les assassins."
http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2010/01/05/1872011_05-01-2010-dr-marc-girard-sur-france-info.html

Réponse à Renata Novakova

Posté le 30/05/2014 par Luc Perino

Non, la paracentèse n'a pas diminué à cause du manque d'ORL aux urgences, mais simplement parce que les indications sont devenues exceptionnelles.
Enfin, il y a peu de références sur la relation entre paracentèse et OSM. (Les OMA ne sont pas une cause très importante d'OSM !?)
Cordialement

Otite moyenne aiguë de l’enfant

Posté le 29/05/2014 par Renáta Nováková

Bonjour! Je m´appele Dr. Nováková / interne de clinique ORL pour les enfants a Brno - Rep. Tcheque.
Dr. Perino, j´ai lu votre article, qui parle d´otite moyenne aigue de l´enfant. C´est tres interesent, parc que dans notre pays on pratique toujours les paracenteses dans le cas de la diagnose OMA, et s´il y a les complications, on ajoute encore les antibiotiques.
Et je voudrais poser une question, est - ce que vous avez les statistiques ou les fondements, que les OSM semblaient moins frequentes lorsque vous avez pratiqué beaucoup de paracenteses.
Et si les paracenteses sont moins pratiqués a cause de l´accessibilité descendante d´ORL docteurs aux urgences. Merci !!!
Merci beaucoup pour votre reponse.

Réponse à Marc

Posté le 20/05/2014 par Luc Perino

Dans cette chronique, j'ai choisi quelques pathologies parmi les milliers du classement CIM, afin d'illustrer mes propos. L'infarctus n'est pas mentionné. Il représente 18000 décès en France. Il se trouverait donc en tête de cette liste non limitative.

Pensons à nos morts du dernier trimestre

Posté le 20/05/2014 par

Bonjour ,
Dans les humeurs médicales : "pensons à nos morts du dernier trimestre" ou placez vous
les morts cardiaques notamment par infarctus? merci . cordialement.
Marc.

Non-causalité inversée

Posté le 17/05/2014 par Emmanuel Venet

Ré-enseigner la clinique, voilà une bonne idée…
Amicalement.

Non-causalité inversée

Posté le 15/05/2014 par Georges Bringuier

Bonjour
je partage tout à fait votre point de vue sur ce sophisme.

La confusion entre corrélation et causalité est quelquesfois appelée "effet cigogne". C’est bien connu, en Alsace ce sont les cigognes qui apportent les bébés dans les familles. En effet chaque fois qu’une cigogne s’installe sur la cheminée d’une maison, peu après une naissance est constatée dans cette même maison. Cette corrélation serait à l’origine de la fable. Faut-il préciser que lorsqu’une naissance est imminente, les familles chauffent davantage leur logis, ce que les cigognes apprécient particulièrement …

Surmédicalisation

Posté le 12/05/2014 par Ahmed G.

Ceux qui sont surmédicalisés sont souvent les mêmes, et ils prennent l'argent des sous-médicalisés qui sont aussi souvent les mêmes.

La vieillesse tue

Posté le 30/04/2014 par B et G Delattre

Merci de cette note d'humour et de salutaire bon sens(clinique!!!!)

Sigmoïdite ou diverticulite sigmoïdienne

Posté le 29/04/2014 par mb

Je suis sujet a sigmoïdites, plusieurs récidives, le facteur déclenchant et l'ingestion de crudité exemple pousses d'épinards crus ou salade de jeunes pousses, fruits fibreux crus (ananas, prunes )

Hypertension des personnes âgées

Posté le 23/04/2014 par Raymond, un patient insoumis

Mon cardiologue a refusé de me supprimer le traitement contre l'hypertension, alors que ma tension était très basse. J'avais des vertiges, et je manquais tomber. C'est mon généraliste qui a pris la décision de tout supprimer. Maintenant je vais très bien.
que va-t-il se passer entre eux maintenant ? Ce n'est pas mon problème !

réponse à n. Malavioles

Posté le 03/04/2014 par Luc Perino

Vous avez bien fait. Les recommandations officielles sont de ne pas faire de supplémentation systématique, mais plus de la moitié des médecins ne le savent pas ou n'en tiennent pas compte !

Anémie ferriprive

Posté le 01/04/2014 par N.Malaviole sf 33770

Bonjour, je suis sage-femme et je viens de refuser de donner du fer à une femme enceinte car Hb = 13.4g/dL or ferritine = 7.9 ng/mL. Est-ce que j'ai eu raison? D'après votre article il me semble que oui...

Merci d'avance pour votre réponse.
N.Malaviole Salles 33770

Réponse à Seb

Posté le 30/03/2014 par Luc Perino

Ce que je comprends dans cet article c'est que la perte de synthèse de vitamine C résulte d'une coévolution très étroite avec des aliments qui en contenaient beaucoup et qui permettaient de faire l'économie de cette synthèse.
Ensuite, lors des glaciations de la fin de l'éocène, le nouveau contexte alimentaire a favorisé ceux qui avaient des gènes "économes" capables de mieux résister à la carence de sucre. C'est en tous cas ce que suggère Neel dans sa théorie du "gène économe" qui est aujourd'hui largement admise.
Je ne peux guère vous en dire davantage

Cordialement

Origines de l’obésité chez les primates au Miocèn

Posté le 30/03/2014 par seb

Bonjour

J'ai quelques doutes/questions sur l'hypothèse de la perte de la capacité à produire de la vitamine C. En effet, l'éocène est plutôt une période très chaude (et non de fort refroidissement comme présenté). Le gros refroidissement se présente plutôt après, au passage à l'Oligocène. Donc après la perte de faculté de produire de la vitamine C chez les primates.

Bien que l'argument présenté soit tentant, est-il toujours d'acualité en remettant le climat dans sa réalité?

Cordialement
seb

Restons obèses et pragmatiques

Posté le 24/03/2014 par G Lacraz

Bonjour Dr Perino,
Voici un article à jour sur le sujet.
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24641701
Les conclusions présentées nuancent un peu votre propos.

Et bien heureusement, il reste encore de nombreux chercheurs biomédicaux et physiologistes qui veulent comprendre la pathologie (étape nécessaire à la compréhension des facteurs situés en "amont") et, j'ose l'espérer, ne pas seulement profiter du marché que représente l'obésité.

Cordialement

Un cœur artificiel pour un choix rationnel

Posté le 13/03/2014 par ZAYANI R

Excellente analyse
Bravo

Un cœur artificiel pour un choix rationnel

Posté le 10/03/2014 par E. Robin

Je trouve tout à fait pertinent de tenter de
distinguer, parmi les soins, ceux qui doivent
être financés par la solidarité nationale, et
ceux qui ne méritent pas de l'être. Si le terme
" méritent " choque, on peut le changer, mais ça
ne changera pas le problème, qui est moral, et
donc politique.
la frontière sera évidemment difficile à définir.
Disons qu'un traitement de sclérose en plaques
à 18 000 euros par mois chez une femme de 25 ans
me paraît relever de la solidarité (s'il a une
efficacité notable) mais une chimiothérapie à
6000 euros par mois pendant deux ans chez une
personne de 80 ans atteinte de cancer bronchique
ne relève pas de la solidarité, si son effet
présumé est d'améliorer statistiquement la survie
de 3 mois chez 30 pour cent des personnes
traitées.
Un coeur artificiel de 360 000 euros (c'est le
coût de la pose, et non de la prothèse seule)
relève probablement de la solidarité chez un homme en bon
état vasculaire ayant une espérance de vie de
dix ans. Mais il ne relève pas raisonnablement
de la solidarité
chez un insuffisant cardiaque de 60 ans aux
artères bousillées par le diabète, et dont
l'espérance de vie sans complications sévères est
quasi nulle.
En effet, tout ce qu'on rembourse pour la santé
est une perte sèche pour les autres solidarités,
comme l'éducation ou la création d'emplois, qui
sont des solidarités pas moins sacrées que
l'assistance à ceux que frappe la maladie.
Car il va falloir choisir.
On ne peut pas tout payer. Il faudrait définir
démocratiquement (c'est possible) ce qu'on
rembourse.

E. Robin, néphrologue
(un dialysé coûte 9 600 euros par mois)

Posté le 10/03/2014 par

Un cœur artificiel pour un choix rationnel

Posté le 10/03/2014 par Xavier Artru

Je n'ai pas d'opinion sur l'équilibre "solidarité" / "marché".

Je serai peut-être d'accord avec Luc Perino, mais pense qu'il faut avoir plus d'information, par exemple sur :

- Quelles sont les causes de la mort du patient ? un défaut du coeur artificiel ? un caillot ? un rejet ? la fatigue ?

- Ce coeur a été "gréffé" sur un patient plutôt agé (mais à peine plus que moi...). Etait-ce un choix ? Un patient plus jeune n'aurait-il pas eu plus de chance de survie longue ?

Ces éléments peuvent influencer le choix entre "progressiste" et "conservateur".

Un coeur artificiel pour un choix rationnel

Posté le 10/03/2014 par Pr Carl Vanwelde

Bravo pour ces quelques lignes si pertinentes
Bien à vous

réponse à Stéphane Duee

Posté le 08/03/2014 par Luc Perino

Bonsoir,

Il y avait certainement beaucoup d’humanisme et très peu de lucre dans cette belle page d’histoire de la médecine.

C’est pourquoi j’ai bien pris la peine de préciser que je ne critique ni la recherche, ni le progrès, ni le commerce, ni la prise de risque.

Je regrette simplement que nos marchands se servent de la solidarité nationale pour financer leurs investissements et que nos politiciens confondent trop souvent marché sanitaire et progrès sanitaire.

Cordialement

Un coeur artificiel pour un choix rationnel

Posté le 08/03/2014 par Stéphane Duee

Mathieu JABOULAY , en 1906 , avait greffé un rein de chèvre à une femme , la patiente a vécu 2 jours ( Jaboulay aviat des connaissance anatomiques inouïes , mais le phénomène de rejet de greffe n'était pas connu , et l'immunologie non plus )
N'est-ce pas un progrès ? y avait-il un manque d'humanisme ? ou des enjeux financiers ? .....

Réponse à Laurent Vercoustre

Posté le 08/03/2014 par Luc Perino

Vous avez bien raison de dire que c’est le marché qui permet d’assurer la solidarité.
C’est pourquoi j’ai pris le temps d’une chronique pour alerter sur la dérive qui consiste à financer les investissements du marché avec l’argent de la solidarité.
Ce qui est exactement l’inverse de ce que vous défendez avec justesse.

Cordialement

Un coeur artificiel pour un choix rationnel

Posté le 08/03/2014 par Laurent Vercoustre

Peut-on vraiment concevoir les choses dans ce cadre, dans cette matrice de pensée binaire, le mauvais marcher, la bonne solidarité... Je suis un peu étonné par ce manichéisme ... peut-on vraiment penser de façon féconde les problèmes de santé dans de tel cadres...

Ne sait-on pas depuis Adam Smith que”Ce n’est pas de la bienveillance du boucher, du brasseur ou du boulanger que nous attendons notre dîner, mais plutôt du soin qu’ils apportent à la recherche de leur propre intérêt. Nous ne nous en remettons pas à leur humanité, mais à leur égoïsme.

c’est la richesse produite par le marcher qui permet de redistribuer et d’assurer la solidarité

l’auteur de Dr House et moi simple praticien hospitalier


Réponse à Isabelle Gautier

Posté le 08/03/2014 par Luc Perino

Je ne critique ni la Recherche, ni le progrès, ni le commerce, ni la prise de risque.
Je regrette simplement que nos marchands se servent de la solidarité nationale pour financer leurs investissements et que nos politiciens confondent marché sanitaire et progrès sanitaire.

Cordialement

Un coeur artificiel pour un choix rationnel

Posté le 08/03/2014 par Dr Isabelle Gautier

Cher Monsieur, combien de morts avant la réussite des vaccins? Le commerce est partout mais tout n'est pas commerce. Bien à vous

Un cœur artificiel pour un choix rationnel

Posté le 08/03/2014 par Diane Fortin, Québec

«La solidarité a pour but d’assurer la protection maternelle et infantile, d’éduquer, de porter assistance aux déshérités et aux blessés, d’empêcher les morts prématurées, et d’entourer dignement les mourants. Elle n’a pas pour but de rembourser de médiocres médicaments pour une hypothétique protection vasculaire ou cognitive, ni de promouvoir des chimiothérapies ou des prothèses artificielles qui font laborieusement gagner quelques mois ou semaines de vie à de très rares concitoyens.»

J'aime! Le problème c'est qu'il n'y a pas de budget publicitaire pour promouvoir le bon sens.
Merci Dr Perino... Je ne le dis pas chaque fois mais je n'en pense pas moins :)

Un cœur artificiel pour un choix rationnel

Posté le 08/03/2014 par Dr Dominique GERALD

Bonjour et merci !

S'il vous plait: pas pour moi, ce coeur là; ne faites pas croire à ma descendance que ce qui importe le plus pour l'homme: ce serait de ne pas mourir !

La vie n'aurait aucun sens, sans la mort !

Il faut lire les méditations sur la mort de Tchang et "un jour je m'en irai sans en avoir tout dit " de J D'Ormesson.

merci de nous aider à réfléchir !

Un cœur artificiel pour un choix rationnel

Posté le 08/03/2014 par Loïc Etienne

Tout à fait d'accord avec votre réflexion. La santé est un bien immatériel qui a la particularité d'être à la fois une valeur et un marché. Dissocier les deux, ne serait-ce que dans la compréhension du phénomène serait déjà une avancée politique. Malheureusement le courage en ce domaine est une denrée rare...
Dr Loïc Etienne
zeblogsante.com

Réponse à A. Vital-Durand

Posté le 22/02/2014 par Luc Perino

Merci pour cette réflexion avec laquelle, je suis globalement d'accord.
Lorsque cette nutritionniste avait fait cette remarque, j'avais d'abord été choqué, puis j'avais trouvé logique et intéressant au poitn d'en écrire une "humeur" un peu provocatrice.
Je crois que vous avez raison, les choses sont bien plus complexes. Les enfants laissés à eux-même aujourd'hui ont bien plus de risques d'être happés par les écrans et le grignotage.
Ce risque existait moins auparavant, même lorsque les mères travaillaient beaucoup.
Je suis ravi d'avoir des lecteurs fidèles qui font des remarques de cette pertinence.
Merci encore et cordialités.

La nutritionniste

Posté le 22/02/2014 par A Vital Durand

Bonjour M. Périno,
Ayant découvert votre site récemment, je réagis à d'anciennes humeurs.
Votre thèse (ou celle que vous reprenez de votre collègue nutritionniste) au sujet de l'obésité des enfants est très attirante, ou convaincante. À première lecture, j'ai d'ailleurs pensé: mais bien sûr, cela explique tout, comment n'ai-je pas pu m'en rendre compte plus tôt.
Toutefois, après réflexion, je crois que cette thèse est erronée. En effet, les femmes, et ce à toutes les époques, ont toujours travaillé (à la ferme où se trouvaient jusqu'au XVIIIe s. la majorité d'entre elles, elles avaient autant de tâches que leur mari; à l'usine au XIXe s. où se sont retrouvées la majorité de celles-ci de nouveau - Zola ne l'a-t-il pas suffisamment raconté -; mais également les épouses de commerçants ou d'artisans qui fabriquaient également ou s'occupaient de la vente...). Les exceptions sont rares: nobles, et surtout forme devenue populaire au XIXe s., la bourgeoise femme au foyer. Cette dernière n'a jamais que concerné que la grande bourgeoisie suffisamment riche pour pouvoir se passer d'un salaire de plus à la maison. Deux évolutions sociales datant de cette époque (début et milieu du XXe s.) brouillent pourtant les cartes au sujet de l'image que l'on a dans l'évolution du rôle social de la femme. D'une part l'image de l'"enfant-roi", d'ailleurs apparue dans ce même milieu bourgeois aisé qui souhaitait transmettre la fortune à un enfant bien éduqué qui s'enrichirait à son tour, a progressivement mis en valeur l'importance de s'occuper soi-même et en prenant beaucoup de temps de son enfant (qui jusque là était souvent mis en nourrice et que la mère ne nourrissait absolument pas). C'est cette évolution qui a tant accentué ou mis en valeur le malaise de la mère qui travaille et n'a pas de temps pour s'occuper de son enfant. D'autre part les mouvements féministes, pour une égalité entre hommes et femmes face à la loi et dans la société, ont donné beaucoup plus d'importance à ce travail féminin souvent négligé (elles étaient en effet moins payée, l'argent gagné était moins le leur que celui de leur mari et les hautes responsabilités leur étaient souvent inaccessibles). Au regard de ces deux constatations, il ne faudrait toutefois pas oublié que l'essentiel des femmes a toujours travaillé et que leur travail, qui n'a pas augmenté, ne peut être la cause de l'obésité des enfants.
Vous pourriez répondre que ce n'est pas le fait de travailler qui est nouveau, mais la culpabilité vécue par les mères et qui les pousse à compenser pour leur enfant sous forme de nourriture. Mais je ne suis pas convaincue par un tel argument. Pour en revenir à notre époque, les enfants les plus touchés ne sont-ils pas ceux des classes sociales les plus défavorisés (je peux ici me trompée, puisque je n'ai pas de chiffre et me contente d'observer mes classes, en tant qu'enseignante), dont un certain nombre de mères sont d'ailleurs malheureusement frappées par le chômage (et donc à la maison), comme c'est le cas dans les collèges défavorisés des banlieues ou des campagnes? Au contraire, les familles plus aisées, dans lesquelles nombre de mères travaillent, apparaissent également les mieux informées; ou en tout cas prennent plus de temps pour penser à l'alimentation de leur enfant n'ayant peut-être pas les mêmes soucis qui les préoccupent.
Le fléau majeur reste avant tout les écrans de toutes sortes qui, malgré les plaisirs qu'ils nous apportent, tendent à immobiliser les jeunes et moins jeunes sur une chaise, un canapé ou leur lit. Et si les parents ne sont pas là, quoi de plus simple pour s'occuper que de rester traîner devant la télévision ou un jeu informatique ou les réseaux sociaux. En fait, même quand les parents sont présents, les écrans restent une facilité, l'enfant s'y trouve calme et occupé (il ne "s'ennuie pas"), et le parent est libre de faire ce qu'il souhaite; alors que lutter pour "ne pas avoir d'écran" et passer pour un parent "tyrannique, détestable et pas cool" est tellement plus difficile et désagréable.
À cette absence de mouvement s'ajoute le grignotage que j'explique toutefois moins clairement: à la fois habitude alimentaire nouvelle - les cacahouètes ou chips n'appartenaient pas à l'alimentation -, et éducation de l'enfant-roi qu'il faut contenter tout de suite, notamment quand il a faim.
Voilà mon point de vue, mais il ne s'agit que d'une discordance ponctuelle et je lis vos billets avec plaisir.
Bonne journée à vous

Réponse à Grégory Lacraz

Posté le 19/02/2014 par Luc Perino

Bonjour

Ma réponse sera excessivement simple, malgré l’apparente complexité d’une telle question

Pour moi, la maladie ne peut être définie que par le patient.
Le facteur de risque ne peut être défini que par le médecin.

Donc, soit le patient considère son obésité comme un handicap ou une maladie et dans ce cas, c’est à la fois une maladie et un facteur de risque,
Soit il ne considère pas son obésité comme « anormale » et dans ce cas, ce n’est qu’un facteur de risque.

Cordialement

Obésité

Posté le 19/02/2014 par Grégory Lacraz

Bonjour Dr Perino,
Je suis actuellement en congrès sur le diabète et obésité et diabète au Québec.
Deux visions de l'obésité émergent chez les experts:
Obésité = maladie chronique
Obésité = facteur de risque
Je serais curieux de connaître votre avis là-dessus?
Merci!

Science impossible du dépistage

Posté le 17/02/2014 par Pr Luc (un autre) Thomas

bravo !
de la part d'un type qui est justement assis sur la branche du dépistage précoce (du mélanome) Il faut savoir scier la branche même si ce n'est pas en sciant que Léonard de Vinci... !
Amitiés

science impossible du dépistage

Posté le 16/02/2014 par martine bronner

Oui, mais si nous laissons perdurer cette croyance au prétexte qu’elle est trop forte, voire indéboulonnable nous continuerons à proposer toujours plus de dépistage…
-à partir de 40 ans
- ou des propositions de tests génétiques et
-puis un remboursement de soins correct uniquement si le diagnostic est fait grâce à un dépistage….les dérives associées ne feront qu’accélérer le phénomène et l’aggraver.
Vous savez tout comme moi que l’idée de l’efficacité du dépistage nourrirait un commerce médical associé vers plus d’explorations et plus d’interventions. Cela continuerait par un effet boule de neige à alimenter ce propos. Il y aura toujours plus de « personnes sauvées » alors qu’elles n’étaient peut-être pas malades qui diront:- le dépistage m’a sauvé la vie. Qui serait assez cruel pour dire: non, vous avez subi tout ça mais en fait vous n’étiez sans doute pas vraiment malade, en fait on n’en sait rien!
De plus, comme la « lutte » contre le cancer métastasé semble bien plus difficile et compliquée, il est plus valorisant même inconsciemment pour la médecine et les médecins de « guérir » des patients dépistés d’où la tentation possible d’investir beaucoup d’énergie dans ce type de soin plus que dans l’autre… Si les bons chiffres de progrès sont surtout à associer aux personnes non malades que l’on guérit, c’est dommage pour les vrais malades comme pour les faux. Si tel que vous le dites, il ne devient plus possible de savoir si ce qui est réellement efficace ou pas, ce qui est cancer ou pas….nous glisserons de plus en plus vers une situation chaotique et plus rien n’aura de sens.
D’où un strict minimum:
1) informer de la balance bénéfice -risque
2) donner un vrai choix sincère en acceptant le non-choix de dépistage comme ayant autant de sens que l’autre, ce qui est loin d’être le cas.
Et ne pas faire de publicité pour le dépistage…la pub ça marche, la pub par essence est mensongère. L’institution ne doit pas cautionner le « procédé » pour dépister. Ni images, ni émotions…juste de l’info.

Fluctuations des gains et pertes sanitaires

Posté le 15/02/2014 par Dr Didier ANNE, CMCT

Si, nos politiques ont trouvé l'alternative à la croissance : la légalisation du cannabis, grand pourvoyeur de bouffées délirantes et de schizophrénie. Il est plus facile de gouverner des anes que des intellectuels

Science impossible du dépistage

Posté le 15/02/2014 par Dr Francis ABRAMOVICI Revue Médecine

Si la science a ses limites, et ne peut trancher en ce qui concerne les valeurs sous-jacentes aux choix de l'individu, c'est bien parce qu'elle est la Science même avec un grand S: incertaine à ses limites, et nécessairement remise en question par de nouvelles données.
Néanmoins apporter des informations aussi claires et précises à nos patients (ou futurs patients quand il s'agit du dépistage) fait partie du devoir déontologique du médecin. Dans le cadre du dépistage, le temps nécessaire est d'autant plus grand que cet éclairage est contradictoire avec celui d'instances officielles: la campagne octobre rose en est le meilleur exemple. Comment faire pour que l'état ait la même obligation d'apporter un éclairage scientifique clair et loyal aux français? Il me semble que ce serait une avancée dans la démocratie.

Les maladies ont un genre

Posté le 12/02/2014 par Jean Pierre Rumen

S'agissant du tabagisme, l'étiologie de la "libération" me semble abusive. Le tabagisme féminin est en partie le fruit des méthodes modernes de publicité. Le concepteur de cette publicité ciblé sur les femmes,fut,avant la dernière guerre mondiale, Edward Bernays inspiré par Freud son oncle et inspirateur de Goebbels...(voir en français son ouvrage : "Propaganda"

Les maladies ont un genre

Posté le 10/02/2014 par Georges Lentier

J'aurai juré que vous étiez favorable à la théorie du genre

Paradoxe avortement / euthanasie

Posté le 10/02/2014 par Georges Lentier

Encore une fois, votre synthèse est limpide. Je vous trouve cependant bien discret sur les raisons "inavouables". Il faudrait parler plus franchement de commerce et de démagogie.
J'assume!

dépistage cancer du sein

Posté le 03/02/2014 par Rafael

Le swiss medical board vient de publier son analyse sur le risque/bénéfice du dépistage de masse du cancer du sein. Bien qu'il s'agisse d'un organe indépendant de l'administration, les recommandations ne manqueront pas de provoquer quelque remue-ménage au sein de la gente médicale. Bonne lecture
http://www.medical-board.ch/fileadmin/docs/public/mb/Fachberichte/2013-12-15_Rapport_Mammographie_Final_Abrege_rev.pdf

Paradoxe avortement / euthanasie

Posté le 01/02/2014 par Jean-Pierre Bernajuzan


Je situe les problèmes actuels, de toutes natures, dans le processus d'hominisation comme vous dites, et ce processus s'effectue de l'origine grégaire humaine, et même avant, animale... vers une individualisation toujours croissante.

À l'origine, c'était le groupe (social) qui permettait la survie d'abord, et la vie des individus qui le composait : l'intérêt général (du groupe donc) commandait qu'on sacrifiât les individus à la survie du groupe si cela était nécessaire.
Je résume : l'intérêt essentiel était la défense du groupe dont dépendait l'intérêt et la sécurité des individus.
Pour ce faire, la xénophobie était le sentiment qui protégeait le groupe contre l'extérieur (groupes et individus) : elle était donc un sentiment positif.
En interne, la maîtrise de la violence s'est faite par le système sacrificiel, qui fonctionnait par la persécution. La persécution était donc un sentiment positif.
Ce système a fonctionné pendant des dizaines et même des centaines de milliers d'années, puisque l'hominisation a commencé il y a environ 3 ou 4 millions d'années, et nous étions humains bien avant d'être homo-sapiens (200 000 ans).
Dans ce système, la défense du groupe prévalait, et le sacrifice des individus faisait partie de cette défense.

Mais les sociétés se développant, elles ont besoin de développer les individus qui les composent : en conséquence la défense de l'intérêt et le développement des individus est devenu fondamental pour la défense et le développement des sociétés.
C'est un renversement : du sacrifice ancestral des individus on est passé à leur défense absolue, mais toujours dans l'intérêt général ; intérêt général qui s'exprimait d'abord par la primauté du groupe sur l'individu, puis aujourd'hui par la primauté de l'individu sur le groupe.
Dans les sociétés ancestrales on pouvait éliminer, tuer, les enfants ou les vieillards selon l'intérêt du groupe à ce moment-là : c'était perçu comme légitime, donc moral.
Plus la défense des individus se développe, et plus leur sacrifice devient illégitime, donc immoral.

Plus les sociétés se développent, plus leurs individus doivent se développer, et pour ce faire doivent en avoir les moyens, doivent donc avoir la ressource de leur décision libre pour pouvoir assurer leur avenir au mieux de leur intérêt afin de le maîtriser...
Ainsi donc, l'intérêt général des sociétés repose de plus en plus sur le développement de la liberté de décision des individus :
- Par exemple, la femme doit pouvoir choisir d'avoir d'avoir un enfant, ou pas, car c'est l'intérêt général de la société qu'elle puisse choisir. La moralité ou l'immoralité de l'avortement ne sont que secondaires à cet intérêt général, et produites par l'évolution de cet intérêt général.
- L'euthanasie et le suicide assisté s'inscrivent aussi dans l'individualisation, et la faculté de choisir librement de mettre fin à sa vie, car la liberté de choix individuelle est le fondement de l'intérêt général actuel, et celui du développement de la société.

Les sociétés évoluent, et il ne faut pas isoler la légitimité et la morale de leur intérêt fondamental, au contraire c'est cet intérêt général qui les produit.
La résistance à ces nouvelles mœurs témoigne d'un attachement à une légitimité et une morale antérieures, et d'une difficulté à accepter les nouvelles.

Réponse au Dr Grimard

Posté le 31/01/2014 par Luc Perino

Pour l'instant, je suis ravi que ce forum garde une excellente tenue. Cependant, il est bon que des patients s'expriment aussi. S'ils posent une question, j'essaie de repondre malgré la difficulté extrême de ce genre d'exercice.
Inversement aux commentaires de mon blog du Monde.fr (très visité) où il existe de nombreux filtres pour les propos incorrects ou les attaques personnelles, je n'ai jamais besoin d'en installer sur ce forum (peu visité) et plutôt destinés aux confrères, et j'espère bien n'avoir jamais à le faire.
Merci pour votre fidélité
Cordialement

Vendre les tranquillisants à l’unité

Posté le 30/01/2014 par Dr Delattre

Tout à fait d'accord une fois de plus!
Une réflexion bien appuyée sur l'exactitude des faits!Elle me rappelle une discussion avec un délégué qui semblait ne pas comprendre mes réticences à prescrire le temesta, pourtant"dejà le plus prescrit"qui s'est vu répondre que c'etait du fait que ce médicament était dans sa classe celui qui induisait le plus une dépendance rapide.
Je ne crois pas que la pharmacocinétique des benzodiazépines et la physiologie humaine aient changées depuis
J'appuie de tout coeur votre démarche.

Réécoutez les chroniques médicales

La phrase biomédicale aléatoire

Plus le niveau sanitaire d’un pays est élevé, plus la notion de maladie est omniprésente. Plus les soins sont performants, plus la subjectivité de souffrance est grande. Plus les sciences biomédicales progressent, plus la subjectivité de bonne santé se dégrade. Creusement régulier de l’écart entre la science médicale et son vécu par le patient.
― Luc Perino

Publications et articles référencés

Déremboursons plus que l'homéopathie - Le Monde - Sciences et médecine - 12 juin 2019 [...]

Les relations avec nos confrères spécialistes - La revue de la médecine générale. N°360, p 17, fev 2019 [...]

Le déremboursement des médicaments contre Alzheimer, « un pas vers une meilleure prise en charge de ce fléau » - Le Monde - Science et médecine - 12 juin 2018 [...]

Varicelle : un nouvel archétype dans la sociologie vaccinale - Médecine, vol 14, N°2, février 2018, p 56-59 [...]

Pharmacologie sociale - La revue PHARMA, sept 2017 [...]

Autres fiches patients

Intolérances et allergies au gluten - I/ Les mots et les faits Le gluten est un mélange de protéines combinées avec de [...]

Hypertension artérielle - I / Les mots et les faits Systole : moment où le cœur se [...]

Maladie d'Alzheimer - I /Les mots et les faits C’est la plus fréquente des maladies [...]

Toux de l'enfant - I / Les mots et les faits La toux est une expiration brusque et bruyante, réflexe ou [...]

Pleurs excessifs du nourrisson - I / Les mots et les faits Colique : contraction brutale et douloureuse d’un viscère creux [...]

Vous aimerez aussi ces humeurs...

Inaptitude chronique au diagnostic - Lorsque, dans un grand média, un article fait le point sur une maladie, il commence [...]

Prolactine, testostérone et viagra - Le saviez-vous ? Tout homme, quel que soit son âge, mis en présence d’un [...]

Adage d'hiver - « Un rhume dure une semaine sans soins et 7 jours avec soins ». Les adages sont le vif [...]

Les maladies ont un genre - En dehors des maladies liées à un organe sexuel (sein, prostate, ovaire, [...]

Curages internes - Tous les animaux pratiquent, à leur façon, une hygiène corporelle dans le but de limiter les [...]

Haut de page